ça fait un mois que j’ose pas te le dire …

Lafayette

Une petite découverte, le chanteur Lafayette
interprète la chanson : « Les dessous féminins. »

Pour les « up to date », la version n° 2

Et pour les nostalgiques, la version n° 1

§

Directed by : Jack
Chanson « Les Dessous Féminins », de : axel cosnefroy
Publié le : 30.05.2017
Pour Double Genre : Lio de France

Publicités

Talons hauts, armes fatales des femmes

QQ20160629162233.jpg

Recent studies have shown that the United States, when people correct upright posture
People will be more confident – Emotion also happy – And you naturally need to wear high heels to keep upright posture – Select dew instep high heels – Visually can make your feet and legs are joined together – More upright – Confident doubled – Sexy doubled

Des études récentes ont montré qu’aux États-Unis, lorsque les gens redresse leur position, ils sont plus confiants [et éprouvent aussi une] émotion de bonheur. Vous devez naturellement porter des hauts talons pour garder une position droite.
[photo] : choisissez ces escarpins roses à hauts talons ❤ Visuellement [cela] peut faire vos pieds et jambes [comme si] elles étaient jointes ensembles – [Ici, tout est] plus droit ; la confiance [en est] (re)doublée ; [et le côté] Sexy ? doublé [aussi.]

QQ20160629162158.jpg

Ancient Chinese men are obsessed with « lotus feet » – They really love their feet it ?
It is not, but bound feet women who have a weak gesture ; It allows them to get the feeling of being relied. Similarly high heels make women pain while more delicate wear open-toed high heels. Let the weak and suffering mixed charm to do in front of people. Now let your sexy to be added.

Les hommes de la Chine ancienne sont hantés par les « pieds de lotus ». Aiment-ils vraiment les pieds ainsi ? Certes non, mais les femmes ont [souvent] les pieds retenus, [ce] qui [leur] procure une attitude de faiblesse [et] un sentiment d’être faible. De la même façon [le port] des hauts talons cause des souffrances aux femmes, tandis que leurs vêtements délicats, avec des hauts talons ouverts en bout de pied (peep-toe), laisse leur charme mixte [fait de] faiblesse et souffrance opérer publiquement. [Dès] maintenant, laissez votre [côté] sexy être augmenté.

QQ20160629162221.jpg

Men really contradictory that hope that women rely on their own weak. We expect to conquer the powerful queen to satisfy their desire to conquer. Woman wearing high heels will become more « high », not physical high but on the high-profile.

Les hommes sont vraiment contradictoire, dans leur espoir que les femmes comptent [sur] leur propre faiblesse. Nous qui attendons de conquérir une puissante reine pour satisfaire leur désir de conquête. La femme portant de hauts talons deviendra plus « haute », non haute physiquement, mais sera très en vue.

QQ20160629162324.jpg

But you can not be too high a heel.
– High heels : More than a gesture is not high, Not even the attitude.
If your height less than 170, be sure to wear hold large 10 cm high-heeled.
– For Asian woman 165-170 of woman is best to wear 7-9 cm high heels.
– And it is tall woman : you can also try to control 11 cm high heels.
Man can conquer this woman.There will not be even better than the thrill of drugs. How can it not sexy ?

Mais vous ne devez pas avoir un trop haut talon !
– Hauts talons : plus qu’une posture, ce n’est pas haut, ni même l’attitude. (???)
Si votre hauteur [est de] moins de 170 cm, assurez-vous de porter d’importants talons hauts de 10 cm.
– Pour la femme asiatique de 165cm-170cm, il est mieux de porter des talons de 7 à 9 cm de haut.
– Et pour la grande femme : vous pouvez aussi essayer de maitriser des talons de 11 cm de haut.
L’homme voudra conquérir cette femme ; c’est encore meilleur que le frisson d’une extase chimique. Comment cela peut-il ne pas être sexy ?

§

Par / by : Carolie Tang
Publié le : 29.06.2016 à 01:30
titre original : High heels are sexy weapon woman
Source : Site de Carolie Tang
Traduction et mise en page : Lio de France (Ce texte en anglais, puis traduit par moi-même en français,  doit certainement avoir une version originale en chinois :  d’où les approximations.)

§

goldgirl1
Pour se renseigner sur l’acquisition de ces superbes escarpins, visitez (notre autre blog) DOLLYSEXY ou laissez un message à contact@dollsexy.fr

Les plus belles dolls (mannequins hyper réalistes),
Vêtements, chaussures & accessoires / Clothes, shoes & accessories
http://www.dollsexy.fr ou notre Boutique http://dolsexy.tictail.com

Kilt et Yoga en vidéo

15622213_1703585529954801_6113083188280511410_n
Pour une fois, café et yoga font bon ménage 😉

    • Kilted yoga : need we say more? This video has it all ! beautiful scenery, astounding yoga poses, and men in kilts. Finlay is a yoga instructor from Dundee, and Tristan is one of his students. Together, they took to the wilds of Scotland to be at one with nature, and practice some yoga.

1.2 – Yoga en Kilt : est-il besoin d’en dire plus ? Cette vidéo a tous les atouts ! un beau paysage, des poses de yoga étonnantes et des hommes en kilts. Finlay est un instructeur de yoga de Dundee et Tristan est l’un de ses étudiants. Ensemble, ils se sont installés dans les régions sauvages de l’Écosse pour ne faire qu’un avec la nature et pratiquer un certain type de yoga.

1.3 – Finlay Wilson, professor of Scottish yoga and his pupil Tristan Cameron-Harpe put on their most beautiful kilts to go to make yoga in forest. The video is published by the team of BBC Social, a Facebook page which puts in the honor the young Scottish talents. It was realized by the film-maker Anna Chaney. In the middle of brooks, rocks and trees of a Scotland’s forest, both bearded men make several very esthetic postures and as reflect the Zen state of mind of yogistes.

And for those who wonder if Finlay and Tristan respected the Scottish tradition which consists in wearing nothing under her kilt, the answer is at the end of video.

Everything lets especially think that they especially really wanted to show her (nicely ) muscular buttocks.

1.4 – Finlay Wilson, professeur de yoga écossais  et son élève  Tristan Cameron-Harpe ont enfilé leurs plus beaux kilts pour aller faire du yoga en forêt. La vidéo est publiée par l’équipe de BBC Social, une page Facebook qui met à l’honneur les jeunes talents écossais. Elle a été réalisée par la cinéaste Anna Chaney. Au milieu des ruisseaux, des rochers et des arbres d’une forêt d’Ecosse, les deux barbus effectuent plusieurs postures très esthétiques et comme reflètent l’état d’esprit zen des yogistes.

Et pour ceux et celles qui se demandent si Finlay et Tristan ont respecté la tradition écossaise qui consiste à ne rien porter sous son kilt, la réponse se trouve en fin de vidéo.

Tout laisse surtout à penser qu’ils avaient surtout très envie d’exhiber leurs fesses (joliment) musculeuses.

§

2.1 – Même David Duchovny a porté un kilt, lors d’un show TV en 2010

§

Vidéo Kilted yoga : Source Youtube, ajoutée le 20.02.2017
Vidéo Duchovny : Source Youtube.
Montage par : Lio de France / Double Genre.

goldgirl1
Visitez (notre autre blog) DOLLYSEXY et notre BOUTIQUE pour DOLLS
Les plus belles dolls (mannequins hyper réalistes),
Vêtements, chaussures & accessoires / Clothes, shoes & accessories
http://www.dollsexy.fr ou notre Boutique http://dolsexy.tictail.com

Pensez-vous comme un homme ou une femme ?

didierbourdonmademairma
Madame Irma, film français de Didier Bourdon et Yves Fajnberg (6.12.2006)

FAIRE LE TEST : Cliquez ICI

hommes et femmes

Moi aussi… Moi plus…
1001 différences homme-femme

(présentation de livre)
Par Yvon Dallaire, Psychologue
Québec, Québec, Canada.
Voir ma page Psycho-Ressources
(Editions Option Santé)

.
À propos du titre

Moi aussi… Moi… plus. C’est en écoutant des femmes et des hommes discutant entre eux que j’ai eu l’idée de ce titre. Lorsque plusieurs femmes sont réunies, celles-ci parlent généralement de leur vécu et surtout de leur vécu intime et relationnel, parfois professionnel. Les femmes échangent leurs états d’âme et elles le font souvent en même temps : « Hé ! Moi aussi, je vis ça comme ça. » ou « Oui, moi aussi, je pense ça. » « Le mien aussi, il est comme ça. » Les femmes se confirment et se confortent l’une l’autre dans leurs propos. Et elles semblent grandement apprécier cette façon de communiquer.

Lorsque plusieurs hommes discutent ensemble, ceux-ci parlent généralement de ce qu’ils ont fait et de leurs prouesses. Ils parlent rarement de leurs mauvais coups ou de leurs sentiments. Ils vont de surenchère en surenchère. « Ce n’est rien ça ; si tu m’avais vu l’autre jour… » « Le meilleur coup de ma vie, c’est quand… » Et de parler du plus gros saumon pêché, des performances de leur nouvelle voiture, de la victoire de leur équipe grâce à leur but, du coup d’argent qu’ils viennent de réaliser, des charmes de leur dernière conquête, de la façon dont ils dirigeraient le monde… Les hommes se comparent les uns les autres. Et ils semblent grandement apprécier cette façon de communiquer.

C’est lorsque la femme veut échanger avec l’homme qui adore argumenter que les difficultés de communication commencent et que se creuse un fossé d’incompréhension. Ce livre veut combler ce fossé et aider les hommes et les femmes à surmonter leurs difficultés pour vivre en plus grande harmonie.

L’autre sexe : opposé ou complémentaire

L’homme et la femme sont égaux et… presque semblables. En fait, nous sommes plus identiques que différents. On pourrait comparer l’homme et la femme a deux logiciels de traitement de texte possédant chacun leurs spécificités. Nos ressemblances constituent 97,83 % de notre nature humaine : hommes et femmes ont deux jambes, deux bras, un corps, une tête et leurs vies tournent autour des mêmes dimensions : personnelle, relationnelle, professionnelle et parentale. Leurs besoins sont sensiblement les mêmes : survivre, aimer et être aimé, s’épanouir, se reproduire. Leurs peurs aussi. Leurs cerveaux ont les mêmes structures…

Les hommes et les femmes sont semblables, mais ils sont aussi différents. Ni pires, ni meilleurs, différents. Nous viendraient-ils à l’idée, en ce XXIe siècle, de déclarer une race supérieure à l’autre. Pourquoi essayer de le faire pour le sexe ? Sinon par pure mauvaise intention politique, afin d’obtenir du pouvoir.

Ces différences homme – femme, quoique minimes, sont par contre toujours présentes, tout le temps, et surtout aux moments où l’on s’y attend le moins. Même en le sachant, il n’est pas toujours facile de percevoir ces différences et, surtout, de les transcender. Dans toute conversation homme – femme, le malentendu n’attend qu’une étincelle pour surgir, le conflit se cache derrière chaque mot, chaque intonation. Les amants sont assis sur un baril de poudre ; les parents sont sous tension constante ; les professionnels se surveillent l’un l’autre… Pourtant, comme le dit si bien Gabrielle Rolland (1) « Jouer sur la différence, c’est accepter l’autre, mais c’est aussi s’accepter dans sa spécificité ».

D’où nous vient donc cette différence de 2,17 %. De la culture ? À cause de notre conditionnement éducatif, comme le croit la psychologie dite « culturaliste », toujours prête à tout « psychologiser » ? Non, la source de cette différence réside dans notre nature humaine, dans notre code génétique, dans nos atavismes. Tous les êtres humains partagent vingt-trois paires de chromosomes. Vingt-deux paires sont identiques ; une seule, la paire sexuelle, est différente. Le code génétique de la femme est constitué de deux X, celui de l’homme d’un X et d’un Y.

Plusieurs espèces vivantes sont unisexuées, chaque individu remplissant les mêmes tâches que tous les autres membres de l’espèce. D’autres espèces sont bisexuées en ce sens que les deux membres de ces espèces se sont partagé certaines tâches ; quelques-unes de ces tâches sont interchangeables, d’autres sont immuables (la grossesse, par exemple). D’autres formes de vie possèdent trois, quatre ou même cinq formes sexués ; dans ces cas-là, la répartition des tâches est très spécialisée et quelque peu rigide : la reine abeille ne peut que se reproduire, le faux-bourdon qu’ensemencer la reine et les ouvrières et les soldates que travailler ou défendre la ruche. Quelques rares espèces sont hermaphrodites (2).

Notre espèce est évidemment bi-sexuée, composée d’un homme et d’une femme. Qu’est-ce qui fait qu’un homme est un homme ? Qu’est-ce qui fait qu’une femme est une femme ? En quoi le Y est-il différent du X. Même en acceptant que le sexe féminin puisse être le sexe de base de l’espèce humaine, la création du sexe masculin constitue une amélioration évolutive. La bi-sexualité semble en effet représenter la meilleure stratégie de survie des espèces. Le deuxième X confirme chez la femme le premier X et fait d’elle le sexe fondamental, sexe reconnu par le même sexe : « moi aussi ». Le deuxième chromosome de l’homme, son Y, le différencie de ce sexe fondamental : ce qui fait donc qu’un homme est un homme parce qu’il n’est pas une femme, d’où « moi plus ».

Le masculin est donc différent du féminin. D’où la nécessité pour le petit garçon de s’éloigner de sa mère, de se différencier d’elle, pour devenir un homme, avec l’aide ou non de son père. Dans les sociétés dites primitives, les enfants étaient laissés à la garde de leur mère pendant leur enfance. Puis, les garçons, et seulement les garçons, devaient passer vers 14-15 ans une épreuve, une initiation, qui leur permettait, s’ils y survivaient, d’être admis dans le monde des hommes. À cette époque, les sexes étaient souvent séparés et avaient des tâches bien précises, comme le démontrent les études anthropologiques et archéologiques. Aujourd’hui, ces initiations n’existent plus et les fonctions et rôles sexuels sont de plus en plus confus.

Il existe encore quelques irréductibles (3) qui nient ou réfutent (sans jamais vraiment y parvenir) les différences homme – femme en présentant l’androgyne, ou la gynandre, comme le sexe supérieur et l’idéal à atteindre. N’oublions pas qu’androgyne et gynandre sont synonymes d’hermaphrodite ; or, qu’on le veuille ou non, l’être humain est bisexué et cette bisexualité s’exprime par tous les pores de sa peau et dans tous les domaines de sa vie, puisque chaque X ou Y se retrouve dans chaque cellule humaine.

La source de nos différences résident aussi dans nos trois (ou six) millions d’années d’évolution. L’homme toujours à la chasse, sur ses gardes, concentré sur sa survie physique et celle des siens, déployant son ingéniosité à traquer ses proies, en silence, se coupant de ses sensations pour résister au froid, à la chaleur et à l’inconfort, ravalant ses peurs d’être dévoré par les autres prédateurs, devant se repérer pour ne pas se perdre, stimulant avec les autres hommes son esprit de combativité, scrutant l’horizon, développant ainsi sa force physique et ses réflexes… Tout ça, ça conditionne un homme et ça s’inscrit dans sa nature.

La femme souvent enceinte, vivant dans la caverne avec les autres femmes et enfants, devant apprendre à cohabiter dans un espace restreint, anticipant tout danger potentiel, surveillant le feu, nourrissant ses enfants à même ses réserves corporelles, attendant les chasseurs pour refaire ses forces, paniquant au moindre bruit suspect, cueillant tout ce qui est comestible, goûtant à tout, se réconfortant l’une l’autre, attendant impatiemment le retour de l’homme, développant ainsi sa force émotive et ses sens… Tout ça, ça conditionne une femme et ça s’inscrit dans sa nature.

Et ce, pendant trois (ou six) longs millions d’années. Nos conditions de vie ont certes grandement évolué depuis vingt mille ans, moment où nous sommes passés du nomadisme à la sédentarité, et surtout depuis cent ans, moment où nous sommes passés, du moins dans les pays développés, de sociétés agricoles et industrielles à des sociétés post-technologiques basées sur l’échange d’information. Mais, pour la plupart d’entre-nous, nous réagissons encore par des atavismes datant de l’âge des cavernes. Ces cavernes ont été remplacées par des maisons, mais nos comportements ont peu évolué. On ne change pas l’hérédité humaine (son code génétique et son code ADN) comme ça, en 30 ans de féminisme, même radical. Peut-être, dans l’avenir. Mais pour le moment, il existe encore des différences homme – femme comme le constatent facilement tous ceux, c’est-à-dire nous tous, appelés à interagir avec l’autre sexe, dit sexe opposé.

Nos différences sexuelles prennent aussi leur source dans la sexualisation du cerveau, laquelle s’effectue avant même la naissance des petits humains. Le cerveau des garçons est imprégné de testostérone, celui des filles d’œstrogène. Cette sexualisation hormonale est confirmée à l’adolescence lors de la poussée pubertaire. Il serait peut-être exagéré de dire que tous nos comportements masculins ou féminins adultes sont prédéterminés, mais on peut certes croire qu’ils sont canalisés dans une certaine direction.

Il n’y a aucun doute, non plus, que ces différences puissent être conditionnées culturellement. Des expériences ont démontré que le bébé habillé de rose est « plus belle » et celui habillé en bleu, « plus costaud », indépendamment du sexe du bébé ainsi habillé. Certaines de ces influences sont locales, d’autres universelles. Par exemple, le maternage est universellement encouragé chez la fille, et l’agressivité, chez le garçon. Finalement, peu importent les avis, il est impossible de séparer les influences de la nature de celles de la culture. Les différences sexuelles sont probablement le résultat d’une influence combinée de nature et de culture.

Quel est l’intérêt de connaître et d’accepter ces différences même si, nous le répétons, l’homme et la femme sont plus semblables que différents ? L’homme ne vient pas de Mars et la femme de Vénus, les deux sont terriens. À quoi peuvent bien nous servir la reconnaissance et l’acceptation de ces différences ? Saviez-vous que le Marocain rote après le repas pour manifester son appréciation, que le Japonais laisse toujours de la nourriture dans son assiette, que pour l’Espagnol le mot mañana ne veut pas réellement dire demain, mais plutôt « pas maintenant », que pour le Portugais le pouce levé a la même signification que le majeur levé, que le Grec soupe (le Français dîne) très tard… L’ignorance de ces subtilités peut occasionner des incompréhensions et même des conflits. Alors, si la connaissance de différences culturelles permet d’entretenir des rapports de bon voisinage, la connaissance et surtout l’acceptation des différences sexuelles pourrait peut-être faciliter l’harmonie conjugale et professionnelle, puisque maintenant les femmes travaillent aussi à l’extérieur.

Par exemple, les femmes pourraient cesser de croire que l’homme veut toujours tout contrôler ou avoir le dernier mot si elles se rendaient compte que l’homme veut tout simplement savoir qui dirige la situation à ce moment-ci, afin de mieux utiliser son temps et son énergie : prendre le leadership ou se mettre au service de l’autre. Les hommes pourraient cesser de croire que les femmes compliquent tout ou critiquent tout le temps s’ils comprenaient vraiment que la femme recherche a la fois relation, communication, collaboration et intensité et que c’est pour cela qu’elle veut savoir ce qu’il veut ou ce qu’il ressent et qu’elle lui exprime ses états d’âme.

Or, il existe plus de différences entre les hommes et les femmes qu’entre les cultures. Le macho québécois ressemble plus au mec français, au cowboy américain et au samouraï japonais qu’à la « féminaziste » (4) québécoise qui, elle, ressemble plus à la nana française, à la mégère américaine ou à la geisha asiatique. Les hommes et les femmes, contrairement à leur croyance, ne parlent pas du tout le même langage, même s’ils utilisent la même langue. Et pourtant les thérapeutes les convainquent que la communication est nécessaire au bonheur conjugal. Les hommes et les femmes se parlent et tentent de communiquer, mais le problème est qu’ils ne se comprennent pas parce qu’ils ne disent pas et n’entendent pas la même chose. « Je t’aime ! » dit l’homme. « Moi aussi. » répond la femme. Ont-ils vraiment dit la même chose ? Ont-ils vraiment exprimé le même sentiment ? Le même désir ? Si oui, pourquoi, alors que l’homme commence à la caresser, la femme réagit-elle en disant « Est-ce moi que tu aimes ou seulement mon corps ? ».

Les différences énumérées tout au long de ce livre ne sont pas tout à fait noires ou blanches. D’ailleurs, aucune des caractéristiques décrites n’est exclusivement masculine ou féminine ; ces traits sont plutôt prioritairement masculins ou féminins. Certains hommes se retrouveront parfois du côté féminin ; certaines femmes se retrouveront parfois dans la description du masculin. Ces différences ne sont parfois qu’une question d’intensité. La loi du 80-20 s’applique ici aussi. Par exemple, l’on sait que 80 % des demandes de conversation dans un couple sont le fait des femmes, que 80 % des dépendants émotifs sont en fait des dépendantes émotives, que 80 % des parents qui s’investissent à fond dans l’éducation des enfants et des soins aux autres sont des femmes… mais on y retrouve aussi 20 % des hommes. Alors que 80 % des hommes préfèrent aimer en silence, que 80 % de ceux-ci cherchent à défendre l’intégrité de leur territoire ou s’investissent davantage dans leur travail ou leurs projets personnels… on retrouve aussi un certain pourcentage de femmes qui manifestent ces tendances.

La culture vient parfois contrecarrer l’expression naturelle de la masculinité et de la féminité, ou du moins la rendre problématique. Certains hommes et certaines femmes ont aussi bien intégré les différences homme – femme et peuvent s’adapter facilement lorsqu’ils sont en relation avec d’autres hommes ou d’autres femmes. Ces personnes ne sont pas androgynes ou gynandres pour autant : ils ont tous simplement appris à parler deux langues ; ils ont parfaitement intégré leur masculinité ou leur féminité et se sont mis à l’écoute attentive et respectueuse du sexe dit opposé, et surtout complémentaire.

Aucun des lecteurs et lectrices ne se retrouvera donc toujours à la gauche (côté femme) ou à la droite (côté homme) de ce livre. Mais n’en déplaise aux chercheurs d’androgyne ou de gynandre, le meilleur représentant du principe masculin reste encore l’homme, même si certaines femmes, surtout celles élevées dans un monde exclusivement masculin, peuvent se retrouver davantage dans la description de la masculinité. N’en déplaise aux féministes radicales, la meilleure représentante du principe féminin reste encore la femme, même si certains hommes, surtout ceux élevés dans un monde exclusivement féminin, peuvent se retrouver davantage dans la description de la féminité.

Il se peut que vous trouviez certaines caractéristiques de l’autre sexe quelque peu répréhensibles, mais celles-ci sont généralement positives pour le sexe en question. Par exemple, les femmes peuvent déplorer l’esprit de compétition de l’homme, mais c’est cette compétition qui amène les hommes à se surpasser et à atteindre les plus hauts sommets, que ce soit l’Everest, les sports extrêmes, le fait d’être Premier Ministre ou d’aller bientôt sur Mars. Les hommes peuvent trouver agaçants les « mémérages » des femmes, mais c’est comme cela qu’elles tissent des liens, qu’elles comprennent leurs semblables (et vous par la même occasion), qu’elles deviennent psychologues et apprennent à prendre soin des autres.

Tout ce qui suit n’est pas basé sur des stéréotypes ou des préjugés sexistes, mais sur les résultats des recherches scientifiques en neuropsychologie, en psychologie différentielle des sexes et en anthropologie. Tout ce qui suit a été scientifiquement prouvé et empiriquement expérimenté par la majorité des hommes et des femmes le moindrement à l’écoute de l’autre. Les réactions sont féminines ou masculines et ces différences sont confirmées par les recherches sur les hormones, le scanner, l’imagerie à résonance magnétique (IRM), les analyses sanguines, la dissection de cerveaux de cadavres, l’observation des conséquences des traumas cérébraux et des malformations génétiques (syndrome de Klinefelter ou de Turner) (5), l’étude des hermaphrodites et des transsexuels. Le déchiffrage actuel de notre ADN tend lui aussi à prouver le bien-fondé des tendances masculines et féminines.

Les hommes et les femmes, quoiqu’on en dise, sont désespérément différents dans certains aspects de leur être. Et c’est tant mieux. Nous pouvons ainsi éprouver du désir pour la différence et nous compléter grâce à ces différences. Non pas dans le sens que chaque être humain ne constitue qu’une moitié et qu’il doive nécessairement trouver son autre moitié (son âme sœur disent plusieurs) pour exister totalement et être finalement heureux. Non, parce que les recherches démontrent que les couples heureux sont formés par deux êtres autonomes, responsables d’eux-mêmes, libres et heureux (qu’ils vivent seuls ou en couple). Chaque être humain est une totalité en soi.

Le féminisme, légitime dans ses revendications, a tout faux lorsqu’il s’agit de différences. Ou bien, il minimise ces différences pour nous faire accroire que les femmes peuvent faire autant, sinon mieux que les hommes. Ou bien, il accentue ces différences pour nous faire croire que les hommes sont le côté sombre de l’humanité et les femmes, le côté lumineux. Ces féministes se sont stupidement convaincues qu’elles étaient semblables aux hommes et ont réussi à convaincre des hommes qui, pour leur plaire, sont devenus « roses », renonçant ainsi à leur masculinité et s’aliénant les femmes qui, autour d’eux, ne sont excitées que par de vrais hommes, des hommes qui se tiennent debout (6).

Pendant trois (ou six) millions d’années, personne n’a mis en doute les rôles sexuels différents des hommes et des femmes. Puis, survint la psychologie culturaliste autour des années 50 qui, suite aux découvertes de la psychologie behaviorale, affirma que tout était une question de conditionnement et que l’être humain était malléable. Le féminisme en a fait son cheval de bataille pour faire avancer sa prémisse d’égalité-similarité-parité. Il s’agit de donner à l’enfant la bonne stimulation pour en faire ce que l’on veut. Des poupées aux petits garçons, des camions aux petites filles, et le tour est joué, une nouvelle race d’humain apparaît. Force nous est, aujourd’hui, de reconnaître les erreurs de ce paradigme : les hommes et les femmes ont des limites aux changements qu’ils peuvent subir. Les hommes ne peuvent apprendre à « materner » leurs enfants, tout comme les femmes ne peuvent devenir les modèles d’identification des garçons, sous peine de sévère conflit d’identité de ceux-ci. Les pères ne peuvent que « paterner » et les mères servir de modèle d’identification à leurs filles. Seul le semblable peut confirmer le semblable.

De plus, comme le dit Joe Tanenbaum,
« L’homme et la femme confondent constamment égalité et similarité. Pour la femme être traitée en égale par l’homme signifie être traitée par lui de la même façon qu’elle le serait par une autre femme. Mais lorsque les hommes traitent vraiment les femmes en égales, elles se sentent insultées, car elle ne veulent pas être traitées de la même façon qu’un homme en traiterait un autre. » (7)

Le sexisme n’est pas toujours là où le voit.

Alors, au risque de me faire traiter de rétrograde, de macho ou phallocrate, ou, pire encore, de misogyne, voici ce que la nouvelle et scientifique psychologie différentielle des sexes a constaté. En espérant que ces informations puissent faire disparaître la grande confusion existant autour de l’identité sexuelle, féminine ou masculine, permettant ainsi une meilleure harmonie dans nos foyers. Peu importe les commentaires, il n’y a aucun sexisme, ni aucun anti-féminisme dans les propos suivants : il n’y a que des faits, des faits et encore des faits, scientifiquement prouvés. N’y voir aucun jugement de valeur ou de tentative de normalisation, juste des tendances différentes.

Amusez-vous bien ! Mais n’oubliez jamais que nous sommes tous, au départ, des êtres humains… presqu’identiques.

Note au lecteur. Pour profiter au maximum du contenu de ce livre, il vous faut lire la phrase sur la page de gauche (côté féminin), puis celle sur la page de droite (côté masculin). Sauf pour le chapitre 17 sur Les couples heureux.

Références

1. En préface du livre d’Adrienne Mendell, Travailler avec les hommes, InterÉditions, Paris, 1997, 208 p.

2. Pour une discussion plus approfondie des sexualités, consultez le chapitre premier de mon livre Homme et fier de l’être.

3. Entre autres, Philippe Turchet débute son livre Pourquoi les hommes marchent-ils à la gauche des femmes ? par une charge à l’emporte-pièce contre les résultats des recherches en psychologie différentielle des sexes, disant que si les hommes et les femmes se quittent c’est à cause d’un « syndrome d’amour », et non pas à cause de leurs différences. Or, si les hommes et les femmes n’étaient pas différents, la majorité des hommes n’auraient pas une tendance naturelle à marcher à gauche des femmes, et les femmes à droite, lorsqu’ils deviennent amoureux et se trouvent aux prises avec ce syndrome. Turchet n’aurait jamais pu démontrer sa thèse, puisque que les hommes et les femmes marcheraient indifféremment à gauche ou à droite, amoureux ou non, ou tous et toutes chercheraient à marcher à gauche ou à droite. Ironie du sort, son livre m’a permis de confirmer et rajouter quelques différences.

4. Néologisme de plus en plus utilisé pour décrire la féministe radicale ou intégriste.

5. Le syndrome de Klinefelter se manifeste par la présence d’un 3e chromosome (XXX ou XYY) et celui de Turner par l’absence du 2e chromosome (XO). À noter que YYY et YO sont des impossibilités biologiques.

6. Il est surprenant de constater jusqu’à quel point les féministes radicales attirent les machos et sont attirées par eux.

7. Tanenbaum, Joe, Découvrir nos différences, p. 40.


Pour en savoir davantage sur les différences homme-femme

Dallaire, Yvon,
– Moi aussi… Moi… plus, 1 001 différences homme-femme, Éd. Option Santé, Québec, 1996, 192 p.
– Homme et fier de l’être, Éd. Option Santé, Québec, 2000, 334 p.
– Chéri, Parle-Moi… Dix règles pour faire parler un homme ? Éd. Option Santé, Québec, 1998, 144 p.
– S’aimer longtemps ? L’homme et la femme peuvent-ils vivre ensemble ? Éd. Option Santé, Québec, 1996, 192 p.

DeAngelis, Barbara, Les secrets sur les hommes que toute femme devrait savoir, Éd. Edimag, Montréal, 1993, 318 p.

Durben-Smith, Jo et Diane Desimone, Le sexe et le cerveau, La réponse au mystère de la sexualité humaine, Éd. La Presse, Montréal, 1985, 272 p.

Fisher, Hélène, Histoire naturelle de l’amour, Instinct sexuel et comportement amoureux à travers les âges, Éd. Robert Laffont, Paris, 1994, 458 p.

Gray, John, L’homme vient de Mars, la femme vient de Vénus, Éd. Logiques, Montréal, 1994, 327 p.

Tanenbaum, Joe, Découvrir nos différences entre l’homme et la femme, Éd. Québécor, Outremont, 1992, 234 p.

Tannen, Déborah Décidément, tu ne me comprends pas, ou Comment surmonter les malentendus entre hommes et femmesI, Éd. Robert Laffont, Paris, 1993, 350 p.
..

© Tous droits réservés – Éditions Option Santé – Yvon Dallaire

§

Première publication le : 04.02.2017 | 07:30
Source du test : Memorado
Source de l’article :  Yvon Dallaire – Editions Option Santé
Psycho Ressources.com © Tous droits réservés
Mise en page par Lio de France / Double Genre.

§

Pour plus d’informations sur nos activités, visitez aussi DOLLSEXY®
– Notre SITE/BLOG sur le Net > http://www.dollsexy.fr
– Notre BOUTIQUE en ligne > http://dollsexy.tictail.com
– Notre page sur FACEBOOK > https://www.facebook.com/Dollsexy
goldgirl1
DOLLSEXY® les plus belles dolls (poupées hyper sexy) leurs fringues & accessoires 🙂

Faire grossir sa poitrine naturellement?

DoisneauSeinVuePartielle

Je ne suis pas une fille biologique (de naissance) car je suis né garçon. Non seulement je n’ai pas de poitrine, mais mon corps fabrique tout ce qu’il faut pour que cela n’arrive pas.

Je suis donc doublement « handicapé » pour réaliser mon rêve de transgenre et de travesti qui est de ressembler le plus possible aux autres femmes. Or pour ces dernières, quel attribut est plus signifiant et visible qu’une belle poitrine ?

Un jour, un travesti de mes amis qui faisait un bon 95 C, me confia qu’il ne prenait pas d’hormones pour obtenir ce résultat, mais qu’il se massait la poitrine 100 fois tous les jours.

Bien sûr je ne le crus pas et continuais mes recherches sur la formule miracle et NATURELLE pour pouvoir remplir mes soutien-gorges que je gonflais artificiellement avec de petits sacs de riz, fabriqués avec des mi-bas en voile. Sensation garantie, mais déception chaque jour renouvelée, au moment de quitter mes sous vêtements (sans compter les remises en place à longueur de journée et la gêne de devoir me cacher pour réajuster mon attirail).

Puis un jour au réveil, alors que je faisais ma petite gymnastique matinale, je pris ce qui me tenait lieu de poitrine entre mes mains et la repoussait de bas en haut, avec les cinq doigts de chaque main.

La première semaine, il faut l’avouer, les résultats furent insignifiants, tandis que la deuxième, ma poitrine augmentait de l’épaisseur d’un auriculaire, pendant … cinq minutes ; puis pfuittt, plus rien !

Mais j’ai persévéré 6 mois, un an, deux ans, matin après matin en comptant : 1,2,3, 4 … 50, 99 … 100, ouf !

Et maintenant ma poitrine fait un bon 95 B et … ça tient !

img_20160912_133052

En fait la poitrine, comme sûrement le reste du corps charnu, est comme de la pâte à modeler. Avec de la patience et du doigté, on arrive peu à peu à lui donner la forme que l’on souhaite. Ah si j’avais connu ce truc plus tôt !

Voilà, si mon simple témoignage peut-être utile ou aux lectrices ou lecteurs de ce blog, je serais une personne doublement satisfaite.

Par : Lio de France
Publié : le 22.02.2016 | à nouveau le : 27.01.2017
Reblogué le 23.02.2106 sur le Forum/santé : Aufeminin.com
Crédit Photo : Vue Partielle d’une photo de Robert Doisneau :
« Les Seins de Glace – Maurice Baquet 1968. »

NdÉ (Note de l’éditeur) : Vous pouvez réagir à cette vidéo humoristique, provocatrice, mais tellement véridique, en ajoutant un commentaire. (cliquer sur le lien : « Laisser un commentaire/Entrez votre commentaire », situé en bas de page).


goldgirl1
Visitez notre autre blog DOLLYSEXY et notre boutique pour DOLLS
Les plus belles dolls (poupées réalistes), leurs fringues et accessoires 🙂
http://www.dollsexy.fr ou notre Boutique http://dolsexy.tictail.com

Des poupées qui vous mettent en transes

dollsf2Préambule : définition du mot transe

  • État d’exaltation de quelqu’un qui est transporté hors de lui-même et hors du monde réel ; convulsions, manifestations extérieures marquant cet état. (www.larousse.fr/dictionnaires/francais/transe/79090)
  • La transe est un « état second », « ayant à la fois une dimension psychologique et une dimension sociale » (Georges Lapassade, La transe, PUF, 1990, p. 3).

dollsf3

Message de Jean, un petit nouveau (sur un Forum en août 2016)

Bonjour à tous, je m’appelle Jean (prénom modifié), j’ai maintenant 26 ans. Je regarde, me renseigne sur ces poupées, depuis maintenant [plus de] 4 mois. Que peuvent t-elles m’apporter ? que vais-je faire avec ? Pourquoi cet achat ? Suis-je fou ?

Voici les questions que je me pose régulièrement, et que toute personne, qui n’a pas de difficulté à se remettre en question, peut se poser.

La satisfaction ? une présence semi-physique à la maison, un réconfort, le besoin d’être regardé par une fille qui ne juge pas.

Au delà d’une poupée sexuelle, je vois là un moyen de me vider la tête, avec un jouet, un hobby ? comment on pourrait appeler ça ? une adoration ?

Cet achat est pour moi un moyen de m’exprimer, je vais pouvoir faire des photos originales de mon modèle et essayer de partager mon travail avec une nouvelle communauté, les Dolls lovers ??? ha ha ! les « consommateurs » de Dolls ont-il un nom ?

J’ai déjà hâte de lui acheter des petits cadeaux pour la mettre en beauté. Faire plaisir à mon bout de silicone, me donne envie de vivre… L’expliquer ? on n’est tous victimes plus ou moins d’une société qui n’est pas à notre goût. Les choix de chacun varient.

L’un s’achète une voiture de sport et l’autre une poupée sur-mesure, de sa chanteuse préféré par exemple.

La plupart des hommes ont du désir, pour un homme ou bien pour une femme. N’est-il donc pas normal, de pas être indifférent à la beauté d’une jolie poupée en silicone ? non ? Je pense simplement que les gens qui jugent les consommateurs de poupées comme des malades mentaux, sont extrêmement fermés d’esprit.

De vous à moi, entre homme, je me fais souvent moquer de moi, quand j’avoue regarder des films pornographique ou bien d’avoir des sextoys chez moi. Pourquoi ?

Ce devrait être normal, on a tous nos pulsions ; à croire que les leurs sont différentes…

Je veux pas refaire le monde, je peux pas le refaire, avec un peu d’esprit et une mentalité évolutive, nos possibilités en seront élargies. Ne pensez-vous pas que l’humanité est en péril ?  ??? ha ha !

Je vais sans doute un peu loin dans mon message, mais ça m’a fait plaisir de partager quelques ressentis sur ces poupées, les gens, le reste du monde…

dollsf4

Réponse de Syvie qui possède 2 poupées réalistes :

Hello Jean !

Eh oui, surprise ! c’est une femme qui te répond.

Toutes les questions que tu poses sont légitimes, mais tu t’en poses trop, je crois.  Dans la vie, on peut absolument tout faire, tant que cela ne nuit pas aux autres.

Observe un enfant qui joue avec sa poupée.  Il l’habille, la déshabille, l’engueule, la console, la promène, la chérie, la punit, etc…   Et pourtant, quel que soit son âge, il sait très bien que ce n’est qu’un morceau de plastique.  C’est la même chose avec des poupées sexuelles grandeur nature.  C’est nous qui perdons cette capacité de l’enfant à rêver et à inventer.

Pour moi, il est plus fou de s’acheter une bagnole de 60 mille euros, qu’une poupée et celui-là pense sûrement l’inverse.  On fait ce que l’on  veut !

Quand tu auras ta poupée, tu cesseras de l’appeler « mon bout de silicone ».  Tu lui donneras un prénom et tu t’attacheras peu à peu à elle.  C’est toi qui lui donnera vie, pour qu’elle soit une vraie présence.

J’ai deux poupées et je passe mes nuits avec elles.  J’imagine mal dormir seule : ce sont mes chéries.

Ne te compliques pas la vie et aime ta poupée, à la manière dont tu voudras.

Seulement, comme les enfants dans une cour de récréation peuvent se moquer des autres et être méchants, tu n’es pas obligé de crier sur les toits et dans tout le quartier que tu possèdes cette poupée.  Beaucoup de gens sont méchants, parce qu’ils sont fermés.

Si tu veux faire des photos de ta belle, n’en prends pas une trop grande.  Les miennes font 158 cm et pèsent 34 kg chacune.  C’est lourd pour les installer ! Que ta poupée t’apporte beaucoup de plaisir et de bonheur. Sylvie.  ;)

dollsf5

Message de Dominique, modérateur et responsable après vente.

Salut Jean,

Il ne faut pas « avoir peur » de passer pour un fou, ou un pervers en faisant l’acquisition d’une doll (poupée en anglais). C’est encore assez nouveau pour le grand public, mais si on compare cela aux sextoys pour femmes [et hommes Nde 😉 ] qui sont eux très bien acceptés depuis peu ; il est normal que les hommes aient eux aussi de quoi se faire plaisir !

Personnellement, je pense qu’une femme grandeur nature en silicone (ou en TPE, soit : élastomères thermoplastiques), c’est quand même mieux qu’un simple godemichet ou vibromasseur. Niveau perversion cela devrait être perçu à l’inverse, la femme n’a son jouet que dans la partie du corps de l’homme qui l’intéresse seulement [Eh ! mais elle peut s’offrir un mec en TPE ou silicone, et tout équipé 😉 Nde] !

Bon il y a les Fleshlight pour les hommes (Fleshlight est une marque de masturbateur manuel pour hommes en forme de vagin ou autres orifices naturels. L’objet tire son nom d’un jeu de mots entre flesh et flash(light), du fait que le dispositif est inséré dans un boîtier en forme de lampe torche), mais si on a les moyens, une femme « au complet » offrira bien plus qu’un sextoy classique, autre qu’au niveau sexuel, j’entends. ;)

dollsmen4

Postscriptum de Sylvie

Dominique a tout à fait raison, Jean.  Les choses évoluent quand même.  Tous les membres de ma famille et de ma belle famille, ainsi que quelques autres personnes, savent que j’ai ces deux poupées.  Au pire, je passe pour une originale, mais sans plus.  Je n’ai jamais serré un sextoy dans mes bras, mais c’est vrai que s’endormir la tête posée sur les seins moelleux, doux et tièdes de l’une de mes poupées, [et mettre ma main sur les fesses de l’autre] est une expérience que je te souhaite de vivre. Sylvie  ;)

2 VIDÉOS en BONUS : la poupée du futur.

§

§

Par : Lio  de France
Publié sur DG, le : 23.01.2017
Publié sur Forum DF : 24.08.2016

Julien Lepers travesti en Nabila

Julien Lepers, travesti sexy en Nabilla : La bimbo, « jalouse », réagit !

Cliquez sur le lien ci-dessous pour voir un extrait du spectacle de France 2

http://www.purepeople.com/video/iframe/2028439″ />

Julien Lepers travesti en Nabilla Benattia, le 25 décembre 2015 sur France 2 dans « Ze Fiesta ! ».

Le présentateur culte – et désormais sexy, contre toute attente !- a fait forte impression en ce jour de Noël 2015…

Vendredi 25 décembre, les téléspectateurs de France 2 avaient rendez-vous avec [l’émission] Ze Fiesta ! de Patrick Sébastien dès 20h50.

Afin de divertir les Français en point d’orgue de ce jour de Noël, l’homme de télévision de 62 ans a mis les petits plats dans les grands à l’Olympia en invitant de nombreux artistes à se « transformer »…

Ainsi, au bout de quelques minutes d’émission, c’est Nabilla qui a fait sa venue sur scène !

JukienLepers2016

Une Nabilla Benattia quelque peu originale puisqu’interprétée magistralement par… Julien Lepers, le futur ex-animateur de Questions pour un champion (très prochainement écarté par la nouvelle direction de France Télévisions).

Visiblement, l’animateur de 66 ans a bien entendu le message de sa direction, qui entend rajeunir et « féminiser » son émission culte après son départ

Devant ce spectacle inattendu, Nabilla elle-même n’a pas pu s’empêcher de réagir après cette prestation habitée. En voyant son double en jupe courte, sur ses talons hauts et arborant fièrement un joli décolleté, la bombe de 23 ans a tweeté, très amusée : « Vous êtes encore plus canon que moi M. Lepers ! Je suis jalouse de vous !!!!! »

De nombreux internautes n’ont pas hésité à faire savoir qu’ils aimaient la liberté de ton de celui qui a animé Questions pour un champion durant 27 années sur France 3.

« Les jours passent, et ce mec est de plus en plus magique« ,
« Voulez-vous m’épouser ?« ,
« Pour vous remplacer à #qpuc, c’est la remplaçante idéale. Pour féminiser, y’a pas mieux !« ,
« Plus belle que Caitlyn Jenner !« ,
peut-on lire dans les premières réactions sur Twitter.

Découvrez la prestation de Julien Lepers dès à présent dans notre player vidéo !

Le 26 Décembre 2015 – 11h28

Source : PurePeople.com

§

goldgirl1
Visitez notre autre blog DOLLYSEXY®
http://www.dollsexy.fr
et notre boutique pour DOLLS
http://dolsexy.tictail.com
Les plus belles dolls (mannequins réalistes),
leurs vêtements, chaussures & accessoires🙂

Talons Aiguilles de Pedro Almodovar

LetalTalonsAiguilles
Tacones lejanos, Película de Pedro Almódovar

Avec sa couleur rouge omniprésente, ce film transpire d’une passion presque suffocante. Puis il y aussi tous ces regards intenses et ces gros plans sur les acteurs qui achèvent de créer une ambiance des plus électrique, suggérant ainsi une multitude de sentiments refoulés.

Titre original / français / anglais Tacones lejanos / Talons Aiguilles / High Heels
Réalisation, scénario et production Pedro Almodóvar
Dirigé par / Musique de J. François FonluptRyuichi Sakamoto
Photographie / Montage / Décors
Acteurs et actrices principaux Victoria Abril / Marisa Paredes / Miguel Bosé /
Genre Mélodramatique et policier
Producteurs Agustin Almodóvar, el Deseo SA, Ciby 2000
Récompense César 1993 du meilleur film étranger

Ce film, sorti en Espagne Drapeau de l'Espagne le 23 octobre 1991 et en France Drapeau de la France le 15 janvier 1992, Talons Aiguilles appartient déjà au panthéon des films cultes du travestisme et a obtenu le prestigieux  César 1993 du meilleur film étranger.

Ici, nous ne parlerons pas de la merveilleuse actrice Victoria Abril (Rebeca), ni de Marisa Paredes (Becky del Paramo), d’autres l’ont fait avant nous et de belles façon, mais évoquerons ce qui est le sujet principal de notre blog Double Genre : le travesti, remarquablement interprété par Miguel Bosé (en V.F. avec la voix d’ Emmanuel Jacomy) qui est à la fois le méthodique juge Domínguez, l’indicateur de police Hugo et la sublime Letal, un travesti et transformiste qui rend hommage à son idole Becky del Paramo, en se produisant dans une boite de nuit madrilène.

Marisa Paredes, interprète Becky Del Paramo, célèbre chanteuse pop des années 60 qui se sachant atteinte d’une grave maladie de cœur, souhaite avant de mourir, rentrer à Madrid, sa ville natale et donner un concert d’adieu. Elle espère surtout se réconcilier avec sa fille Rebeca (Abril), négligée depuis sa plus tendre enfance et qu’elle retrouve mariée à Manuel, l’un de ses anciens amants, un égoïste et sans scrupule qui dirige une chaine de TV, trompe sa femme avec Isabel, l’une de ses présentatrices et lui propose de même de reprendre leur ancienne relation. Mais une nuit, Manuel est assassiné…

Bande originale de Talons Aiguilles : en V.O. c’est si bon 😉

Miguel Bosé, alias le juge Dominguez, se dit que tout cet imbroglio à de quoi donner des envies de meurtre ? Oui, mais à qui ? Becky, Isabel ou Rebeca … ? L’intrigue tourne autour de l’identité de l’assassin, traitée de manière tragicomique, entre le milieu de la Justice et du petit monde des travestis où Miguel Bosé, le travesti Letal, est à notre avis, l’acteur qui parvient le mieux à tirer son épingle du jeu, aidé il est vrai en cela, par son rôle plutôt ambivalent.

 » Au-delà de l’aspect mélo, sentimental et policier, Almodovar est et reste un provocateur. Depuis la fameuse motte de beurre dans Le Dernier Tango à Paris [film de Bernardo Bertolucci et Marlon Brando], on n’avait pas vu une scène d’amour aussi originale et suggestive. Rebecca accroché à une barre de traction pendant que Letal se livre à un cunnilingus ; il fallait y penser et savoir le filmer sans vulgarité et avec une pointe d’humour ! Émouvant sans tomber dans la mièvrerie, Talons Aiguilles est l’un des films les plus aboutis du réalisateur espagnol » – écrit Laurence Seguy.

La prestation de Hetal (Miguel Bosé) en imitatrice de la chanteuse Becky del Paramo est époustouflante. Hetal porte une perruque dont la hauteur compense bien celle de son visage et dont la couleur or/platine fait ressortir son teint. Son ample chemisier dans les tons de rouge, cache mieux ses larges épaules, sa courte jupe pailletée met en valeur de belles jambes gainées de nylon et ses hauts talons aiguilles parachèvent le personnage.

Dans la petite loge d’artiste de la boite de nuit, le travesti ne craint pas de révéler non seulement ses artifices à Rebeca (Victoria Abril) : corset, faux seins, coussinets … mais aussi la réalité de d’un désir purement masculin, pour cette vraie femme qui même si elle n’a pas fait « ça » depuis quatre mois, n’en boude pas pour autant son plaisir. Hétal met ainsi en évidence l’antinomie entre sa tricherie vestimentaire et la révélation d’autentiques sentiments par une vraie déclaration d’amour pour le moins originale … regardons plutôt cette scène plutôt torride :

La scène dans la loge de la boite de nuit

Tacones Lejanos, ce titre original en espagnol qui signifie « talons aiguilles » ou littéralement « talons éloignés », illustre bien le rapport d’éloignement de la mère (Becky) et de sa fille (Rebeca) et fait référence à cette scène où Rebeca raconte qu’enfant, elle entendait le bruit des pas de sa mère, quand celle dernière rentrait à la nuit : en fait le seul souvenir qu’elle avait gardé de sa mère. A l’instar du clin d’oeil que fait Almodovar dans ce film à celui du cinéaste Bergman, dans Sonate d’Automne, ces talons aiguilles n’en sont-ils pas aussi un autre à l’une des scènes du film plutôt fétichiste de Truffaut : « L’homme qui aimait les femmes » interprété par l’innoubliable Charles Denner ?

TalonsAiguillesAffiche.JPG


Musique
: C’est le compositeur et acteur japonais Ryūichi Sakamoto qui a réalisé la bande originale du film à l’exception de deux  titres : Un Año De Amor, composé par Nino Ferrer ;

Mais c’est surtout le second, le nostalgique « Piensa en mí », chanson mexicaine de 1937, composée par Agustín Lara et interprétée par la merveilleuse voix de Luz Casal qui nous a séduit ainsi que de très nombreux spectateurs.

Piensa en mi de Luz Casal sur fond d’images du film :

Drapeau de l'Espagne
Si tienes un hondo penar, piensa en mí.
si tienes ganas de llorar, piensa en mí.
Ya ves que venero tu imagen divina,
tu párvula boca que siendo tan niña
me enseño a pecarPiensa en mí
cuando sufras, cuando llores
también piensa en mí,
cuando quieras quitarme la vida,
no la quiero para nada,
para nada me sirve sín tí.Piensa en mí
cuando sufras, cuando llores,
también piensa en mí, cuando quieras
quitarme la vida, no la quiero para nada,
para nada me sirve sin tí.

Drapeau de la France

Si tu as une profonde peine, pense à moi
Si tu as envie de pleurer, pense à moi
Tu vois que je vénère ton image divine
Ta petite bouche, qui, si enfantine
M’a appris à pécher
Pense à moi, quand tu souffriras
Quand tu pleureras, aussi, pense à moi
Quand tu voudras m’enlever la vie
Je n’en veux pas, à rien
A rien, elle ne me sert sans toi
Pense à moi, quand tu souffriras
Quand tu pleureras, aussi, pense à moi
Quand tu voudras m’enlever la vie
Je n’en veux pas, à rien.

§

Et pour nos amis espagnols, la version originale de la scène dans la loge de la boite de nuit, más emotiva 🙂

Lio de France / Double genre
qui vous remercie de laisser un commentaire 🙂

TECHNIQUE G+A

(function(i,s,o,g,r,a,m){i[‘GoogleAnalyticsObject’]=r;i[r]=i[r]||function(){
(i[r].q=i[r].q||[]).push(arguments)},i[r].l=1*new Date();a=s.createElement(o),
m=s.getElementsByTagName(o)[0];a.async=1;a.src=g;m.parentNode.insertBefore(a,m)
})(window,document,’script’,’//www.google-analytics.com/analytics.js’,’ga’);

ga(‘create’, ‘UA-54990533-2’, ‘auto’);
ga(‘send’, ‘pageview’);

 

Travestis et transgenres, sites Internet


TahitiTrans2

ANGLAIS

TsRoadMap, site très complet, dans la langue de Shakespeare

BELGE

InfoTransgenre, site issu de Transgender Infopunt Identité – soins + vie quotidienne

FRANÇAIS

Agora, forum de convivialité pour ceux qui vivent leur féminité

DoubleGenre, blog des Transgenres et des Travestis qui ont ici leurs Lettres de Noblesses

EsterMarie, blog regroupe un nombre important de blogs transgenre

HommeFleur.net – site avec galerie + infos + photos + tchat

HommeFleur.fr (ce n’est pas le même site)

I-trans.net et son Forum + Le Petit Chat de Nad  (Tchat entre trans, travs…)

TXY, blog incontournable du Net

XXY, site + forum de la communauté d’un autre genre

HOLLANDAIS

Estermarie.free, blog offrant une grande liste de liens internationaux.

MEXIQUAINS

CrossMe : site de belles photos de travestis

§

Responsables de blogs, sites, éditeurs, webmestres, internautes …etc, envoyez-nous vos coordonnées pour compléter ce début de liste.

goldgirl1
Visitez notre autre blog DOLLYSEXY®
http://www.dollsexy.fr
et notre boutique pour DOLLS
http://dolsexy.tictail.com
Les plus belles dolls (mannequins réalistes),
leurs vêtements, chaussures & accessoires🙂

 

Michou, le travesti qui fait mouche

Cabaret Michou, BONJOUR!

Chez Michou, un cabaret de grand renom, rencontre avec le Rideau Rouge - Margaux Lantier

Qui ne connait pas Michou ? D’Amiens sa ville natale, il atterrit à 18 ans dans notre chère capitale [Paris]. Comme il le dit dans sa chanson « rusé mais si fauché » il marquera les esprits à travers les générations !

En créant son propre cabaret il fait Mouche !

Cela commence par une boîte de nuit, puis en 1960 l’aventure commence. Michou lance son cabaret avec ses fameux shows de transformistes, où se bouscule tout le gratin parisien.

Nous sommes loin des années folles ou les nuits montmartroises se transformaient en véritables spectacles vivants avec plumes et paillettes. « Entrez par ici, tout est permis ! » Charles Aznavour le dit si bien « la musique et l’amour ne font pas corps ensemble ». Mais, en lançant son cabaret, Michou ranime cet atmosphère d’antan !

Patrice-Michou-allias-Nolween-Leroy-lerideaurouge.net

Que se passe-t-il  pour que, depuis cinquante ans, le cabaret fasse toujours salle comble ?

Sur cette petite scène se bousculent Edith Piaf, Maria Callas, la merveilleuse Liane Foly, Carmen, Patricia Kaas, Britney Spears et j’en passe ! En effet la liste est longue…
Une actualité surveillée de près pour faire vivre les étoiles montantes, sans oublier les grands noms de la chanson française que les « Michettes » font revivre le temps d’une soirée !

Ce succès n’est pas un hasard ! Le spectacle de Michou est réglé à la perfection : maquillage, mimiques, costumes et gestuelles : un défilé des plus grandes stars qui ont marqué leur époque.

Un melting pot de nostalgie, de burlesque et d’émerveillement, toutes générations confondues.

Pour ce qui est du coût, tout se paye dans ce bas monde !

chez-michou-lerideaurouge.net-02
Même un lâché prise s’achète, mais attention voilà ce que Michou vous propose : pour 110 €, accrochez vos ceintures ! on commence par une coupe de champagne, oui on joue le jeu, où on ne le joue pas. Un choix d’entrées vous est proposé, des plats, des desserts  accompagnés d’un café ! Le dîner se fait avant le spectacle, vous n’avez donc pas a choisir entre l’artiste et la flamiche.

Étant une grande admiratrice de cet établissement, le prix en vaut la chandelle. Parlons de l’homme à présent.

Depuis cinquante ans, il tient ses habitudes et accueille tous les soirs les novices et les habitués, pour une soirée que vous ne serez pas près d’oublier. Le succès et la médiatisation peuvent faire perdre pied. Michou, lui, reste dans sa simplicité avec la générosité qu’on lui connaît. Depuis la mort de sa maman dans les années 2000, il accueille tous les dimanches de chaque mois les personnes âgées du 18ème [arrondissement] au cabaret avec un mot qui sera bientôt banni du vocabulaire français : gratuitement !

J’ai eu le plaisir de rencontrer Fabrice Iglesias, alias Betty Boop, Mireille Mathieu et bientôt la grande Line Renaud. Fabrice travaille chez Michou depuis 2000.

C’est avec un sourire jusqu’aux oreilles et des étoiles pleins les yeux qu’il me parle du cabaret et de son plaisir, chaque soir à monter sur scène. Fabrice sera votre hôte avant que le spectacle commence et revêt ensuite ses tenues pour interpréter ses personnages.

chez-michou-lerideaurouge.net-03

Un passionné qui aime ressentir l’admiration des clients !

 

SOURCE : LeRideauRouge.net
Pub gratuite : michou.com
Vidéo : Extrait du SHOW

2° PARTIE /

Biographie

1931 – 18 juin, Michou, né Michel Georges Alfred Catty à Amiens dans le département de la Somme, est le patron du célèbre cabaret « Michou », sis au 80 rue des Martyrs 75018 Paris.

1962, 13 juillet, Michel Catty « monte » à Paris pour faire sa révolution : il va se travestir en imitant la chanteuse en vogue France Gall ; il sort également sorti plusieurs singles.

Le style Michou : Michou adopte une apparence vestimentaire extravagante, dite kitch, dont ses fameuses lunettes bleues et une coiffure brushing décoloré ; de plus, il ne cache pas son homosexualité. Depuis toujours, le coloris préféré de Michou est le bleu, couleur de ses lunettes, ses vêtements et des décorations de la salle de spectacle.

Michou développe le concept du cabaret-restaurant-spectacle. Après le dîner, les lumières s’éteignent et le spectacle démarre. Sur une scène minuscule, des travestis remarquablement maquillés chantent en « play-back » en imitant les stars du show-business actuelles ou (le plus souvent) anciennes, dont les principales Dalida, Sylvie Vartan, Chantal Goya ou encore Edith Piaf.

Il combine aussi social et business tout en œuvrant pour divertir les personnes âgées et isolées du quartier en organisant notamment tous les mois un déjeuner dans son cabaret avec les pensionnaires de la maison de retraite de la Providence, établissement voisin de la salle de spectacle.

1973 – Il joue son propre rôle dans le film La Bonne Année, réalisé par Claude Lelouch.

2005 – 24 janvier, Michou reçoit la médaille de chevalier de la Légion d’honneur.

Michou en 2006.

2005 – février, un film-documentaire de 52 minutes, titré Michou, la vie en bleu, est réalisé pour France 5 par Frédéric Lievain.

2007 – janvier, lors de la « Nuits des Talents », Michou reçoit un trophée, remis par le Conseil Général de la Somme, son département de naissance.

1991 – 18 juin, Michou fète ses 60 ans. Michou devenu une célébrité, il réussit à réunir le Tout-Paris sur un bateau pour son anniversaire, fêtés au fil de l’eau sur l’un des bateaux mouche de la Seine.

2011 – 18 juin, Michou atteint ses 80 ans qu’il fête en grandes pompes, deux jours plus tard dans la célèbre salle du Trianon, entouré d’une pléiade de  personnalités, de ses Michettes et de son fidèle compagnon Erwan.

Le Cabaret Michou

L’établissement était au départ un restaurant et bar de nuit (qui n’eut pas toujours l’autorisation de rester ouvert toute la nuit : les clients s’y laissaient enfermer après 2 h du matin quand les règlements de police obligeaient « Lulu », la vestiaire chargée de la porte, à refuser de nouveaux clients). Au début des années 60, Michou y lança progressivement ses spectacles de transformistes, interprétant des classiques de la chanson, souvent de façon burlesque, parfois poétiquement. Il y participait en meneur de jeu toujours en scène : la troupe était réduite, constituée de personnages du quartier, tel « la grande Eugène », alors teinturier. Ce fut une adresse confidentielle, proche de Madame Arthur, et du quartier Pigalle.

2016 – 18 juin, Michou, tout de bleu vêtu, fête ses 85 ans en présence des ses amis Alain DELON et de Jean Paul Belmondo !

Échotiers et chroniqueurs de la nuit découvrirent cet endroit, après quelques années de spectacle plus ou moins improvisé. Georges Debot, ami de Michou, Jacques-Louis Delpal, par la suite responsable avec lui d’un petit guide « bleu tendre », puis auteur d’un livre sur les « travestis » (voir Travestissement), Alain Naulin, collaborateur de France-Soir, évoquèrent la boîte de la rue des Martyrs bien avant 1968 et la « libéralisation » des spectacles. On y vit souvent Yves Mourousi, journaliste à l’ORTF qui allait devenir un présentateur du journal télévisé de la Une.

Chez Michou tenait alors presque du club, à la fois très parisien et bon enfant. Michou « et ses Michettes » connurent la célébrité au cours des années 1970, la renommée parisienne devenant « nationale » et les émissions de télévision se succédant, alors que d’autres cabarets, au succès éphémère, contribuaient à l’engouement pour les spectacles à ce moment encore dits globalement et imprécisément de travestis (La Grande Eugène, L’Ange Bleu et, pour une part, l’Alcazar de Jean-Marie Rivière, où officiait Babette).

Le cabaret Michou n’allait pas désemplir. Expansif, amateur des meilleurs champagnes, toujours irréprochablement coiffé, embrassant les vedettes lors de toutes les manifestations festives, étonnamment matinal pour un noctambule, il est resté très populaire dans son quartier et à Montmartre, dont il est une personnalité symbolique, à l’instar de celle que fut sa grande amie Dalida.

Les transformistes se succèdent toujours, chaque soir, sur la petite scène du 80, rue des Martyrs, à Montmartre. Le spectacle Folies folles est encore de la veine « Michou », bien que le fondateur du cabaret, qui sort toujours des CD, ait pris quelque recul. Il a souvent été imité et parodié par le comique Jonathan Lambert, notamment dans la Grosse émission.

Liens utiles

– Plus de 130 transformistes trouvés sur ACTEURS-FETES.com


Travestis et transgenres pris sur LE VIF

MenToWomen1
Transgenre, transsexuel, travesti…pour en finir avec les préjugés

Caroline De Ruyck, du journal en ligne LE VIF.be, nous rapporte :

Si, pour la plupart d’entre nous, le terme « transgenre » évoque spontanément l’image d’hommes ou de femmes ayant subi une opération de changement de sexe, il recouvre en réalité un groupe de personnes beaucoup plus diversifié. Il est temps de tordre le cou aux malentendus et aux préjugés.

Transgenre, transsexuel, travesti… lorsqu’on n’est pas étroitement familiarisé avec la question, on a vite fait de s’y perdre ou de s’emmêler les pinceaux entre ces différentes notions ! Ces trois termes recouvrent pourtant bien des réalités distinctes, souligne Katrien Van Leirberghe, rattachée à la coupole flamande des personnes homosexuelles, bisexuelles et transgenres çavaria :

« On utilise le terme de ‘transgenre’ pour désigner une personne dont l’identité de genre (son vécu personnel de sa masculinité ou féminité) ne rejoint pas son sexe de naissance. Il peut s’agir d’individus dont les choix vestimentaires sont en contradiction avec les attentes de la société, qui se sentent tantôt hommes, tantôt femmes, qui se perçoivent comme un homme dans un corps de femme ou inversement… Il s’agit donc d’un terme global, qui recouvre trois grandes catégories : les travestis, les « transgendéristes » et les transsexuels. »

Né dans le mauvais corps

Ces individus ne souhaitent pas tous, loin s’en faut, changer de sexe ou mettre leur apparence en concordance avec leur vécu de leur identité de façon permanente. Les travestis portent par exemple des vêtements culturellement associés à l’autre sexe de façon sporadique ou régulière, tandis que les « transgendéristes » combinent des caractéristiques identitaires masculines et féminines. Seuls les transsexuels sont souvent tiraillés entre leur sexe biologique et leur identité de genre au point de vouloir se soumettre à une intervention chirurgicale qui leur permettra de modifier le premier pour l’aligner sur leur ressenti. On dit quelquefois de ces personnes qu’elles sont « nées dans le mauvais corps ».

Un autre malentendu fréquent est qu’une personne qui se sent appartenir à l’autre sexe et/ou se comporte en conséquence serait forcément homosexuelle. « On confond encore souvent transgenres et holebis. De nombreuses personnes s’imaginent par exemple que tous les travestis sont homos ou qu’un transsexuel est forcément hétéro, alors que ce n’est en réalité pas si simple, poursuit Katrien Van Leirberghe. Je n’irais toutefois pas jusqu’à affirmer qu’il n’y a aucun rapport, car de nombreuses personnes se supposent homosexuel(le)s avant de finalement s’identifier comme transgenres. On remarque aussi qu’il y a beaucoup plus de transsexuelles (personnes nées hommes mais devenues femmes) lesbiennes que de transsexuels (nés femmes) gays : 26 % des transsexuelles aiment les femmes, tandis que 5 % seulement des transsexuels sont attirés par les hommes. On trouve donc parmi les transgenres aussi bien des hétérosexuels que des homosexuels ou des bisexuels, comme dans la population générale. »

Égalité des chances

La population transgenre dans notre pays [la Belgique] est difficile à chiffrer, car ces personnes sont loin de se faire toutes opérer et de solliciter le changement de sexe juridique qui permettrait de les enregistrer. D’après les chiffres du registre national, 676 Belges ont officiellement changé de sexe entre 1993 et 2013 (69 % nés hommes et devenus femmes, 31 % nés femmes et devenus hommes). D’après le centre d’études des genres de l’université de Gand, ce n’est toutefois que la partie visible de l’iceberg : en réalité, l’identité de genre s’écarterait peu ou prou du sexe de naissance chez un homme sur 1000 à 2000 et une femme sur 2000 à 4000. Une minorité seulement (1/12.900 hommes et 1/33.800 femmes) fera appel à la chirurgie pour changer complètement de sexe. Les autres se borneront à un parcours médical plus limité voire inexistant et resteront donc invisibles dans les statistiques.

Comment expliquer l’énorme décalage entre le nombre d’hommes et de femmes qui changent de sexe ?

« Il existe une hypothèse biologique selon laquelle certains processus initiés in utero prédisposeraient davantage les hommes. D’autres théories avancent que les femmes occidentales rencontrent moins d’obstacles que les hommes à l’expression de leur identité de genre (contrairement à un homme en jupe, une femme en pantalon n’interpelle plus personne). De ce fait, les personnes nées hommes qui s’interrogent sur leur identité de genre pourraient plus rapidement s’identifier comme transgenres, puisqu’elles ne correspondent pas aux critères relativement étroits de la masculinité. »

Maman, je veux être un garçon

La remise en question du sexe biologique peut se faire très tôt dans l’enfance. « De nombreux enfants traversent une période de découverte du genre où ils déclarent à leurs parents qu’ils préféreraient appartenir à l’autre sexe. Si ce questionnement devient problématique, il est toujours possible de consulter une équipe spécialisée. Les trois quarts de ces enfants s’avéreront finalement homosexuels plutôt que transgenres. Lorsqu’il existe un réel problème de dysphorie de genre et qu’une transition semble pouvoir s’avérer bénéfique, il est envisageable, moyennant l’accord des parents, d’initier un traitement pour bloquer le développement pubertaire. »

Une intervention de changement de sexe (transition) n’est légalement autorisée qu’après l’âge de 18 ans dans notre pays. Elle peut reposer sur un traitement hormonal (dès 16 ans) et/ou chirurgical, mais devra toujours être précédée d’une période où la personne adopte le genre souhaité dans la vie de tous les jours. Le changement se passe-t-il toujours sans encombre ? « Ce ‘grand moment’ suscite chez certains transsexuels des attentes tellement importantes que la médecine ne sera jamais en mesure de les combler. Il peut donc arriver que le patient soit déçu du résultat ou qu’il y ait des complications. Bien souvent, ces personnes accordent toutefois beaucoup plus d’importance à d’autres caractéristiques extérieures (pilosité faciale, voix…) qu’au changement de sexe proprement dit. »

La majorité des patients transgenres belges sont traités à l’UZ Gent. En 2013, l’hôpital a pris en charge pas moins de 113 personnes, alors que la moyenne pour les années précédentes était de 77. Autant dire que l’attente est parfois longue avant de pouvoir bénéficier d’une opération (jusqu’à deux ans) ou même d’un premier rendez-vous chez un psychologue (jusqu’à 4 mois)…

Caroline De Ruyck

Le cadre légal

En Belgique, la loi sur la transsexualité permet aux patients qui changent de sexe de faire modifier leur nom et la mention m/f sur leurs documents officiels – moyennant certaines conditions. La personne devra notamment présenter une attestation du psychiatre et de l’endocrinologue certifiant qu’elle « a la conviction intime, constante et irréversible d’appartenir au sexe opposé ». En outre, son corps devra avoir été « adapté à ce sexe opposé dans toute la mesure de ce qui est possible et justifié du point de vue médical » et elle ne pourra plus être en mesure « de concevoir des enfants conformément à son sexe précédent ». Çavaria voit dans ce dernier critère – qui constitue ni plus ni moins qu’une exigence d’infertilité – une véritable atteinte aux droits de l’homme qui devrait absolument être rectifiée.

Le Parlement Européen abonde dans son sens : le 4 février 2014, il a adopté une résolution pour qu’une feuille de route soit adoptée, afin de protéger les droits fondamentaux des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres et intersexuées (LGBTI). Il mentionne que les États membres devraient « instaurer des procédures de reconnaissance juridique du genre ou réviser celles déjà en place, en vue de respecter pleinement le droit des personnes transgenres à la dignité et à l’intégrité physique », notamment pour empêcher leur stérilisation et arrêter enfin de les considérer comme des personnes souffrant de troubles mentaux.

Un nouveau site web dédié aux personnes transgenres

Le site internet de l’association flamande « Transgender Infopunt » connaît désormais une déclinaison francophone : www.infotransgenre.be

Cette nouvelle plate-forme contient des informations destinées à aider les personnes transgenres et leur entourage, notamment au niveau administratif.

16/05/14 à 15:21 – Mise à jour à 15:21 | Source : Journal en ligne LeVif.be

Travelling sur les travestis du cinéma

De Chaplin à Glenn Glose, travelling sur travestis

Glenn Close dans Albert Nobbs. Photo : DR.
Hommes en jupettes, femmes en costards… Longtemps ambigu, le personnage du travesti au cinéma ne cache plus son jeu. Jouer un travesti est un peu au comédien ce que le slalom géant est au skieur. Ou le triple saut périlleux arrière sur poutre pour un gymnaste. Une sorte d’épreuve olympique.

Dans Albert Nobbs, de Rodrigo Garcia, à l’affiche, Glenn Close nous offre un sans-faute : son interprétation, une femme qui se fait passer pour un homme dans l’Irlande du XIXe siècle, est un véritable numéro transformiste. [diaporama].

Du côté de Hollywood, endosser les habits de l’autre sexe, c’est un peu le nec plus ultra du rôle de composition. Le genre de prestation virtuose qui a toujours rapporté des oscars, de Jack Lemmon pour Certains l’aiment chaud à Hilary Swank et Boys don’t cry, des décennies plus tard.

En France, où le cinéma se focalise moins sur la « performance » de l’acteur, l’exercice n’est pas inscrit dans le plan de carrière : on n’a, par exemple, jamais vu Alain Delon en jupette. Mais Gérard Depardieu, si, qui compose dans Tenue de soirée, de Bertrand Blier, un travesti trouble et fascinant. Et d’autres comédiens de premier plan ont, chez nous, osé bousculer leur image avec succès, de Jean Carmet (Miss Mona) à Gad Elmaleh (Chouchou), ou même Valérie Lemercier (Le Derrière).

Le travestissement, pratique aussi ancienne que le spectacle, con­cer­ne toutes les cultures, toutes les époques, de l’Antiquité à l’Angleterre de Shakespeare ou au théâtre japonais. Sarah Bernhardt, actrice légendaire, remporta sur scène un triomphe dans L’Aiglon, d’Edmond Rostand, un rôle masculin, plus d’un siècle avant Albert Nobbs. Toutes les sociétés ont joué à cache-cache avec l’identité sexuelle, y ont montré quelque chose de leurs désirs et de leurs rejets. Avant tout, l’imposture des travestis révèle une affaire qui nous concerne tous : la société est en elle-même un jeu de dupes, un bal masqué perpétuel. Comme le confiait récemment Glenn Close à un journal irlandais : « L’individu moyen dissimule environ 98 % de ce qui se passe en lui. »

Cachez cette sexualité…
Certes, tout le monde ment, tout le monde porte un « déguisement » social. Mais à l’écran les travestis mentent encore un peu plus que les autres. Dès les débuts du cinéma, à l’ère du muet et du burlesque, leur accoutrement sert de cachette à ce que les moeurs du temps ne peuvent tolérer. « On trouve beaucoup de travestis dès le début de l’histoire du cinéma. Comme, pendant très longtemps, personne ne pouvait ouvertement représenter l’homosexualité, on introduisait une interrogation sur la sexualité par le biais de l’accoutrement », explique Didier Roth-Bettoni, auteur d’une somme sur l’homosexualité au cinéma (1)

Dès 1915, dans Mam’zelle Charlot, Charlie Chaplin se déguise (une robe, des anglaises) pour courtiser sa bien-aimée sans éveiller les soupçons de son père. Résultat, lorsqu’ils flirtent, ce sont deux filles qui ont l’air de s’embrasser. Avec le code Hays, qui, à partir de 1930, veillait jalousement sur les bonnes mœurs du cinéma hollywoodien, ce genre de jeu avec la censure n’a fait que s’amplifier : dans Sylvia Scarlett, de George Cukor (1935), Katharine Hepburn, déguisée en garçon, trouble considérablement le personnage de Cary Grant. Même si, à la fin, la bonne morale et les valeurs familiales triomphent : ouf ! l’objet du désir était du sexe opposé.

Hommes en jupettes et femmes en culottes
Le travesti « à l’ancienne » est une figure ambiguë, presque double : contrebandier malicieux des désirs interdits d’un côté, il trahit aussi de l’autre les préjugés et les rigidités d’une société traditionaliste et patriarcale. Un homme en jupette fait rire le chaland, une femme en pantalon, non : « Les codes sociaux ne sont pas les mêmes, explique Didier Roth-Bettoni. Pour un homme, se déguiser en femme, c’est un argument traditionnel de comédie. Il ne saura pas marcher avec des talons, il sera forcément ridicule, diminué. Il y a une sorte de décalage, un aspect masculin qui persiste. Pour les femmes, en revanche, de Sylvia Scarlett à Albert Nobbs, il s’agit très souvent d’acquérir une place dans la société, une reconnaissance à laquelle elles n’ont pas droit. C’est une tendance que l’on retrouve même dans les westerns : Joan Crawford, Barbara Stanwyck, toutes doivent revêtir le costume masculin pour s’imposer. »

En résumé, il est urgent d’échapper aux signes de la féminité. Et si l’on est contraint de s’en affubler, on devient dérisoire. Bonjour l’égalité des sexes. Ainsi, dans Allez coucher ailleurs !, de Howard Hawks, 1949, Cary Grant se retrouve-t-il fagoté dans un piteux uniforme de femme pour pouvoir continuer à fréquenter son épouse, militaire. Il a l’air malheureux, quasiment castré. En France aussi, ce genre de franche rigolade en jupon fait recette, voir Trois Artilleurs au pensionnat (tout un programme), grand moment de comique troupier, en 1937.

Des prétextes, encore des prétextes
Pendant très longtemps, il n’est pas question de représenter un travesti qui aurait choisi de l’être. Pour s’amuser à mélanger les genres sexuels, les scénaristes ont besoin d’une excuse. N’importe laquelle, pourvu qu’on ne prenne pas le héros pour un « déviant ». On se déguise donc par nécessité, et cet artifice devient peu à peu en lui-même un véritable genre comique : certains cherchent à échapper à des tueurs, comme Tony Curtis et Jack Lemmon dans Certains l’aiment chaud, en 1959, ou à la justice (Katharine Hepburn dans Sylvia Scarlett). C’est devenu une véritable tradition, qui se perpétue au gré d’une lignée de films jusqu’à l’époque contemporaine : voir Robin Williams, qui, par exemple, en 1993, dans Madame Doubtfire, se transforme en nounou plantureuse pour côtoyer incognito les enfants dont il a perdu la garde. Dans ces cas-là, on change autant d’identité que de sexe, comme le personnage interprété par Didier Bourdon dans Madame Irma, qui va encore un peu plus loin dans la schizophrénie sociale. Licencié du jour au lendemain, il a l’idée bizarre de se faire « voyante ». Comme pour disparaître dans une autre personnalité : « La violence sociale qu’il a subie le pousse à se déguiser en femme parce qu’il veut se cacher complètement, tourner la page », se souvient le comédien.

Entre deux genres
Progressivement, certains réalisateurs vont réussir, mine de rien, à insuffler d’autres idées à travers les personnages de travestis. Le premier à innover vraiment fut sans doute Billy Wilder, avec son Certains l’aiment chaud, à la fois classique et curieusement audacieux pour l’époque : « Ce qui est amusant, c’est qu’il développe la caricature traditionnelle du travesti à son corps défendant avec le personnage de Tony Curtis, mais il introduit aussi une deuxième figure, plus originale : en endossant le costume d’une femme, Jack Lemmon en devient une. Il trouve un épanouissement que son identité masculine ne lui offrait pas ! » souligne Didier Roth-Bettoni. Vingt ans après, le Victor Victoria de Blake Edwards marque lui aussi un tournant. A côté du flirt classique entre macho et belle travestie, il introduit un « vrai » couple homosexuel de personnages secondaires. On est alors en 1982, et les temps ont changé. La révolution sexuelle est passée par là, la cause des gays se porte de mieux en mieux, celle des femmes aussi. C’est à la même époque que sort Tootsie, qui propose une vraie transgression féministe. Dustin Hoffman y joue un acteur au chômage qui n’arrive à atteindre le succès que dans la peau… d’une actrice. « Je ne connais pas beaucoup d’autres exemples de ce genre, où un homme a besoin de devenir une femme pour acquérir une place dans la société, dans son métier, à laquelle il n’avait autrement pas droit », dit notre spécialiste.

 

Travesti et (enfin) fier de l’être

A partir des années 1970, le travesti a même commencé à exister en tant que tel : de nouveaux héros 100 % assumés dans leur identité à la frontière des genres apparaissent. Le personnage de Michel Serrault dans La Cage aux folles, la pièce, puis le film, est à cet égard novateur. Pour Didier Bourdon, qui a repris le rôle écrit par Jean Poiret sur les planches, de 2009 à 2011, cette histoire de couple homosexuel stable est même « en avance sur son temps. Ils vivent ensemble depuis longtemps, ils ont même un grand fils, alors qu’on en est encore aujourd’hui à débattre de la question de l’homoparentalité ». Et dans Le Père Noël est une ordure, au début des années 1980, le personnage de travesti joué par Christian Clavier, mi-drôle, mi-tragique, n’est jamais ridiculisé. Il semble même, au contraire, traité avec moins de cruauté que les autres personnages. Dans les années 1990 apparaissent les drag-queen, notamment avec le film australien Priscilla, folle du désert. Ce sont des créatures dont la féminité surréelle, flamboyante, carnavalesque, scintille aux antipodes de l’image traditionnelle du « travelo » empêtré dans son encombrante virilité. Un cas à part, mais la preuve que le « répertoire » des travestis de cinéma s’élargit, se peuple d’autant de personnages qu’il y a de comédiens et de cinéastes. Chacun devient un cas particulier : le Miguel Bosé de Talons aiguilles, à la fois juge et chanteur de cabaret chez Pedro Almodóvar, défie autant les clichés que la créature sentimentale interprétée par Vincent Perez dans Ceux qui m’aiment prendront le train, ou le fantasque Ed Wood de Johnny Depp, dans le film de Tim Burton. Enfin libres.

Un reporter de guerre devient madame

JeanPierreDaudet

– « C’est une souffrance permanente » : le témoignage poignant d’un transsexuel. –

(Cliquez sur le lien vidéo ci-dessous)

Adtech Ad

ARTICLE :

Il y a six ans, Jean-Pierre est devenu Mathilde. Cet ancien reporter de guerre a changé de sexe à la suite d’une opération en Thaïlande et évoque son parcours face aux caméras de Sept à Huit. Entretien.

Difficile de se dire que Mathilde était un homme… il y a six ans à peine. Depuis son enfance, Jean-Pierre, père de famille et ancien reporter de guerre, se sentait comme un homme emprisonné dans un corps de femme. « Je suis née femme dans un corps d’homme » lâche le transsexuel face aux caméras de Sept à Huit. « On a le sentiment d’être piégé dans ce corps » ajoute Mathilde avec émotion. En grandissant, Jean-Pierre va mener la vie de tout homme : enfants, relations amoureuses avec des femmes. Il continue à se sentir emprisonné dans son corps d’homme. « C’est une souffrance permanente » se souvient-il. A l’âge de 60 ans, ce papa de quatre enfants décide de partir en Thaïlande pour subir une opération afin de changer de sexe et d’être reconnue en tant que femme à part entière. Pendant sept heures, une équipe de médecins l’aide à changer d’identité en lui coupant la verge et lui enlevant les testicules. Jean-Pierre a également subi une vaginoplasie afin de pouvoir connaitre l’orgasme féminin. Depuis, l’ancien reporter qui se fait appeler Mathilde prend un traitement hormonal.

Face à Thierry Demaizière, le transsexuel explique la manière dont il a appris à ses enfants qu’il était devenu une femme. « Quand je l’ai dit à mes enfants j’avais peur que l’émotion m’empêche de parler j’avais écrit une lettre. Et puis, j’étais même pas capable de lire la lettre je l’ai donnée à mon fils qui était avec ma belle-fille. A la fin de la lettre (…) ils m’ont dit : « On t’aime qu’est-ce que ça peut faire ? »

Vidéo publiée le 01/02/2016 à 11h10

 

 

Un mannequin androgyne chez JP Gauthier

Qui est Alex Wetter, le mannequin androgyne du podium de Jean Paul Gaultier ?

Qui est Alex Wetter, le mannequin androgyne du podium de Jean Paul Gaultier ?
Alex Wetter sur le podium de Jean Paul gaultier © Imaxtree

A 26 ans, Alex Wetter a défilé, en pleine Semaine de la couture, pour Jean Paul Gaultier. Une consécration pour le jeune homme à l’allure unique, et dont la carrière ne fait que commencer. Qui est-il ? La réponse.

Le mélange des genres
Les cheveux longs, les traits fins, Alex Wetter impose son allure androgyne dès qu’on le voit. Pourtant, quand il débarque à Paris dans le but de devenir mannequin, on lui demande de jouer la carte de la virilité. C’est en misant, au contraire, sur sa féminité et sur la pluralité des genres qu’il se démarque. Il obtient quelques parutions dans des magazines de mode, et s’offre sa première couverture pour le magazine « OOB ». Il participe à la très médiatisée campagne publicitaire du site de rencontre Adopte un mec et pose pour l’affiche Adopte un androgyne.

Des débuts d’acteur
En 2015, il obtient un petit rôle dans la série « Versailles », créée par Canal Plus. Il tourne actuellement dans la saison 2. Alex Wetter s’illustre aussi dans des clips (Shy’m « En apesanteur ») et dans des publicités, comme Citroën et TooGood. A chaque fois, c’est le mélange des genres qui est mis en scène.

La consécration Jean Paul Gaultier
Avant de défiler pour Jean Paul Gaultier, Alex Wetter avait déjà foulé des catwalks (Iris Van Herpen, Fred Sathal…). Mais le jeune homme rêve depuis toujours de compter parmi les mannequins de l’homme à la marinière. C’est désormais chose faite. Il se transforme en créature de la nuit pour le défilé « Palace » aux looks 80’s colorés et festifs.

Qui sont les monstres ?

Inutile de défendre les journalistes qui travaillent quasiment tous pour ce que l’on nomme désormais les « merdias » ; mais ils ne sont que le miroir de la société divisée en clans qui promeuvent la vie en ghettos, dans lesquels les parents éduquent leurs enfants sur la base de religions, de coutumes, de cultures, de systèmes éducatifs, d’expériences de vie trop repliés sur eux-mêmes, avec pour principe intangible qu’ici est meilleur qu’ailleurs. Non que nous prétendions qu’il faille se libérer des religions, coutumes, cultures, systèmes éducatifs, et autres expériences de vie, mais que nous en révisions sérieusement notre compréhension à la lumière des notions d’amour et de respect véritables.

Katie Meade n’est pas un monstre !

katie

C’est en réaction à une petite phrase glissée au bas d’un article qui se veut informatif, que j’ai ressenti le besoin d’écrire. Des mots malheureux, ou plutôt tristes à pleurer, des mots qui suscitent en moi une colère profonde :

« À mille lieues des diktats, le monstrueux est devenu esthétique. » – Clara Brunel/ Le Point

Capture

Katie Meade est une jeune-femme de 32 ans qui vit avec un chromosome en plus. Katie fait parler d’elle depuis quelques jours car elle est devenue l’égérie de la marque de cosmétiques  Beauty and the Pin-ups. Katie n’est pas un monstre.

fearless

L’article de Mme Brunel, très bien documenté, expose les faits et oriente la pensée du lecteur vers la tendance à la diversité qui semble animer le monde de la mode actuellement. J’ai, moi-même, évoqué ce mouvement à propos de H&M, Benetton, American Eagle, Louboutin ou encore Tommy Hilfiger. C’est vrai, les marques se préoccupent de plus en plus de refléter la réalité sociétale plutôt que de nous donner à voir des visages lisses sur des corps parfaits.

Cependant, cette affreuse petite phrase laisse un goût amer, un sentiment nauséeux que le chemin est encore long avant qu’on s’accepte les uns les autres comme éléments du même tout : l’humanité.

Car le monstre n’est pas humain. Il est laid, il fait peur, il se doit d’être rejeté et craint. Autrefois, l’enfant naissant avec des malformations était qualifié de monstrueux. Il faisait la honte de ses parents et quand il n’était pas abandonné, confié à l’hospice, on le tenait fermement à l’abri des regards, réduit le plus souvent au rang d’animal qu’on nourrit, flatte et bat…

Les monstres pouvaient aussi travailler dans des cirques ou des zoos humains comme Joseph Merrick, l’homme-éléphant qui souffrait en réalité de neurofibromatose. Tout le monde se souvient du célèbre film Freaks (les Monstres) :

freaks

Mais il est révolu ce temps où la normalité se construisait par opposition au monstrueux. Nous avons appris à connaître le handicap, la différence et à comprendre l’humanité dans sa diversité. Ce n’est pas parce que je m’étonne et que je conçois qu’une jeune-femme trisomique devienne mannequin, que je l’accepte. Non. Cela s’appelle de la tolérance et c’est très différent de l’acceptation.

Katie Meade est une femme comme moi et je rêve du jour où on ne parlera d’elle que pour son talent et non parce qu’elle est trisomique.

Katie Meade n’est pas un monstre! C’est de le penser qui est monstrueux!

ENT – KATIE MEADE

Par : Themetis
Publié le : 05.04.2016
Titre original : « Katie Meade n’est pas un monstre. »
Commentaires par : Lio de France / DG
Source : ThemetisInfo.wordpress.com

Transgenre : devenir une lady

Parmi les nombreux blogs que je parcours tous les matins – comme le chef de cuisine déambule sur les marchés de province pour y découvrir de nouvelles saveurs ; ou le modiste qui se fait inviter à assister aux défilés des mannequins, sur les tapis rouges des maisons de couture, pour s’enquérir des tendances du temps – je suis tombé sur un article de la ravissante Miss Manuella du blog Silence Brisé, auquel il n’y avait qu’un seul mot à rajouter pour qu’il « colle pile poil » aux besoins de la mouvance transgenre MtoF (Homme vers Femme) : les 5 secrets pour devenir une Lady et je n’ai qu’à ajouter (une Lady) Trans.

14595134443731.jpg

Être une Lady ce n’est pas seulement être une femme. C’est bien plus que ça. C’est une attitude. Être une Lady, c’est être bien plus qu’une femme ; C’est élever son niveau et être influente.

Je vais vous dévoiler les secrets qui feront de vous une véritable Lady, si vous ne l’êtes pas déjà, bien entendu.

14595135087971.jpg

Règle n° 1 : Une Lady a confiance en elle.

Elle sait ce qu’elle veut, et ne se laisse pas malmener par qui que ce soit. Malgré ce qu’on dira d’elle, elle sait qui elle est et ce qu’elle vaut. Les paroles négatives ne l’atteignent pas.

14595135256591.jpg

Règle n° 2 : Une Lady  est indépendante.

– Que ce soit sur le plan financier et personnel, elle se doit d’être indépendante –

Elle subvient à ses propres besoins financiers sans avoir besoin de quiconque. Elle peut acheter ce dont elle a besoin sans rien demander à personne. Financièrement, elle s’en sort comme une chef. Elle est une bonne gestionnaire. Une lady parvient à épargner pour son futur et à se faire plaisir en même temps.

Si elle est célibataire, elle ne se morfond pas car elle est seule. Au contraire, elle profite de ce moment et jouit de la vie. Pour être heureuse et épanouie, il ne faut pas forcément être en couple. Alors non, ce n’est pas une fatalité.

Si elle est en couple, c’est mieux, mais elle sait tout de même être autonome. Elle n’a pas besoin d’être constamment avec son homme. Elle sort, et elle a ses activités et son petit jardin secret.

14595135412151.jpg

Règle n° 3 : Une Lady  prend soin d’elle.

Le domaine spirituel est très important. Cette relation apaise et fait énormément de bien à l’esprit. Cette connexion spirituelle doit être quotidienne, et de préférence matinale.

Pour prendre soin de soi, l’alimentation est un domaine incontournable. La lady mange sainement elle adopte la tendance Healthy Life. L’alimentation est une partie importante lorsque l’on souhaite prendre soin de soi. La tendance est de négliger cette partie, mais n’oublions pas que notre corps est un sanctuaire précieux, et que s’il est négligé, il s’effondrera. Il vous faut donc le protéger et en prendre soin, comme vous prenez soin de votre maison. Votre corps vous en remerciera.

Néanmoins, pour éviter toutes frustrations, rien ni personne ne vous interdira de prendre un ‘Cheat Meal’ 2 fois par semaine. Dans le jargon, c’est manger ce que vous voulez sur un repas, de préférence le midi.

Sur le plan physique, une Lady fait du sport. Elle s’entretient. Oui vous avez bien lu. Vous me direz sûrement, je n’ai pas le temps. Moi je dis oui, vous l’avez, qu’est-ce que 30 minutes dans une journée ? Oui vous avez peut être un mari et des enfants à la maison, mais si certaines femmes y arrivent, pourquoi pas vous ? Je suis persuadée que vous trouverez le temps. Et votre corps vous le rendra bien. C’est une promesse que je vous fais.

Au niveau vestimentaire, une Lady s’habille en toutes circonstances. Qu’importe son humeur du jour, elle ne se laisse jamais aller. Même lorsqu’elle va faire ses courses, ou acheter sa baguette, elle est habillée. Oui, oui… ! Marre des femmes qui sortent en pyjama et chaussons! Ce n’est pas digne de vous mesdames, vous valez mieux que ça! Je ne vous dis pas non plus, de mettre vos talons aiguilles de 15 cm et de vous faire un maquillage de soirée ; Mais juste de sortir propre et habillée. Oui, c’est important. Et puis qui sait qui vous allez rencontrer ?

Lorsque la Lady sort pour aller bosser ou pour un rendez vous, elle est toujours bien mise. Elle s’attache à ce que l’on ne la remarque pas pour son extravagance mais pour son élégance et son raffinement. Le style et la classe font intégralement partie d’elle.

Une Lady s’habille de façon élégante et est couverte car elle respecte son corps. Une idée fausse a été véhiculée au fil des temps: pour être sexy, il faut tout dévoiler. Mais au contraire, être sexy c’est ne rien dévoiler et laisser l’imagination travailler.

14595135640221.jpg

Règle n° 4 : Une Lady  a de bonnes manières.

Elle se respecte et respecte autrui. Rien n’est plus horrible que de voir une jolie femme et dès qu’elle ouvre la bouche, vous restez stupéfaite devant son langage. Cela ne vous est-il jamais arrivé ? Cela gâche toute la beauté de la femme, on n’en retient que le mauvais côté. Ladies, évincer les termes peu élégants de votre vocabulaire car vous ne faites qu’un avec l’élégance.

14595135814461.jpg

Règle n° 5 : Une Lady  est cultivée.

Elle sait et peut discuter de tous les sujets avec quiconque engagera la conversation avec elle. L’expression « Sois belle et tais toi » n’est plus la vôtre. Alors Ladies, exprimez vous et montrez que vous n’êtes pas que jolies, mais que vous êtes aussi intelligentes. L’excellence fait partie de vous.

N’oubliez pas les fondamentaux : Une Lady est confiante, indépendante, elle prend soin d’elle, a de bonnes manières et est cultivée. Sachez que tout est dans l’attitude.

Par :
Publié le : 01.04.2016
Titre original : « Comment devenir une femme d’influence? »
Commentaires par : Lio de France / [DG]
Source : SilenceBrisé.com

Aimez vous vos seins ?

Encore un article sur les seins ? Eh oui, après comment « Faire grossir sa poitrine naturellement ? » un article qui s’est inscrit au top 10 des articles de ce blog, et même un article sur les seins des hommes, pourquoi en rajouter ?

C’est ce que va peut-être nous révéler Caroline Franc Desages de la rubrique Style/Psycho du journal en ligne L’Express.fr. Mais aussi, ajouterais-je, peut-être par jeu, car ce dernier est partout et il semble impossible d’imaginer qu’on puisse un jour découvrir un groupe humain dans l’existence duquel l’activité de jeu serait totalement absente.

Seins Crossdresser Double Genre

JEU DE MAINS…JEU DE SEINS…

J’adore tes jolis petits seins
Sculpture aux formes divines
Juste dimensionnée pour mes mains
Qui savent se faire câlines
J’adore jouer de mes doigts
A en épouser les contours
Et je me surprends parfois
A en inventer des détours
J’adore la douceur de ta peau
Couplée à sa blancheur laiteuse
Qui rendent encore plus beau
Le parcours de mes mains baladeuses

Samsara

ARTICLE

Seins: pourquoi est-il si difficile de les aimer?

A bas les complexes! Parfois, c’est en apprenant à les toucher que l’on peut commencer à aimer ses seins.

Aimer Seins Double Genre

Rares sont les femmes qui portent un regard bienveillant sur leurs seins, qu’elles rêveraient plus petits, plus gros, plus fermes. Analyse de nos complexes… afin d’apprendre à faire la paix avec notre poitrine.

Seins trop petits, trop gros, trop écartés, en poire ou en gants de toilettes, asymétriques… Le regard porté par les femmes sur leur poitrine est souvent d’une grande sévérité. Si l’on peut éprouver des complexes pour pas mal de parties du corps, celle-ci tend à incarner la difficulté que nous pouvons avoir à nous comporter avec bienveillance vis à vis de nous-mêmes. Pourquoi les seins sont-il à ce point sujets d’autocritiques? A quel moment une opération chirurgicale se justifie-t-elle? Témoignages et conseils.

« Il ne faut pas généraliser, toutes les femmes n’ont pas un problème avec leurs seins », observe en préambule la psychanalyste Hélène Parat, auteur de Sein de femme, sein de mère, publié aux PUF. « Pour avoir travaillé à l’hôpital Saint Louis dans un service de reconstruction mammaire, j’ai même pu m’apercevoir à quel point celles qui avaient subi une mastectomie étaient attachées à leur poitrine une fois celle-ci amputée. Et en dépit des progrès incroyables qui permettent de reconstruire des seins proches de la perfection, beaucoup regrettaient leur forme initiale. »

Travestis2

Une poitrine idéalisée pendant l’enfance

Ceci étant dit, poursuit Hélène Parat, « il y a en effet beaucoup de choses qui se jouent lorsqu’on parle des seins ». « Le sein est un organe pressenti par la petite fille, mais qu’elle n’a pas tout de suite, contrairement au petit garçon qui voit son pénis immédiatement, même s’il va grossir avec l’âge. Les seins sont l’apanage de la mère. Ce qui d’emblée peut provoquer une énorme déception, même inconsciente chez l’enfant. Il est inhérent à la psychologie enfantine de désirer ce qu’on n’a pas. Par conséquent, la petite fille va grandir en imaginant, voire en idéalisant, cette future poitrine. Qui sera souvent par conséquent toujours trop tardive, trop petite ou trop grosse. Pour résumer, la réalité est rarement à la hauteur du fantasme. »

« Ma mère avait une forte poitrine, très belle, qu’elle mettait beaucoup en valeur, se souvient ainsi Sandrine, 34 ans. J’étais convaincue qu’adulte, j’aurais les mêmes seins. Mais ils ont visiblement oublié de pousser, je remplis à peine un 85A. Il m’a fallu longtemps pour accepter que ça ne faisait pas de moi une moitié de femme. »

Sarah, quant à elle, a hérité des seins asymétriques de sa mère. « Je l’ai tout le temps entendue s’en plaindre et forcément, quand j’ai compris que moi aussi j’aurais cette particularité, j’en ai souffert et j’en souffre encore aujourd’hui. Je pense beaucoup à l’opération, mais j’ai peur, et je crois aussi que je n’ose pas vis à vis de ma mère, comme si le faire impliquait de lui reprocher cette hérédité, comme si je lui renvoyais à la figure son ‘anormalité’. »

« Le regard de la mère, son vécu, la relation qu’elle entretient avec sa fille, jouent bien sûr un rôle dans l’acceptation du corps à l’adolescence et plus tard, commente Hélène Parat. S’il y a une rivalité latente, une crainte de la mère de voir sa fille devenir femme, l’adolescente le sent et l’image que son corps lui renvoie peut en être altérée. »

Esther se souvient ainsi de sa mère, « terrorisée » lorsque ses seins ont « littéralement poussé en quelques semaines ». « Elle m’achetait des brassières très serrées, pour qu’on ne les voit pas, comme si c’était honteux. J’étais jeune, c’est vrai, et cette féminité soudaine devait lui sembler trop précoce. Mais il m’a fallu des années et accessoirement pas mal de séances chez la psy pour assumer mon 95D. »

BeautyBust

Vouloir se sentir à la hauteur des fantasmes masculins

Autre cause pour Hélène Parat, du regard faussé que nous pouvons avoir sur nos seins: les fantasmes des hommes auxquels les femmes sont confrontées. « Les femmes subissent le poids de la représentation véhiculée par les films pornos et les magazines, ajoute Béatrice Voirin, psychothérapeute. Beaucoup rêvent d’un corps qui n’existe pas ‘en vrai’. »

Hélène Parat se souviens d’une patiente qui, après un divorce, a rencontré un nouveau compagnon. « Elle s’est convaincue qu’elle n’allait pas être à la hauteur, qu’elle devait absolument subir une augmentation mammaire. Elle a ensuite mis beaucoup de temps à se sentir elle-même dans ce nouveau corps, alors qu’il n’est pas du tout certain que son conjoint ait réellement souhaité ce changement. »

L’augmentation mammaire, une solution qui doit être réfléchie

Pour la psychanalyste, pas question de dénigrer la chirurgie esthétique, quand le mal-être est tel que l’on ne peut plus se regarder ou se montrer, ou que la poitrine est exagérément imposante par exemple -ce qui peut d’ailleurs être un critère de remboursement par la Sécurité sociale, en fonction de l’IMC de la patiente.

Il est toutefois « indispensable de prendre du recul, de s’interroger sur les raisons qui poussent à envisager une opération. Il faut tenter d’anticiper et de se représenter ce changement, réfléchir aux conséquences. Et surtout, ne pas le faire pour l’autre. »

Ce pas, Véronique, qui raconte avoir été complexée toute son adolescence par son 85B, l’a franchi: « Je trouvais mes seins trop petits. Et pour moi, la féminité passait par ça. Les deux premières grossesses n’ayant rien changé, j’ai fait une augmentation mammaire en 2006. Juste pour trouver enfin une certaine harmonie dans mon image. Tout mes complexes ont aujourd’hui disparu. Je n’ai jamais regretté. »

Carole, 41 ans, a pour sa part fait refaire ses seins « à la suite à de nombreuses pertes (et reprises) de poids ». « Au final, je les ai fait remonter et j’ai mis des prothèses. Je ne les aime toujours pas particulièrement. Plus qu’avant, mais pas encore assez. » Des témoignages contrastés qui prouvent que la solution chirurgicale peut apporter une certaine sérénité, mais pas systématiquement. Et qui confirment qu’avant de passer à l’acte, il faut être certaine de ce qu’on en attend et avoir tissé une relation de confiance avec son chirurgien.
Très peu d’hommes ont une exigence esthétique vis à vis des seins

Pour Valérie Supper, sage-femme, la réconciliation peut se faire par d’autres voies, plus naturelles. « Peinée et touchée de voir autant de patientes fâchées avec leur poitrine jusqu’à la négliger », elle a mis en place une méthode d’auto-massage, proposée depuis quelque temps au sein de l’espace Weleda à Paris. « Ce qui m’a toujours frappée, c’est que 80% environ des femmes que je suis ne sont pas satisfaites de leurs seins, alors que 80% de leurs conjoints sont admiratifs de leur poitrine. Très peu finalement ont une exigence esthétique. L’homme « voit » les seins souvent avec ses mains. Il est émerveillé par leur texture, leur douceur. Les femmes, souvent, se trompent en pensant qu’ils attendent d’elles qu’elles les modifient. »

katoeys2

Surtout, poursuit Valérie Supper, « ce désamour conduit beaucoup de femmes à ignorer leur poitrine, à ne pas en prendre soin comme elles le devraient. D’où cette méthode d’auto-massage qui permet de se réapproprier cette partie du corps, pas dans une démarche de dépistage d’une anomalie, mais pour se faire du bien, pour se familiariser aussi avec les modifications dues au cycle hormonal, avec les sensations. »
Des ateliers pour prendre soin de ses seins

« Prendre soin de sa poitrine et la masser régulièrement avec une huile de beauté adaptée entretient naturellement son galbe et sa tonicité », assure Valérie Supper. Concrètement, l’atelier se déroule de la façon suivante: « Chaque femme est dans une cabine dont le rideau est ouvert, mais séparée des autres clientes par une cloison. Une masseuse professionnelle leur fait face et les guide dans leurs gestes, qu’elles pourront ensuite reproduire chez elles. »

« Depuis que j’ai expérimenté ces massages, j’ai vraiment renoué avec mes seins, témoigne Hélène. Et si leur forme n’est pas celle, idéale, dont j’aurais rêvé, je les trouve plus fermes, plus doux. Comme si les toucher, enfin, me les avait fait aimer. »

Par : Caroline Franc Desages
Publié le : 21.03.2016 | 07:00
Titre original : « Seins: pourquoi est-il si difficile de les aimer? »
Commentaires par : Lio de France / DG.
SOURCE : LEXPRESS.fr

Post Scriptum : Vous l’aurez deviné, à part la 2° photo de Getty/Image, toutes les autres sont les portraits de … transgenres MtF 😉

Angela Ponce, une trans Miss Espagne 2015 ?

Si la société n’est pas éduquée pour la diversité, Angela Ponce a tout fait pour que cela change, portée par son rêve de devenir la représentante espagnole de Mis Monde 2015, concours qui s’est déroulé en Chine en décembre 2015. Après avoir été un petit garçon qui jouait à la poupée, elle a souhaité à devenir une femme qui aspire à être … une fille comme les autres. Et sur ce plan elle a plutôt bien réussi. Enfin à vous d’en juger.

Angela Ponce Double Genre

ARTICLE

DIVERSITÉ – Elle est née avec un corps de garçon mais, dimanche 25 octobre, Angela Ponce voulait devenir la première miss à pouvoir représenter l’Espagne pour le concours de Miss Monde 2015 qui se déroulera en Chine le 19 décembre 2015.

Actuelle miss Cadiz, elle s’est battue pour devenir la première miss transgenre à porter les couleurs de son pays, espérant au passage aider à améliorer la visibilité de cette communauté dans la société, mais n’a cependant pas réussi à se hisser parmi les dix finalistes et a finalement dû quitter la course.

« Ce n’est qu’un concours, une couronne, mais je vais continuer mon combat », a déclaré la jeune femme après son élimination, entourée de ses amis et de sa famille.

« Je n’ai rien à cacher »

« La société n’est pas éduquée pour la diversité. C’est ce qui m’a décidé à en parler publiquement. Je suis ici, et je ne suis pas un cas rare, j’ai seulement une histoire différente. Une femme dont la vie s’est passée d’autre manière, mais qui reste une femme », expliquait-elle dans une interview à l’agence EFE avant le concours.

Née à Séville, elle se disait fière de représenter Cadiz, la province où elle passe l’été tous les ans. Remporter le concours de dimanche la motivait pour faire la promotion de l’Espagne mais aussi pour faire connaître la Fondation Daniela, dédiée à la sensibilisation de la cause transgenre.

« Je me suis présentée au concours comme Angela Ponce et si je gagne ce sera en tant qu’Angela Ponce. J’ai raconté mon parcours car cela fait partie de mon histoire et je n’ai rien à cacher. Quand ils m’ont proposé de travailler avec la fondation je me suis dit, ‘pourquoi pas?' », racontait-elle.

Les précurseurs au Canada et en Europe

Pour cette organisation, Angela suit le chemin, de plus en plus commun, ouvert par les autres miss comme Jenna Talackova, Miss Vancouver 2012 au Canada, ou par des agences comme The Atlantic, spécialisée dans les tops transgenres.

« Il y a encore peu, la plupart des gens pensait que les transgenres ‘apparaissaient’ d’un coup, au sortir de l’adolescence, et beaucoup imaginaient aussi qu’il s’agissait d’une perversion. Petit à petit, grâce aux médias et aux familles de transgenres, ces mythes ont une tendance à disparaître, mais il reste encore beaucoup de travail », estime Africa Pastor, la vice-présidente de la Fondation Daniela.

Son histoire, Angela l’a déjà racontée plusieurs fois: après avoir toujours su qu’elle n’était pas un garçon comme les autres, elle a changé de sexe en avril 2014 pour enfin devenir une femme. Maintenant , à 23 ans et avec des mensurations de rêve (90-61-90), elle travaille comme modèle professionnelle et aussi dans le restaurant de ses parents. Son prochain objectif? Aller à l’université pour étudier l’anglais.

« Personne ne m’a jamais dit ‘non' »

« J’ai toujours eu le soutien de ma famille et cela a été très important. Quand j’étais petite, je me souviens d’être allée au supermarché avec mes parents qui me disaient de choisir un jouet. J’allais directement prendre une poupée Barbie et leur disait: ‘c’est ça que je veux’. Ils n’ont jamais dit ‘les garçons jouent au ballon et les filles préfèrent les poupées’. Mon père m’aidait à la monter avec moi. J’ai de la chance », dit-elle.

Elle aimait mettre les robes de sa mère, danser et jouer avec ses poupées, mais elle a fait sa première communion dans un costume d’amiral et « heureuse » puisqu’elle ne pensait pas un jour devenir femme. Ce n’est qu’à l’age de 11 ans qu’elle a commencé à chercher et à découvrir la transsexualité et à se dire qu’elle se battrait pour être « elle-même ».

Angela raconte ne pas avoir subi de la discrimination à l’école, mais avoir beaucoup souffert d’incompréhension . « Il y avait des gens qui m’insultaient, pensaient être mieux que moi, et me regardait d’en haut, par-dessus mes épaules. » La miss veut donc se battre pour que les jeunes aient plus d’information, même « s’il y a encore des gens qui ne connaissent pas la transsexualité, que plusieurs associent encore aux travestisme », regrette-t-elle.

« Ici mes collègues me disent qu’elles avaient une autre idée de la transsexualité avant de me rencontrer. » Angela rêve maintenant que des histoires comme la sienne deviennent normales et que la société accepte la diversité existante.

Par : Huffpost
Publié le : 26/10/2015 | 18h57 CET
Titre original : « Angela Ponce, la candidate qui voulait devenir la première miss transgenre à représenter l’Espagne. »
Commentaires par : Lio de France / DG
SOURCE : HuffingtonPost.fr

Avec du rouge, ça bouge !

Pourriez-vous imaginer la cape d’un torero dans des tons de bleu ? le centre d’une cible peint en jaune ? un camion de pompier de couleur verte ? le bouquet d’un amoureux composé de roses noires ? Non, toutes ces choses sont rouges et ce n’est pas par hasard ! Car indéniablement, le rouge attire l’oeil.


ARTICLE 1/5

Pourquoi les hommes préfèrent les femmes vêtues en rouge ?

Les femmes en rouge attirent davantage les hommes ! Des chercheurs américains auraient établi scientifiquement les raisons pour lesquelles les hommes préfèrent les femmes habillées en rouge. Le rouge attire les hommes. Le phénomène est connu, mais des chercheurs américains de l’Université de Rochester en auraient établi les causes concrètes. Cette étude, publiée par The Journal of Experimental Social Psychology, démontre scientifiquement que les messieurs considèrent inconsciemment que les femmes vêtues en rouge sont plus portées sur le sexe que celles habillées d’une autre couleur. Ces femmes en tenue écarlate seraient donc plus stimulantes pour les hormones mâles.

Pour prouver ce constat de notoriété publique, ces universitaires ont mis au point une expérience. Ils ont présenté à des cobayes masculins la photo d’une jeune femme, tantôt drapée en rouge, tantôt vêtue de blanc. Ces volontaires ont dû répondre à une seule question qui a été la suivante : sur une échelle de 1 à 9, cette femme vous semble-t-elle intéressée par le sexe ? Résultat, la photo de la femme en rouge remporte la palme haut la main. Les scientifiques de Rochester ont alors conclu que les hommes sont conditionnés à associer le rouge à la fertilité et donc, au sexe, selon la même source. Ce serait un phénomène génétique qui provoque un stimuli visuel, mais également culturel et évolutif avec la transmission d’un comportement de génération en génération. Pour la gent masculine, les femmes habillées de rouge présenteraient une réceptivité sexuelle plus flagrante que les autres.

Par : Sébastien Courtin
Publié le : 01.03.2012
Titre original : « Pourquoi les hommes préfèrent les femmes vêtues en rouge. »
Copyright : © Gentside
SOURCE : Gentside.com


ARTICLE 2/5

MoulinRouge  Double Genre Caroline Raynal

Pourquoi les femmes en rouge excitent les hommes.

Des psychologues américains et autrichiens ont mené une expérience qui explique pourquoi les hommes trouvent les femmes habillées en rouge plus «sexy».

Mesdames, si vous voulez qu’un homme vous trouve attirante, il est une solution simple : s’habiller en rouge. C’est la conclusion surprenante à laquelle sont arrivés deux psychologues américains, Adam Pazda et Andrew Elliot, de l’université de Rochester, qui ont monté un protocole d’étude avec leur confrère de l’Université d’Innsbruck (Autriche), le Pr Tobias Greitemeyer.

En soumettant 96 hommes à une batterie de photos de femmes portant des vêtements de différentes couleurs, les chercheurs se sont aperçus que les femmes en rouge étaient systématiquement jugées plus attirantes que lorsqu’elles portaient les mêmes vêtements mais d’une autre couleur.

Plus grande disponibilité sexuelle

L’une des explications vient peut être aussi du fait que les femmes en rouge étaient jugées plus réceptives sexuellement. Peut-être le sont-elles d’ailleurs!? C’est en tous cas une éventualité que n’écartent pas les chercheurs en se basant sur d’autres études qu’ils sont en train de mener.

L’idée que les hommes trouvent les femmes en rouge plus sexy avaient été avancée par Andrew Elliot et Daniela Nesta (Université de Rochester, elle aussi) en 2008 ; mais Pazda et ses collègues voulaient tester l’explication selon laquelle cet effet pouvait être dû à la perception d’une plus grande disponibilité sexuelle des femmes en rouge.

«C’est exactement ce que nous avons trouvé», a expliqué au Figaro Adam Pazda, «les hommes perçoivent les femmes en rouge comme plus ouvertes et intéressées par des rencontres sexuelles. Cette perception est la variable clé qui explique l’attractivité».

Le moment de la soirée

En dehors de la couleur, quelles sont les autres découvertes des scientifiques en matière de séduction? Tout d’abord certaines caractéristiques physiques contribuent à accroître l’attractivité, par exemple un visage symétrique ou un rapport taille/hanche proche de 0,7 (le tour de taille mesure 70 % du tour de hanche). Mais il existe d’autres paramètres plus contextuels. Par exemple, le moment de la soirée.

Deux psychologues américaines de l’université du Dakota du Nord ont montré, en s’installant dans un bar d’étudiants, que plus la soirée progresse et plus les femmes séduisantes voient leur note d’attractivité grimper. Malheureusement, les femmes jugées peu attractives en début de soirée ont un coefficient de séduction qui baisse à mesure que l’heure tourne. Des effets qui ne sont pas liés à la consommation d’alcool.

Selon des recherches menées ces dernières années, il existe d’autres façons simples d’augmenter son coefficient d’attractivité pour une femme. S’habiller de façon provocante, ce qui ne surprendra personne, mais aussi être extravertie, honnête ou simplement souriante.

A noter que l’effet sexy du rouge marche aussi pour les hommes. Sur une échelle de neuf, les hommes habillés en rouge gagnent un point dans l’esprit des femmes, selon des travaux publiés en 2010. Cette année là, des chercheurs suédois montraient également qu’après une bonne nuit de sommeil, on était jugé plus séduisant.

Par : Damien Mascret / Le Figaro
publié le : 27.02.2012
Titre original : « Pourquoi les femmes en rouge excitent les hommes. »
SOURCE : LeFigaro.fr

ARTICLE 3/5

JessicaRabbit DoubleGence
Jessica Rabbit, la femme de Roger Rabbit

Sexualité : pourquoi les femmes en rouge attirent davantage les hommes.

Les hommes préfèrent le rouge. C’est ce que révèle une étude menée par deux psychologues américains, Adam Prazda et Adrew Elliot, de l’Université de Rochester (New York). Les femmes vêtues de rouge seraient plus sexy que les autres.

L’enquête a été menée auprès de 96 hommes. Un échantillon de photos de femmes protant des vêtements de couleurs différentes leur a été soumis. Les femmes habillées en rouge étaient systématiquement jugées plus attirantes que lorsqu’elles portaient le même vêtement mais dans une autre couleur.

Une plus grande disponibilité sexuelle

Pour les hommes, les femmes vêtues de rouge seraient plus réceptives aux avances sexuelles, et donc plus « sexy ». « Les hommes perçoivent les femmes en rouge comme plus ouvertes et intéressées par des rencontres sexuelles. Cette perception est la variable clé qui explique l’attractivité » ont expliqué les deux psychologues.

Il est à noter que l’effet « séduction » du rouge est aussi valable pour les hommes.

Par : La Dépêche
Publié le : 01.03.2012 | 11:29
Titre original : « Pourquoi les femmes en rouge
attirent davantage les hommes. »
SOURCE : LaDepeche.fr

ARTICLE 4/5

Les hommes vêtus de rouge attirent plus les femmes.

Après avoir démontré que les hommes étaient plus attirés par les femmes qui portaient du rouge, voilà que l’on découvre que le rouge a le même effet sur les femmes.

Selon une étude menée à la fois aux États-Unis, en Autriche, en Allemagne, au Royaume-Uni et en Chine, les hommes vêtus de rouge donneraient l’impression d’être plus puissants, séduisants et attirants. Toutefois, cela ne les rend pas plus aimables, gentils ou sociables, affirme le Journal of Experimental Psychology : General. Le rouge ne fonctionne que sur le pouvoir d’attraction, et l’impression est la même, peu importe le pays.

« Nous avons découvert que les femmes voyaient les hommes en rouge comme dotés d’un statut plus élevé, plus susceptibles de gagner de l’argent et de monter dans l’échelle sociale. Et c’est ce jugement de statut élevé qui provoque l’attirance », mentionne Andrew Elliot, professeur de psychologique à l’Université Rochester aux États-Unis.

« Nous réfléchissons typiquement à la couleur en termes de beauté et d’esthétique, mais la couleur délivre aussi une signification, et modifie notre perception et notre comportement de façon importante, sans que nous en ayons conscience », ajoute-t-il.

Par contre, lorsqu’il s’agit de compétition, la couleur rouge provoque plutôt la méfiance et de piètres performances.

Conclusion de Double Genre : The women says honey – always to « Men in Red » – only for their money – not to go to bed.

Par : Plaisirs Santé / Canada
Publié le : 2015 ?
Titre original : « Les hommes vêtus de rouge attirent plus les femmes. »
SOURCE : Plaisirssante.ca

ARTICLE 5/5

Le rouge serait-il la couleur fétiche des travestis ?

LetalTalonsAiguilles

En ce qui concerne les travestis, le rouge est aussi la couleur phare de sa garde robe. Selon moi, c’est certain, de la tête au pied. Car quel est celui qui n’a pas rêvé :

  • d’un rouge à lèvre rouge vif que l’on pourra faire scintiller avec une fine couche de gloss ?

  • d’une perruque rouge ou rousse, des cheveux couleur de feu pour allumer le désir chez l’autre, et ce dès le premier regard ? Si vous n’êtes pas convaincus, jetez un coup d’oeil à cet article très détaillé d’Alexia, sur les rousses, à moins que vous n’ayez la frousse ?

  • d’un chemisier rouge comme celui de Lethal, le transformiste admirablement bien interprété par l’acteur Miguel Bosé, dans le film culte Talons Aiguilles de Pedro Almodovar ?

RobeSlinky69195951UP

  • d’une mini jupe rouge ou écossaise sur des bas blancs ou d’une robe rouge moulante en tissus à la fois fluide, souple et élastique portée avec une paire de fins bas résille ?

  • d’une paire d’escarpins rouges à hauts talons fin de 15 cm en cuir vernis rouge éclatant ?

  • et enfin, si le fond de l’air et frais un beau manteau rouge cerise comme celui d’Audrey, un joli petit bonnet rouge et une écharpe de laine rouge avec des gants de suédine rouge ?

Par : Lio de France / DG

S O N D A G E

Quelle couleur dominante, préférez-vous voir porter par votre chéri(e) ?

Lavergne Cox Time’s cover girl

Laverne Cox en couverture de Time: encore un effort TRANSAMERICA!

L’Amérique « transitionne ». On la savait accro aux hormones et à la chirurgie esthétique mais volontiers transphobe. Avec la couverture du magazine Time de cette semaine, la Mecque du corps niptucké en fait une affaire politique et lance son plus beau sourire inclusif aux personnes trans. Campée sur ses jambes croisées, talons hauts et robe bleue moulante, musculeuse et affirmative, Laverne Cox, la star de la série Netflix, « Orange is the new black », est propulsée icône de la révolution transgenre.

Time Magazine la caste comme the «America’s next civil rights’s frontier». Sous le papier du Time, il y a la plage, la sueur et les larmes d’un mouvement social et d’une subculture transgenre en marche depuis 20 ans au moins. L’article de Katy Steinmetz est une ode à la politique d’égalité des trans plaquée sur celle des droits des gays et des lesbiennes et des minorités incomprises. Le centre a entendu l’appel des marges (qu’il a créées), la souffrance des trans et leur droit au rêve américain.

A en croire Time Magazine qui parle de «nouvelle transparence», authenticité, visibilité et humanisme, tel serait le bon cocktail de l’intégration des trans. Moralité, c’est parce qu’on ne les connaît pas bien que les trans sont rejetés. Qu’ils racontent leur histoire aux personnes cisgenres et compassion et compréhension suivront. L’embêtant dans l’histoire est que la journaliste du Time fait jouer le truc en playback à Cox en lui collant trois bribes de verbatim à faire pleurer.

Alors laissez-moi vous présenter une autre Laverne Cox. Car Orange is the New Black ne donne qu’une faible idée des violences sexuelles et de la maltraitance médicale et administrative qui sont le lot commun des personnes trans’ de couleur et des femmes dans l’univers carcéral américain.

A peine la saison terminée, Cox lance avec Jac Cares la co-production d’un documentaire indépendant sur l’histoire de Cece Mac Donald, une jeune femme trans de 25 ans incarcérée dans une prison pour hommes (évidemment) pour avoir tué l’un de ses agresseurs lors d’une attaque transphobe et raciste en 2011. Cox a activement soutenu les groupes trans à l’origine de la campagne internationale « Libérez Cece ! » qui ont obtenu sa libération en janvier dernier. A la sortie de prison de Cece, devinez qui était là ?

Ses prises de position contre le complexe industrialo-pénitentiaire déjà dénoncé par Angela Davis et des groups trans et queer comme le Sylvia Riviera Law Project de New York  ou Against Equality de San Francisco en font une actrice activiste trans qu’aucun papier ne pourra glacer et que Time Magazine a surexposée pour mieux la dépolitiser.

Par : Marie-Hélène Bourcier, militante, théoricienne queer
et maître de conférences à l’université de Lille-III
Publié le : 03.06.2014
Source : SLATE

ARTICLE 2 (En anglais … pour l’instant)

LavergneCox

Laverne Cox is an Emmy-nominated actress who can be seen in the Netflix original series Orange is The New Black where she plays the ground breaking role of Sophia Burset. The critically acclaimed show returns for its third season on Netflix June 12. Laverne is the first trans woman of color to have a leading role on a mainstream scripted television show.

Laverne Cox est une actrice nommée aux Emmy Awards que l’on peut voir dans la série originale sur [le réseau] Netflix « Orange is the new black » où elle joue le rôle de Sophia Burset. Ce spectacle encensé par la critique revient pour sa troisième saison sur Netflix le 12 juin [2014]. Laverne est la première femme transgenre de couleur à tenir un rôle principal dans une émission importante de télévision criptée.

Laverne is expanding her presence on the small screen with the CBS pilot Doubt, a legal drama from Grey’s Anatomy producers Joan Rater and Tony Phelan. She will play ‘Cameron Wirth’, a trans Ivy League-educated lawyer who’s both competitive and compassionate.  On the silver screen, Laverne can next be seen as ‘Deathy,’ a supporting role in the Lily Tomlin film Grandma from acclaimed writer and director Paul Weitz. The film premiered at the 2015 Sundance Film Festival where it was acquired by Sony Picture Classics and will show at the 2015 Tribeca Film Festival.

Laverne étend sa présence sur le petit écran avec le [programme] pilote CBS « Doute », un drame policier des producteurs Joan Rater et Tony Phelan de « Grey’s Anatomy ». Elle jouera [le rôle de] « Cameron Wirth », un avocat transgenre qui est aussi performant que compatissant. Enfin, sur le grand écran, on peut voir Laverne en « Deathy », un second rôle dans le film « Grand-mère » de Lily Tomlin et de Paul Weitz, auteur et dirigeant acclamé. Le film a été présenté en avant première au Festival du cinéma Sundance 2015 où il a été acquis par « Sony Picture Classics » et sera présenté au Festival du cinéma Tribeca 2015.

Laverne’s work as an actress and advocate landed her on the cover of TIME Magazine as well as an Emmy nomination for “Outstanding Guest Actress in a Comedy Series.” Laverne continues to break boundaries and make history with accolades including a SAG Award for “Outstanding Performance by an Ensemble in a Comedy Series,” a Critic’s Choice nomination for “Best Supporting Actress,” and a NAACP Image Awards nomination for “Outstanding Supporting Actress in a Comedy Series.”

This past year, Laverne has had stand out appearances on several TV shows including; the hit Fox comedy The Mindy Project, Bravo’s Girlfriend’s Guide to Divorce and MTV’s Faking It. She also appeared as a guest judge on Project Runway All Stars and hosted #GoBold brought to you by Revlon, an empowering web series that celebrates bold, provocative women setting out to accomplish their goals. Her documentary Laverne Cox Presents: The T Word aired on MTV & Logo to impressive ratings. The hour-long documentary explored the lives seven transgender youth from across the country and their determination to lead their lives as the people they are meant to be. Laverne was the host and executive producer of the ground breaking documentary which was nominated for a GLAAD Media Award.

Laverne is also producing another documentary titled Free CeCe in order to heighten visibility and awareness surrounding CeCe McDonald, a transgender woman who was controversially sentenced to 41 months in prison for second degree manslaughter after allegedly defending herself against a racist and transphobic attack. The documentary will focus on McDonald’s case, her experiences while incarcerated in a men’s prison and the larger implications of her case for the transgender community.

In 2013 Laverne won Best Supporting Actress at the Massachusetts Independent Film Festival for her work in the critically acclaimed film Musical Chairs directed by Susan Seidelman (Desperately Seeking Susan).  Laverne’s other acting credits include Law and Order,  Law and Order: SVU, Bored to Death, and the independent films Carla and The Exhibitionists.

Laverne is the first trans woman of color to produce and star in her own television show, VH1’s TRANSForm Me which was nominated for a GLAAD Media Award.  Laverne is also the first trans woman of color to appear on an American reality television program, VH1’s I Wanna Work for Diddy for which she accepted the GLAAD media award for “Outstanding Reality Program.” She also received The Stephen F. Kolzak Award at the 2014 GLAAD Media Awards in Los Angeles.

In addition to her acting, Laverne is a renowned speaker and has taken her empowering message of moving beyond gender expectations to live more authentically all over the country. Her work as an advocate landed her a coveted spot as one of Glamour magazine’s 2014 Women of the Year. She is the recipient of the Dorian Rising Star Award for her work in Orange is the New Black, Courage Award from the Anti-Violence Project, Community Leader Award from the LGBT Center of New York City, Reader’s Choice Award from “Out” Magazine, was named one of The Grio’s 100 Most Influential African Americans, was named one of the Top 50 Trans Icons by the Huffington Post, one of Out magazine’s Out 100, Metro Source magazine’s 55 People We Love and ranked number 5 on the 2014 Root 100 list.

Traduction (amateur) : Lio de France / DG.

Avez-vous la frousse des rousses ?

On a tout dit sur les rousses, le pire comme le meilleur. Pour ceux qui veulent emmagasiner un savoir quasi encyclopédique sur les rousses, Double Genre a déniché sur le Net, six intervenants qui se sont sentis concernés par ces femmes :

  • le toujours transgressif Serge Gainsbourg avec sa chanson Mickey Maousse,
  • le journal Le Parisien évoque brièvement mais efficacement quelques rousses du cinéma,
  • une admiratrice des rousses via son blog Ma Vie Intrépide ainsi qu’une vidéo de la série Zora la Rousse,
  • Alexia, une vraie rousse qui a fait un sondage très élaboré
  • que nous avons illustré avec les photos de 10 belles rousses sélectionnées par Topito qui pose la question de savoir si on en connait d’autres ?
  • et moi-même qui répond OUI ! voici ma préférée :

Les Chevaliers du ciel
Marlène JOBERT, actrice, romancière et conteuse pour enfants française est née le 4 novembre 1943 dans le département d’Alger de l’Algérie française. Marlène Jobert est la fille d’Andrée Azoulay et d’un père, adjudant-chef, militaire de carrière dans l’aviation.

Marlène Jobert est aussi la mère de l’actrice Eva Green (née en 1980 et connue pour avoir joué dans Casino Royale) et de sa sœur jumelle Joy. Elle a également deux nièces : la chanteuse Elsa, fille de sa sœur Christiane Jobert, et l’actrice Joséphine Jobert, fille de son frère Charles Jobert.

Comme Edwige Feuillère et Claude Jade, Marlène Jobert fait des études au conservatoire de Dijon parallèlement aux beaux arts de Dijon. Elle étudie ensuite le drame et l’art au Conservatoire de Paris, gagnant sa vie comme modèle pour photos et figurante dans des productions cinématographiques.

Elle a fait ses débuts à la scène en 1963 et à l’écran en 1966 dans un rôle important avec Masculin, féminin de Jean-Luc Godard, où elle joue aux côtés de Jean-Pierre Léaud et Chantal Goya qu’elle retrouvera par ailleurs dans Les Dossiers de l’Agence O en 1968. En 1967, elle joue au côté de Jean-Paul Belmondo et de Geneviève Bujold dans Le Voleur de Louis Malle.

Le grand public la découvre véritablement en 1968, dans le rôle de Rita dans « Faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages » de Michel Audiard.

La célébrité viendra réellement en 1969 avec Le Passager de la pluie, film de René Clément, dans lequel la jolie rousse n’hésite pas à dévoiler ses charmes à l’acteur américain Charles Bronson.

De 1971 à 1974, Marlène Jobert, donne la réplique aux plus grands acteurs américains, Orson Welles, Kirk Douglas et tourne avec des réalisateurs cultes dont Maurice Pialat, Philippe de Broca, Claude Chabrol, Robert Enrico et Claude Lelouch.

Parallèlement, elle crée une collection de contes musicaux pour enfants de 5 à 8 ans, Un jour là bas, éditée par Atlas. Une fois encore le succès est aux rendez-vous et les tout-petits raffolent de Panique chez les sorcières, En route pour les étoiles, ou encore Pierre et la pluie magique… En 2002, Marlène refuse de jouer dans 8 femmes. En 2007, elle reçoit le prix d’honneur lors de l’attribution des Césars.

Top 10 des plus belles actrices rousses du cinéma

Quand on est roux, on est pas supposé n’être que l’adjoint d’un jeune sorcier prétentieux ou jouer de la cornemuse en kilt. Non, on peut aussi être acteur ou actrice. Après les actrices X et les mannequins, voici les actrices classiques rousses, et aussi et surtout jolies et célèbres. Et vous, en connaissez-vous d’autres ?

  1. Lindsay Lohan

    Le 07 mars 2013, le journal Le Parisien écrit  :

    Il y a le mythe de la blonde fatale ou angélique. Celui de la brune piquante ou rassurante. Autrement dit : un partout, la balle au centre. Et la rousse alors ? Vénéneuse, toujours ! Au panthéon de notre imaginaire capillaire, les crinières de feu sont toujours plus énigmatiques, troublantes, éternels symboles de transgression.

    Les stéréotypes médiévaux ont la peau dure, on est forcément fougueuse pour sortir ainsi du lot, même en 2013…
    De Rita Hayworth à Julia Roberts, le grand écran regorge de rousses mythiques. Et le petit écran aussi. Pendant que, depuis l’inoubliable Ron Howard dans « Happy Days », les premiers rôles rouquins se comptent sur les doigts d’une main chez la gent masculine (David Caruso dans « les Experts : Miami », Damian Lewis dans « Homeland », ou Michael C. Hall dans « Dexter »), les dames mènent la danse avec une constante : un caractère bien trempé. Retour sur quatre icônes flamboyantes.

  2. Rachel Hurd-Wood

    Lundi 9 mars 2015, la blogueuse de Ma vie intrépide :

    « Zora était une orpheline rousse, rebelle et farouche, comme le chanson de générique le scandait. Elle et sa bande parcouraient le pays en vivant des aventures hors du commun pour la gamine que j’étais.
    Partout on les rejetait. Ils étaient poursuivis car ils se nourrissaient en vivant de vols et menus larcins. Bien que cela paraisse contestable maintenant au point de vue de la morale, il n’en était rien pour moi, et il n’en est rien encore aujourd’hui. Cette vie de liberté me fascinait. Leur périple était extraordinaire. Il leur arrivait bien plus de choses en une journée que moi en un mois.
    Malgré le nombre réduit d’épisodes, je me souviens encore de cette série avec une certaine nostalgie. Zora était débrouillarde, hardie et dévouée aux siens. Elle n’avait peur de rien et moi, à l’inverse, j’étais une vraie froussarde. C’est sans doute pourquoi j’aimais tant regarder ses exploits. Pour l’anecdote, je regardais chaque épisode en mangeant invariablement de la marmelade dans un morceau de pain. La couleur de cette marmelade avait la teinte de la chevelure flamboyante de mon héroïne intrépide. Je peux encore chanter la chanson du générique.

    Et si vous vous souvenez de la farouche Zora, allez-y épatez moi. »

  3. Julianne Moore

    Serge Gainsbourg : Mickey Maousse

    J’ai un mickey maousse
    un gourdin dans sa housse
    et quand tu le secousses
    il mousse.

    J’ai un mickey maousse
    une espèce de pousse
    de bambou dans sa brousse
    qui pousse

    J’ai un mickey maousse
    un gourdin dans sa housse
    et quand tu le secousses
    il mousse

    J’ai un mickey maousse
    de quatre pieds six pouces
    qui fiche aux blondes aux rousses
    la frousse

    J’ai un mickey maousse
    un gourdin dans sa housse
    et quand tu le secousses
    il mousse

    J’ai un mickey maousse
    une paire de pamplemousses
    en avant toutes et tous
    je pousse.

  4. Marcia Cross

  5. Christina Hendricks

  6. Emma Stone

  7. Kirsten Dunst

  8. Nicole Kidman

  9. Isla Fisher

  10. Laura Prepon

    Alerterousse.com

    Résultats du sondage :
    Que pensent les hommes des femmes rousses?

    Cette semaine, plus de 600 hommes ont répondu au sondage « Que pensent les hommes des femmes rousses? ». Tout d’abord, merci pour votre participation et vos réponses que j’ai trouvées très sincères, parfois drôles et souvent touchantes . Et maintenant mes rouquines adorées, c’est le moment de découvrir leurs réponses. Avouez, vous en mourrez d’envie !

    1 – Quel âge avez-vous?
    Note d’Alerte Rousse : Les participants sont âgés de 15 à 65 ans.

    2- Vos cheveux sont :13 – Avez-vous des rousses :24- Si vous êtes attiré par les rousses c’est parce que :3Autre :

    – J’ai vécu les plus beaux moments de ma vie avec une rousse
    – J’ai vécu 3 ans avec une blonde vénitienne
    – Je trouve qu’elles ont dans le regard quelque chose de coquin
    – Maman était rousse
    – J’aime les femmes différentes
    – Je suis admiratif de leur beauté
    – C’est une couleur rare et magnifique
    – J’aime leur caractère en général
    – Une relation amoureuse il y a 20 ans
    – Elles sont souvent sexy
    – Leur chevelure de feu
    – Tellement magnétique
    – Fantasme
    – Trop trop belles
    – Premier amour
    – Ça change de l’ordinaire brun/blond des cheveux
    – Elles sont magnifiques et les tâches de rousseurs, c’est trop sexy
    – Créatures uniques et magnifiques
    – Mon nom est Leroux, ça doit venir de là
    – Leur peau est magnifique
    – Elles se démarquent des autres filles
    – Les plus belles au monde
    – Elles sont divines
    – Ça les rend sauvages et mystérieuses, comme un félin
    – Captivantes
    – C’est profond, indéfinissable
    – Le côté peau très claire et tâches de rousseur me fait craquer

    5- Par rapport aux autres femmes, vous trouvez les rousses plus :

    4Autre :

    – Sages
    – Tout cela à la fois
    – Pétillantes
    – Exceptionnelles
    – Mystérieuses
    – Sexy et féminines
    – Irrésistibles
    – Sauvages
    – Uniques
    – Sérieux ? Mignonne implique du charme et sexuelle qu’elle pique. Y a que le dernier qui sort de l’ordinaire et c’est pas le cas de toutes les rousses qu’on soit bien d’accord
    – Mieux tout simplement,
    – Colorées, même si c’est difficile à expliquer. Elles paraissent plus vivantes, énergiques et lumineuses alors que d’autres aux cheveux plus « standards » peuvent parfois faire fades
    – Plus vraies, plus de caractère
    – Rares
    – Mystiques
    – Magnifiques
    – Originales
    – Attirantes, envoutantes, une des merveilles du monde
    – Rousses
    – Magiques
    – Naturelles
    – Mystérieuses dans la lumières quand d’autres sont dans l’ombre

    6- Vous préférez qu’une rousse ait les yeux :

    5Autre :

    – Peu importe
    – Gris mélangés de vert
    – Vairons
    – N’importe quelle couleur tant qu’ils sont très clairs
    – Ce n’est qu’un détail
    – Miel
    – Ambrés

    7- Vous préférez les rousses :

    Note d’Alerte Rousse : Vous voyez les filles ? Assumez à fond !

    6

    8 – Si oui, vous aimez les tâches de rousseur, vous préférez qu’elles en aient :

    7Autre :

    – Peu importe
    – Où qu’elles soient c’est toujours joli
    – Indifférent aux tâches de rousseur
    – Toutes ces réponses sont envisageables

    9 – Vous aimez qu’une rousse ait la peau :

    8

    Note d’Alerte Rousse :

    10 – Vous préférez le maquillage :

    9

    11 – Selon vous, les couleurs qui vont le mieux aux rousses sont :

    10

    12 – Pour vous, la rousse idéale est :

    11Autre :

    – Naturelle, entière, souriante, pas ou peu de maquillage, avec beaucoup de tendresse mais aussi du caractère
    – Un mélange qui peut être fatal mais pas trop sûre d’elle. Et le reste du temps, sans maquillage et simple
    – J’aime la simplicité, mais avec des talons
    – Simple et discrète
    – Maquillée légèrement, un fort caractère, du rouge à lèvre rouge et pourquoi pas une tenue sexy de temps en temps
    – Il n’y a pas d’idéal, c’est au feeling avec la personne ! Le mieux est un peu des trois
    – Un mélange de tout, agréable, sensuelle, sûre d’elle mais légèrement innocente
    – Dans mon lit
    – Comme elle est !
    – Ça dépend, il faut qu’elle me plaise quelle que soit son allure
    – Juste naturelle
    – J’hésite vraiment entre pure et volcanique
    – Épanouie et lucide vis à vis de son essence et de son existence
    – Rockeuse, aventurière, curieuse
    – Un maquillage suffisant pour faire ressortir ses traits, introvertie avec énormément de classe

    13 – La célébrité rousse qui vous plait le plus est :

    12Autre :

    – Deborah Ann Woll
    – Sandy Lobry
    – Sophie Turner mais en moins grand et avec des yeux noisettes
    – Simone Simons
    – Félicia Day
    – Lauren Ambrose
    – Jessica Chastain
    – Kelly Reilly
    – Alexia
    – Le modèle Luca Hollestere
    – Lindsay Lohan
    – Karen Gillan
    – Emma Stone
    – Rose Leslie
    – Asima Sefic
    – Mylène Farmer
    – Faye Reagan
    – Ma future femme
    – Faith Picozzi
    – Hayley Williams
    – Kari Byron
    – Hattie Watson
    – Bianca Beauchamp
    – L’admin de la page « Les plus belles rousses »
    – La mienne
    – Odile Vuillemin
    – Molly Caitlyn Quinn
    – Delphine Weispiser
    – Elle Alexandra
    – Kirsten Dunst
    – Jayma May
    – Isabelle Huppert

    14 – Êtes-vous déjà sorti avec une rousse ?

    13

    15 – Quel souvenir gardez-vous de cette relation?

    – Bon souvenir
    – Le coeur brisé et beaucoup d’alcool
    – Magnifique
    – Superbe
    – J’aimerais avoir une relation pour le dire
    – La meilleure qu’il soit et j’espère que ce n’est pas fini
    – Beaucoup de joie, de rires, de complicité, de moments de partage. Je ne me lassais pas de sa beauté, sa douceur. Une relation à la fois calme, posée et pleine de vie.
    – Très bon
    – Un excellent souvenir
    – Traumatisante pour des raisons personnelles mais j’ai vécu des moments incroyables
    – Très bonne mais pas assez longue
    – Fantastique
    – Bon
    – Mémorable
    – Excellent même si nous étions jeunes
    – Très agréable
    – Sensuel
    – Dingue
    – Ok
    – La chimie incroyable
    – De très bons moments et je fantasme encore
    – Un très bon souvenir, impérissable
    – Génial
    – Volcanique et excellent
    – Toujours plus expressive qu’une autre, plus heureuse mais aussi plus sensible. On voit quand elle aime, quand elle est déçue ou en colère. Ça touche plus, ça marque plus. Et le regard envieux ou jaloux des autres
    – Je suis marqué à vie et je ne l’oublierai jamais
    – Que de bons souvenirs et je n’ai jamais croisé autant de rousses que depuis que je suis avec elle
    – Le sexe
    – Ce n’est pas un souvenir, je l’Aime ma Rousse!
    – Très proche, aimante
    – Laquelle ?
    – Magique
    – Exceptionnel
    – Passionné
    – Relation amoureuse et intense
    – La complicité qui nous unissait
    – Un bonheur au quotidien
    – Que du bon
    – La plus parfaite de toutes et qui continue
    – Ce n’était pas une vraie mais j’aimais
    – Le sourire qu’elle a avec ses tâches de rousseur au niveau des joues. Wonderful
    – De la passion
    – Elle
    – Le plus beau moment de ma vie
    – Quelque chose de différent, avec un « plus » par rapport aux autres
    – Une expérience unique et certainement à renouveler, sans rupture cette fois-ci
    – Épique
    – Inoubliable
    – Top
    – À la fois la plus belle, la plus intéressante et la plus douloureuse lors de la rupture
    – Que de la douceur
    – Moyen car il y avait la barrière de la langue irlandaise
    – Court
    – Je pense que je ne pourrai pas vivre sans avoir une femme rousse
    – Merveilleux
    – Sensuel et chaud
    – Génial, la perfection
    – Fort, complexe mais avec beaucoup d’amour
    – Magnifique relation avec une femme très douce et adorable
    – Je suis marié et j’ai deux magnifiques enfants
    – Son sourire
    – Instants magiques inoubliables
    – Un souvenir impérissable d’une relation honnête et volcanique
    – Excellent
    – RAS
    – Sentiment de bien-être
    – C’est ma relation actuelle et elle est exceptionnelle
    – Un fantasme inassouvi
    – Femme de ma vie
    – Une relation très complice avec une jeune-femme parfois encore un peu « enfant », très attachante et à la personnalité très affirmée
    – J’y suis encore donc très bon souvenir
    – Une personnalité plus haute en couleurs que ses semblables
    – Conquis par sa beauté
    – Intense et passionnées
    – Excitante en tout point
    – Chaud et piquant
    – Tous les regards qu’elle pouvait lancer à travers ses cheveux sublime avec son petit air timide
    – Pffft… encore !
    – Torride
    – Mon plus beau souvenir
    – Que les rousses sont les plus belles (même si c’était une teinture)
    – Que du bon
    – La femme de ma vie
    – Vu que cette relation n’est pas basée sur le fait qu’elle soit rousse, je ne vois pas l’utilité de répondre
    – Bof
    – Merveilleux
    – Romantisme
    – Amour comblé
    – La plus agréable !
    – Volcanique et sensuelle
    – Merveilleux et je suis toujours à la recherche de cela
    – Torride
    – Fabuleuse (elle fût ma femme)
    – Fascination
    – Courageux
    – Distingué des autres relations
    – Une belle histoire qui ne risque pas de se terminer
    – Je ne peux rêver femme plus attirante qu’une rousse
    – Moyenne
    – Quatre enfants
    –  Que du bonheur
    – Pas très bonne
    – Sensuelle, romantique, fougueuse, parfaite
    – Merveilleux
    – Passionnée
    – Inoubliable

    16 – Avez-vous remarqué une odeur particulière?

    Note d’Alerte Rousse : J’ai posé cette question pour montrer une bonne fois pour toute que ce préjugé est complètement débile! Malheureusement, certains ignorants continuent d’y croire… Les réponses proviennent d’hommes ayant CONNUS intimement des rousses. Donc les 7% de « Oui » concernent certainement l’hygiène ou tout simplement une odeur différente, propre à chacun. Voilà!

    Nouveau17 – Était-ce une odeur commune à toutes les rousses ?

    Note d’Alerte Rousse : Idem. La preuve est là, le débat est clos.

    Nouveau18 – Avez-vous trouvé que sa libido était supérieur à celle des autres femmes ?

    Note d’Alerte Rousse : Idem. Et non, nous ne sommes pas toutes de grosses nympho, juste des femmes comme les autres avec une libido plus ou moins élevée.

    Nouveau

    19 – Auriez-vous aimé être roux ?

    Note d’Alerte Rousse : 20% de OUI n’est pas négligeable ! Les mentalités seraient elles en train d’évoluer pour les hommes aussi? :)

    Nouveau20 – Pourquoi ?

    – C’est original, plus rare et flamboyant
    – J’ai pas la tête qui va avec
    – Cela va mieux aux filles
    – J’ai toujours trouvé cette couleur de cheveux mystérieuse, attirante et magique
    – Je suis bien comme je suis
    – Car dans la nature les opposés s’attirent
    – Le roux n’a pas autant de charme sur un homme quel qu’il soit sur sur une femme
    – Aucune idée
    – Parce que j’ai déjà une couleur de cheveux particulière depuis ma naissance : noirs parsemés de blanc
    – Moins ténébreux
    – Si un jour j’ai des enfants, j’adorerais avoir un roux
    – Je me plais comme je suis ou du moins j’ai appris à vivre tel que je suis
    – Je suis très beau brun aux yeux vert, ça va avec mon caractère et mon tempérament
    – Les hommes roux ne sont souvent pas attirants
    – Je le suis
    – Mon physique m’indiffère, pas celui de ma partenaire
    – Parce que je ressemble à mes parents donc j’aime mon apparence
    – Je m’aime comme je suis
    – Je suis ce que je suis
    – Déjà persécuté par mon poids, je n’aurais su imaginer pour les deux
    – Je ne suis pas né roux
    – Plus original
    – Sans opinion
    – Plus originale : je me colore les cheveux mais je n’ai que des reflets au soleil
    – Je n’aurais peut-être pas eu envie de relations me ressemblant
    – Difficile d’être différent
    – C’est atypique
    – Oui pour avoir cette différence
    – Charisme
    – Parce que je le suis!
    – Aucune raison, on est comme on naît
    – C’est beau
    – Reflets roux dans la barbe suffisants. J’aime ma couleur
    – Une couleur qui sort du lot habituel
    – J’aurais pas aimé particulièrement mais pas détesté. Je m’en moque un peu
    – Les rousses sont attirantes mais pas les roux
    – C’est moins facile à porter pour un homme
    – J’aime la rareté
    – C’est beau
    – Non à cause des idées reçues et blagues pourries
    – Heureusement qu’ils sont là pour faire perdurer le gène sinon y aurait certainement plus de rousses non plus!
    – Mon crâne est toujours rasé, on ne verrait pas mes cheveux
    – Ça ne collerait pas avec mon style vestimentaire
    – Pure celtique
    – Je ne peux pas changer ce que je suis
    – Se démarquer des autres
    – J’aime mes origines et je les assume. Pourquoi devenir différent de ce que je suis ?
    – Parce que c’est beau
    – Le regard puant des anti roux vis à vis de mon fils roux
    – Je suis blond vénitien
    – Les préjugés trop présents
    – Pour le côté unique ou rare
    – Trop sensibles au soleil
    – Ça donne un style Viking avec les cheveux longs et la barbe
    – Ça m’est égal mais comme mon nom est Leroux, ça aurait été encore pire pendant mon enfance
    – Je suis blond avec un cerveau de blond. Si j’étais roux, ça collerait pas.
    – J’aime trop le soleil
    – J’ai déjà assez de mal à pécho
    – Je fais ce que je veux avec mes cheveux
    – Sortir du lot
    – La rareté a un prix
    – Blond, brun, roux, aucune importance pour moi
    – Je m’appelle Lebrun, ça aurait fait tâche
    – C’est classe parfois quand même!

    21 – Apprécieriez-vous l’idée d’avoir un enfant roux ?

    2022 – Pourquoi ?

    – Pour la différence
    – Parce que je veux une fille rousse
    – Les femmes rousses sont de loin les plus belles ! Si un jour j’ai une fille, j’aimerais qu’elle soit rousse. Si c’est un garçon, j’aimerais qu’il soit brun avec de beaux yeux verts
    – Ils sont tellement beaux !
    – Peu importe, il resterait mon enfant
    – Parce que j’apprécie tout autant l’idée d’un enfant blond ou brun
    – La surprise de voir que ce magnifique gène a été transmis, ce qui montrerait que le petit ressemble à sa mère
    – Car je trouve ça so cute !
    – J’en ai deux et ils sont magnifiques
    -Original
    – Je ne veux pas d’enfants
    – Pour qu’il/elle soit aussi beau/belle que ma femme
    – Car j’en serai fière
    – Ils sont rares
    – C’est mon rêve et si je rencontre une fille qui en désire un, pas de problème, même avec l’aide la science si nécessaire !
    – Car mon enfant aurait l’héritage des magnifiques cheveux de sa mère
    – Car c’est une mutation génétique donc une évolution de l’espèce
    – Je trouve ça beau et unique
    – Pour avoir un enfant qui se démarque des autres au premier regard
    – Pour qu’il me ressemble
    – C’est mignon
    – Rare et joli
    – Si c’est une fille
    – Unique
    – J’aime les roux bordel
    – C’est vraiment très beau
    – Parce que j’en ai marre de voir que de couleur capillaires dominantes
    – Ça serait trop mignon
    – Un enfant est un enfant, peu importe sa couleur de cheveux
    – Une fille car elles sont parfaites
    – Ça me dérange pas
    – Un roux avec des origines asiatiques ça serait encore plus unique
    – J’aurais la plus belle des filles
    – Mon rêve d’enfance
    – Le passage de mes origines irlandaises
    – Une fille rousse : une fierté personnelle
    – J’ai un petit garçon roux
    – Avoir une fille aussi belle que sa mère
    – C’est marrant
    – C’est une belle teinte
    – Parce que je trouve cette couleur de cheveux tellement belle et respectable, je serais très heureux d’être un jour père de petits roux et/ ou rousses
    – C’est une rareté donc une bénédiction
    – Parce qu ‘il en faut plus !
    – Rejet à l’école
    – Vive les roux ! Il y en a de moins en moins
    – Cette couleur atypique est fascinantes
    – Si c’est le cas, ça voudrait dire que je suis en couple ou marié avec une rousse. Le rêve quoi
    – Ça va avec aimer les rousses, faut bien faire des enfant un jour
    – C’était notre rêve à mon ex femme et moi : des jumelles rousses et frisées

    23 – Trouvez-vous qu’il existe toujours de la discrimination envers les roux et les rousses ?

    Note d’Alerte Rousse : Je vais bientôt publier mon témoignage, suivi de ceux d’autres rousses. Si vous voulez m’envoyer le vôtre, écrivez-moi à alerterousse@gmail.com – Les garçons aussi !

    2224 – Pourquoi ?

    – Chez les jeunes notamment. Je pense que c’est parce qu’ils sortent du lot. On ne croise pas autant de roux que de blonds ou bruns. Il y a aussi les préjugés.
    – Cette discrimination pour moi c’est selon le sexe. Devant une femme rousse : les hommes sont frustrés, les femmes jalouses. Devant un homme roux : les hommes n’aiment pas cet avantage de rareté, les femmes n’aiment pas vraiment les roux, désolé de le dire.
    – De mon vécu, je n’en ai jamais vu autour de moi
    – Bonne question
    – La bêtise humaine
    – C’est quelque chose qu’on voit régulièrement sur internet ou qu’on peut entendre sur le ton de l’humour auprès des proches
    – Parce que les gens sont bêtes et que quel que soit le contexte, ils trouveront toujours un « type » de personnes à accuser/blâmer/stigmatiser (noirs, roux, homos, juifs, musulmans…)
    – Parce que les gens sont débiles!
    – Les vieux préjugés ont la peau dure et les gens sont cons
    – À l’école, les enfants sont cruels entre eux, dès qu’il y en a un qui sort de lot, il prend.
    – Beaucoup de clichés et de plaisanteries entendues
    – Problème culturel, la peur de personnes différentes donc qui dérangent, la télé.
    – Tout le monde est discriminé : blanc, noir, jaune, rouge. Il suffit d’envoyer chier ceux qui ne vous aiment pas
    – Car je l’ai vécu et cela m’a renforcé
    – Ils sont mal perçus, surtout pour les hommes
    – Idiotie et intolérance face à ce qui est rare
    – Humour et dérision ne sont pas bien compris par les plus jeunes
    – Sauf entre enfants, la couleur de cheveux n’est pas sujette à la discrimination
    – Surtout chez les garçons enfants, moins chez les filles ou les adultes. Chez l’adulte c’est devenu aimé justement. Beaucoup de mannequins roux, les femmes rousses sont toujours très appréciées.
    – Je n’en ai pas dans mon entourage, je ne peux pas savoir
    – S’il y en a, c’est de la discrimination positive
    – Il existe plutôt une discrimination positive en ce moment
    – Oui, surtout pour les hommes
    – Jalousie
    – Les gens n’aiment pas la différence
    – Trop de blagues nases
    – Ils sont peu nombreux. J’ai des amis qui n’en connaissent pas et donc ne les aiment pas et pourtant, les rousses qu’on voit sont magnifiques
    – Débilité humaine
    – Surtout sur les réseaux sociaux. Je croise des propos très injurieux envers les roux qui me révoltent!
    – Car elle le vit
    – On les traite souvent sans raison
    – Juste un phénomène de mode passager peu intelligent
    – De vieilles rumeurs
    – Certains de comprennent pas qu’elles m’attirent
    – J’ai l’impression que hormis l’humour comme envers les blondes, il n’y a pas grand chose. Peut-être ai-je tort ?
    – Les rousses c’est sexy, un roux ça pue, etc, etc.
    – J’entends régulièrement des moqueries, voire des insultes sur mes ami(e)s rou/x/sses.
    – À vrai dire j’en sais rien, mais de ce que j’ai pu voir, rien d’offensant mais beaucoup de « taquinements ».
    – L’idée des sorcières ancrée
    – Jokes blessantes et inutiles
    – J’entends moins de mauvaises critiques sur les roux
    – De pures rumeurs sur l’odeur et tout, bêtises! Je pense que ça dépend des personnes, y a des brunes et des blondes qui fouettent croyez-moi sur parole!
    – On est plus au Moyen-Âge où les roux étaient d’office considérés comme Satan
    – Trop de gens parlent des roux et des rousses de façon péjorative et c’est vraiment nul
    – Ça reste de l’humour. Beaucoup de mes amis les trouvent superbes aussi
    – Les gens parlent de ce qu’ils ne connaissent pas
    – On aime les embêter parfois mais rien de méchant
    – Mois que lors de ma jeunesse
    – Les gens ont besoin d’un bouc émissaire
    – Les temps ont changés
    – Seulement chez les jeunes de moins de 18 ans
    – Odeur
    – J’entends encore souvent des phrases toutes faites du style les rousses puent
    – Grâce au cinéma mais pas seulement. On se rend compte que les cheveux roux donnent une valeur ajoutée à beaucoup d’actrices faisant d’elles des beautés rares, là où les brunes et les blondes sont légions
    – Comme pour toutes les minorités malheureusement
    – Il y a toujours des blagues douteuses sur eux, cela n’est pas de très bon goût
    – Souvent les gens trouvent que les gens différents sont mauvais alors que c’est l’inverse
    – Un relent de vieux préjugés sur leur odeur et surtout que les rousses font des jalouses
    – Ils sont uniques, ce qui les rendent très intéressants et en même temps étranges pour certains
    – Beaucoup d’insultes
    – C’est anecdotique, comme pour les gros. Les enfants sont terriblement intolérants
    – J’en ai été témoin
    – Parce que les moeurs évoluent
    – Il y aura toujours de la discrimination, les roux ne sont pas les seuls
    – Les blagues persistent mais comme toutes les blagues il faut les prendre au second degré
    – Couleur clairement à la mode chez les femmes
    – Ils sont encore trop critiqués, ce sont des gens comme les autres, nous sommes tous égaux
    – Jusqu’à la fac, quand il y avait une rousse dans mon entourage, j’entendais souvent des critiques bêtes et méchantes ou des surnoms idiots. Il s’agit peut-être plutôt de la jalousie ?
    – Parce que tout le monde dit que les roux et rousses puent mais ayant moi-même eu une relation avec une rousse, je peux démonter ce mythe ! En tout cas pour ma part, je suis fixé
    – Beaucoup de gens sont cons et pensent que c’est mal
    – Elles sont très bien acceptées je trouve
    – Racisme. Les roux sont une minorité visible au même titre que les noirs, arabes, homosexuels, handicapés, etc Le monde ne les comprend pas. Ils n’ont pas choisi la couleur de leurs cheveux
    – Car j’en vois toujours dans les écoles qui se moquent des rousses
    – Le roux est à la mode !
    – Car vous représentez les races nordiques, donc une menace pour les peuples noirs et musulmans
    – N’importe quoi
    – Les mentalités ont changées : les rousses sont devenues des personnes extrêmement prisées
    – À cause de la soit disante odeur et les cheveux du diable
    – Les blagues faciles font des ravages

    – C’est plus pour l’humour noir qu’un réel jugement. Dans mon cas en tout cas
    – Jeunes, les roux sont souvent opprimés d’après ce que j’ai vu, maintenant c’est la mode
    – Les gens aiment critiquer les minorités, mois je considère ça comme de la jalousie
    – Surtout chez les jeunes enfants, c’est triste
    – Insultes dans la cour de récré, notamment dans les collèges
    – Je ne savais pas qu’il y avait une discrimination
    – Je pense que ce temps est révolu
    – Beaucoup moins de préjugés, elles s’affirment, beaucoup de fausses rousses donc signe de changement de mentalités
    – Préjugés véhiculés par les médias
    – Méchanceté infantile transmise par les enfants eux-mêmes
    – Tout ce dont je suis témoin, ce sont des vannes amicales dont je peux parfaitement être l’auteur, sans animosité aucune
    – Internet développe ça
    – C’est plutôt à la mode et médiatisé positivement
    – Car les gens sont des moutons quand il s’agit de discrimination
    – L’humour en France faut le prendre au second degré. Si on ne le fait pas qui le fera?
    – Les roux quoi… (south park)
    – Toujours les mêmes stéréotypes ou clichés

Admin

Alexia, 27 ans,
journaliste beauté
et VRAIE rousse,

Par : Topito,
Le Parisien,
Blog Ma vie intrépide,
Serge Gainsbourg,
Alexia  d’Alerte Rousse.

Commenté par : Lio de France / Double Genre

Titre original : « Top 10 des plus belles actrices rousses du cinéma. »

SOURCE : les liens sont ci-dessus (Par : …).

Les trans, icônes du new business

Deux ans déjà que cet article du magazine les Inrocks est sorti sur La Toile. Qu’en est-il de la mouvance transgenre depuis les marches Exitrans 2014 et 2015 ? Faisons le point sur ce cette pseudo révolution transgenre que nous préférons nommer la réorientation trangenre vers le new businnes : My (trans’s) tailor is rich … of profit : Le tailleur de mon trans est riche … de profit).

Comment la révolution transgenre
[se serait] mise en marche

LesInrocksLogo A l’Eurovision, dans les médias mainstream, sur internet, et même au Vatican, les transgenres sont au cœur de l’actualité en 2014. Raisons et limites de cette récente visibilité.

Louboutinccll-162422 DG : Qui dirige l’Eurovision ? Qui possède les merdias mainstream ? Qui a infiltré le Vatican, lequel n’a pas attendu les trans pour porter des robes 😉 ? Raisons et limites … financières de cette récente MISE en visibilité.

LesInrocksLogo Le 10 mai 2014, soir de finale. Dans le complexe industriel de la B&W Hallerne à Copenhague, où se tient la 59e édition du concours de l’Eurovision, le futur gagnant s’apprête à monter sur scène. A moins que ce ne soit une gagnante. Voix de diva, cheveux longs, boucles d’oreille, faux cils, robe pailletée et barbe de trois jours : la candidate qui s’époumone sur Rise Like a Phoenix brouille les frontières du genre et envoie un signal de modernité au cœur du télé-crochet le plus ringard du monde. Elle s’appelle Conchita Wurst et va être sacrée, cette nuit, de la plus haute distinction de l’Eurovision, après des années d’insuccès, de petites galères et de chant dans les cabarets de Vienne.

Louboutinccll-162422 DG : Oui, eh bien de l’aveu même de Conchita Wurst, alias Thomas Neuwirth, il est un chanteur et drag queen, né le 6 novembre 1988 en Autriche à Gmunden. Il a même l’honnêteté de préciser que s’il a adopté les codes vestimentaires de la drag queen, c’est pour faire le buzz et monnayer son image auprès de riches annonceurs. De message en faveur des transgenres, vous pouvez aller vous faire raser gratis !

LesInrocksLogo Né il y a vingt-cinq ans sous le nom de Thomas Neuwirth, ce travesti hyperglamour, homosexuel et militant du cross dressing, a été choisi [par qui je vous prie ? Ndle] pour représenter l’Autriche [l’autre qui triche,Ndle] au prix de nombreuses polémiques alimentées par les mouvements d’extrême droite [mais, c’est bien sûr, encore un coup des fascistes 😉 ] et par certains membres [oh, les vilains ! Ndle] de la communauté LGBT où son côté show-off ne fait pas l’unanimité [c’est le moins que l’on puisse dire]. Le soir de sa victoire, celle qui est devenue entretemps l’égérie de Jean Paul Gaultier, pour qui elle a défilé lors de la dernière fashion week, aura fait taire momentanément les débats en dédiant son prix “à tous ceux qui croient à un avenir qui se construira grâce à la paix et à la liberté”, ajoutant que “l’Eurovision est un projet qui célèbre la tolérance, l’acceptation et l’amour”. [un petit pas pour les trans, un grand pas pour l’humanité, Ndle]

Louboutinccll-162422 DG : En fait de révolution, il s’agit surtout d’une révolution financière, ou plutôt une réorientation des capitaux du monde de la mode et des fournisseurs d’articles de grande consommation, vers ce qui semble porteur sur le moment, c’est à dire, comme tout ce qui est publicitaire, sur ce qui étonne et dérange, sur ce qui « buzze », sur ce qui abuse.
Aujourd’hui ce sont les transgenres, ou prétendus tels, demain ce sera les adeptes du BDSM ou les fétichistes de tous poils ou plumes. Non pas que nous jetions l’oprobe sur ces derniers, mais qu’eux aussi seront pris pour ce qu’ils valent au yeux de la grande distribution : des appâts, des guignols pour les gogos.

LES 30 NOMS DE DEMAIN

LesInrocksLogo A l’occasion de leurs 30 ans, les inRocKs avec HUGO EXTREME vous proposent les 30 personnalités « fraîches » de demain…en partenariat avec HUGO Parfums.

Quelques jours plus tard, de l’autre côté de l’Atlantique, un événement similaire allait bouleverser une autre vieille institution médiatique. Dans son édition du 9 juin, Time offrait sa couverture pour la première fois de son histoire à une personnalité transgenre, Laverne Cox. L’actrice trentenaire, révélée par son rôle dans la série de Netflix, Orange Is the New Black, qui raconte le quotidien d’une prison pour femmes, s’affiche en robe de gala à la une de l’hebdomadaire, accompagnée d’un titre à vocation de manifeste: “The transgender tipping point” (“Le point de bascule pour les transgenres”). Sur sa page Facebook, la comédienne commente cette opération médiatique : “Je réalise que tout cela dépasse largement mon propre cas et que nous entrons dans une phase de changement dans l’histoire de notre nation, où il n’est plus acceptable pour les trans de vivre stigmatisés, ridiculisés, criminalisés et méconnus.” Là encore, la couverture de Time a provoqué son lot de polémiques, s’attirant les foudres des commentateurs de la droite [encore elle ? Ndle] dure américaine, mais qu’importe : “La révolution transgenre est en marche”, nous assure Aren Z. Aizura, l’une des figures montantes des recherches sur les théories du genre et corédacteur en chef de la revue The Transgender Studies Reader 2.

LesInrocksLogo “Il y a une prise de conscience dans les médias à propos de la question trans, qui accède enfin à une nouvelle visibilité, annonce-t-il. 

Un nouveau sujet mainstream

LesInrocksLogo De Conchita Wurst à Laverne Cox, 2014 semble en effet bien partie pour être l’année des transgenres. “Il y a un déplacement très net des figures trans de leur lieu traditionnel l’underground, à une culture plus mainstream, note le docteur en sociologie et spécialiste de la transidentité Arnaud Alessandrin. Que ce soit dans la fiction américaine, le rap ou la mode, avec des mannequins comme Andrej Pejic ou Lea T, on remarque que de nouvelles personnalités trans apparaissent chaque mois et replacent leurs enjeux dans l’espace public.” Pour expliquer cette émergence médiatique, la plupart des observateurs évoquent la convergence de plusieurs phénomènes, au premier rang desquels l’influence exercée par les mouvements sociaux pro-transgenres. “Depuis quelques années, il y a eu dans toutes les grandes villes américaines une augmentation du nombre d’actions menées en faveur des trans, avec l’apparition de nouvelles formes de militantisme, explique Reina Gossett, codirectrice de l’association new-yorkaise Sylvia Rivera Law Project, qui vient en aide aux trans victimes de violences. Les médias ne pouvaient pas rester hermétiques à cette pression sociale, ils ont fini par entendre nos revendications.”

Timadolph

Louboutinccll-162422 DG : En fait, les vrais trans sont celles que les innombrables difficultés à émerger ont transformé spirituellement en personnes ouvertes sur le monde ; celles qui ne veulent pas de nouveaux droits pour elle-mêmes, égoïstement, mais pour toute la société.
Les partisans du Nouvel Ordre Mondial se servent des trans pour donner un coup de pied supplémentaire dans la société, pour la déstabiliser encore plus.
Nous, les trans, voulons vivre en paix et en harmonie avec nos conjoints, nos familles, nos voisins, nos employeurs ou nos employés, avec la société toute entière. Nous ne voulons pas être des icônes, c’est à dire dressées comme des « i », connes de services pour le compte du merchandising des multinationales. Faire la Une du Time ? La belle affaire, le chancelier Adolphe Hitler ne l’avait-il pas fait aussi, lui qui avait été déclaré « Personnalité de l’année » par ce même Time Magazine qui lui avait décerné ce titre en 1938 [Lien Wiki] ?

LesInrocksLogo Un autre facteur pourrait justifier cette nouvelle vague de visibilité trans : internet. “Avant, les transidentités se vivaient de manière confidentielle ou alors en groupe restreint, rappelle Aren Z. Aizura. L’usage des réseaux sociaux a complètement modifié le rapport des trans à leur identité ; il a permis le partage d’expériences et ainsi la banalisation de la parole, notamment chez les plus jeunes.” Ts Madison peut en témoigner. Cette transgenre male to female, actrice porno à son propre compte, s’est fait connaître début 2014 sur le réseau social Vine en publiant des vidéos de six secondes dans lesquelles elle s’affichait nue, dansant ou courant dans son jardin la bite à l’air. Devenues virales en quelques jours, les vidéos ont été parodiées et partagées par des flots d’internautes de tous âges, contribuant selon Ts Madison à “promouvoir la tolérance envers les trans”.

Louboutinccll-162422 DG : Non, désolé, la majorité des trans que nous connaissons ne veulent pas promouvoir leur identité en « s’affichant nue, dansant ou courant dans son jardin la bite à l’air. » Les trans aspirent au respect de leur vie privée, à être reconnues en tant qu’individus « comme les autres », les blancs, les noirs, les jaunes, les verts, les bleus, les albinos, les autistes, les trisomiques … ni plus, ni moins. Membres de la société humaine, ils veulent vivre en harmonie avec leurs semblables et pas forcémment faire la une des merdias et des téléréalités. Les trans ne sont pas des bêtes de foire, des femmes troncs ou à barbes !

LesInrocksLogo “Internet permet de lever tous les complexes, de se montrer sans crainte, nous confie-t-elle depuis sa villa d’Atlanta. Depuis que j’ai publié mes vidéos, des gamines m’envoient des messages pour me remercier, d’autres m’interrogent sur ma transition, sur la chirurgie. Elles parlent librement. Il y a eu bien sûr des tas d’insultes, des trucs haineux, mais la plupart des gens comprennent le message. Ils ont compris ce qu’il y a de révolutionnaire à être une femme et à agiter sa bite devant une caméra.”

Louboutinccll-162422 DG : Internet n’est pas, pour Ts Madison, un outil pour lever les complexes, mais les inhibitions : se montrer – A POIL-  sans crainte ;). Et encore à propos d’Internet, voilà un beau média pour s’informer sur les innombrables aspects de la transidentité sans avoir à demander à la soeur spirituelle de Rocco Siffredi.
Quand à dire qu’ : »agiter sa bite devant une caméra » est révolutionnaire, alors la révolution a commencé depuis longtemps avec la statuaire grecque, le David au vit en marbre de carrare de Michael Ange (1501) et le Manneken-Piss de Bruxelles qui offre généreusement ses parties de bronze à tous les visiteurs de la capitale belge depuis 1618.

LesInrocksLogo A l’Eurovision, dans les médias mainstream ou sur le net, les transgenres s’affichent partout depuis quelque temps, et parfois là où on les attend le moins. En avril 2013, un site américain spécialisé dans les news sur le téléchargement, TorrentFreak, avait analysé les fichiers informatiques du Vatican et les résultats furent assez surprenants : on y découvrait que l’Etat de la papauté téléchargeait en boucle des pornos transgenres, avec une préférence pour les films de l’actrice Tiffany Starr, un male to female habitué au X hardcore. “Au départ, j’ai été choquée d’apprendre ça. Il y a quand même une injustice dans le fait que des opposants déclarés aux trans délirent secrètement sur vous”, raconte-t-elle, qui préfère aujourd’hui voir dans cette révélation le premier signe possible d’un changement de mentalité. “Dévoiler les fantasmes est un bon point de départ pour lutter contre les discriminations”, ajoute-t-elle, avant de lancer un clin d’œil : “J’ai d’ailleurs reçu beaucoup de messages de soutien de la part de catholiques.”

Louboutinccll-162422 DG : Non, désolé, les transgenres ne s’affichent pas ! ON les affiche ! Quant aux téléchargements de vidéos pornos mettant en scène des personnes transsexuelles, cela prouve qu’il y a des gros empaffés qui les produisent pour se faire du fric, d’autres gros empaffés qui les distribuent via leurs réseaux et au Vatican, infiltré par les loges maçonniques [P2], il y a bien un groupe de tordus encallotés qui se décallotent à la vue du serpent à queue, leur dieu satanique ;). Enfin, ces attitudes mortifères ne sont pas le signe d’un changement de mentalité, si ce n’est une involution vers une mentalité pourrie de P.P.P. (Petits Pervers Pépères).

L’empowerment des trans

LesInrocksLogo Pour la plupart des observateurs, ce n’est pas tant cette nouvelle visibilité qui compte, mais plutôt les changements de discours sur les transgenres. Avec l’émergence de personnalités comme Laverne Cox apparaissent aussi de nouvelles manières de parler de transidentité, plus libérées et réalistes. “Le vrai point déterminant est qu’il y a un changement de storytelling dans les médias, où on a modifié nos perceptions de la question trans, confirme Vincent Paolo Villano, directeur de la communication de l’une des plus puissantes associations LGBT américaines, le National Center for Transgender Equality. Il y a encore quelques années, les seuls transgenres que vous pouviez voir dans les médias étaient des malades, des victimes de violences, des prostitués. On commence enfin à sortir de ce prisme négatif grâce à des personnes comme Laverne Cox, qui sont des femmes plus indépendantes, qui ont du pouvoir.”

Dédramatisée, la figure des transgenres serait aussi en voie de normalisation dans les médias selon Maxime Foerster, auteur d’une Histoire des transsexuels en France :

LesInrocksLogo “Il y a surtout, dans les pays anglo-saxons, de nouveaux modèles de représentation qui émergent, et qui sont moins dans le domaine de l’exotisme, explique-t-il. Des transgenres femmes d’affaires apparaissent par exemple, des femmes fortunées, qui n’ont rien à voir avec les vieux clichés de chanteuses de cabaret ou de muses d’artistes. Il est encore trop tôt pour en juger, mais il semble que les trans maîtrisent de plus en plus leur image.”

Louboutinccll-162422 DG : « … apparaissent par exemple, des femmes fortunées… » ah, c’est sûr, l’argent a toujours fourni aux yeux du « bourgeois » un vernis de respectabilité. Alors, trans qui ne roulez pas carrosse, vous savez ce qu’il vous reste à faire: allez aduler les richissimes icônes de la transexualité, celles qui habitent Beverly Hills et achetez leurs marques de vêtements, parfums, bijoux, films, chansons, journaux … qui vous sont destinées, à vous issues du Vulgum Pecus et utilisatrices de vulgaires pécus.

LesInrocksLogo Surtout, ils se sont échappés des débats médicaux et sexuels auxquels ils ont longtemps été réduits. “Les trans ne veulent plus entendre parler de sexualité, ils se sont complètement désolidarisés de ces sujets, assure Arnaud Alessandrin. Lorsque Conchita prend la parole à l’Eurovision, elle ne pose que la question du droit : ai-je le droit d’être intégrée à une société sans être assimilée à tous ses codes ? Ai-je le droit à une vie normale sans pour autant me conformer à toutes ses normes binaires ?” Quand on interroge Ts Madison, jamais la question du sexe ne revient vraiment dans la discussion : elle dit qu’elle est simplement une femme avec une bite (elle en a même commercialisé un T-shirt : “She’s got a dick”) et n’aspire qu’à avoir les mêmes droits fondamentaux que les autres. “Les débats se sont recentrés sur des thématiques d’ordre politique ou social, résume Maxime Foerster. C’est d’ailleurs tout le sens du sous-titre de la couverture de Time, qui dit que les transgenres sont ‘la nouvelle frontière des droits civiques américains’. Maintenant que l’homosexualité est quasiment soluble dans la société hétéronormée et bourgeoise, on commence à se poser la question du droit pour les trans.”

Louboutinccll-162422 DG : Certes, la transidentité n’a que peu de rapport avec le sexe et la médecine ; mais de là à dire que Conchita Wurst pose le problème du droit : oui, mais du droit à passer pour une drag queen aux fins d’empocher les subsides des marques et d’engranger les royalties des produits vendus pas le business des multinationales de la mode, mais aussi des enceintes audio de la marque Parrot, Perroquet en français, oiseau symbolique pour un chanteur à la voix aussi controversée 😉

ConchitaParrots

Visibles mais ignorés ?

LesInrocksLogo Dans la réalité, pourtant, ces questions de droits semblent loin d’être résolues. Car si les transgenres ont accédé à la visibilité, notamment aux Etats-Unis, ils tardent encore à faire leur apparition dans les agendas politiques. Depuis son bureau de Brooklyn, Reina Gossett a du mal à s’enthousiasmer pleinement pour ce nouvel engouement des médias.

LesInrocksLogo “Bien sûr que la couverture de Time est un événement important pour nous, mais elle rend encore plus insupportable l’inaction politique, dit-elle. Les transgenres continuent de souffrir de discriminations et je ne suis pas sûre qu’une couverture puisse y changer quelque chose. Par exemple, dans plusieurs Etats américains, on se bat pour faire annuler des décrets qui empêchent les transgenres d’accéder à certains soins médicaux, mais ça personne n’en parle. Personne ne parle du chômage qui affecte les trans, ni de la situation vécue par les trans de couleur, victimes de violences raciales. Les médias négligent leur réalité quotidienne.” C’est là le paradoxe de cette récente exposition médiatique, qu’Arnaud Alessandrin résume ainsi :

LesInrocksLogo “Une certaine frange de la transidentité, liée à la scène et aux artistes, commence à être visible. Mais le trans reste invisible dans l’espace politique. Et rien ne dit que l’arrivée de figures transgenres populaires permettra d’aller vers plus d’acceptation.”

LesInrocksLogo En transition depuis une vingtaine d’années, Ts Madison a tout connu de la réalité trans : le rejet de sa famille, les mauvaises hormones achetées au marché noir, la discrimination à l’embauche, la violence physique. Elle assure mieux vivre aujourd’hui aux Etats-Unis que dans les années 90 et sait à qui elle le doit : “Dans chaque génération de transgenres, il y a eu des pionnières, des femmes écoutées qui ont rendu la vie un peu plus acceptable aux suivantes. Tant mieux si les médias se cherchent une nouvelle femme pour occuper ce rôle.” Dans un grand rire, elle nous dira qu’elle s’y verrait bien, elle, en pionnière trans.

Louboutinccll-162422 DG : Comme Jésus (eh oui, rien que lui) nous ne jetterons pas la pierre à Ts Madison qui comme le chantait Léo Ferré (repris par Serge Régiani) « aurait vendu son âme pour quelques sous« , mais ne craignons pas de fustiger la promotion des trans par la voie de la prostitution qui loin d’être royale serait plutôt déloyale à l’égard de l’avenir des jeunes (et moins jeunes) qui veulent sortir de leur placard.
La prostitution n’est pas une fatalité et de même que l’on connait de nombreuses mères de familles dites mono-parentales qui ont trimés à l’aspirateur sur les moquettes des bureaux d’une grande administration française, à 4h30 du mat ; ou comme « filles de salle » à l’A.P. (Assistance Publique) à refaire une propreté dans leurs hôpitaux à 6 € de l’heure, mais n’ont pas vendu leur c*ul aux abords de la Gare Saint Charles de Marseille ou sur les parking des routiers de l’Autoroute A6.
Dans notre village natal, la devise des mineurs de fond était « Mains noires, pain blanc. » Pour ces femmes, ce serait : « Mains sales, c*l propre ». Le petit astérisque, c’est pour que les moteurs de recherche ne nous classent pas dans les sites pornos, injurieux ou pire : dis-si-dents 😉


Par :
Publié : le 21.09.2014 | 18:30
Commentaires : par  Louboutinccll-162422 Lio de France / DG
Titre original : « Comment la révolution transgenre s’est mise en marche. »
SOURCE : LesInrocks.com
§

Chantelle Winnie, une coccinelle au top !

Pour faire suite à notre article sur les Albinos, Double Genre a le plaisir de vous présenter une mannequin [je sais, il n’y a pas – encore – de féminin pour ce mot] qui bien qu’atteinte de vitiligo, est plutôt bien sans sa peau.

Une coccinelle au top

Chantelle Winnie:
Un corps taché d’or

Chantelle Winnie: Un corps taché d’or Beverly Hills : entre deux shootings, une fille bien dans sa peau. ©Sébastien Micke

A 21 ans, ce mannequin canadien, vedette des réseaux sociaux, s’est rendu célèbre en apprivoisant ses marques de vitiligo.

Qui est cette fille ? Vingt et un ans, 1,75 mètre, 1 million d’abonnés sur les réseaux sociaux, une vingtaine de taches blanches sur sa peau noire et un contrat avec un empire du prêt-à-porter. Baptisée Chantelle Brown Young à la naissance, surnommée Winnie Harlow par ses amis, elle a choisi un pseudonyme, Chantelle Winnie, pour signer ses prestations de modèle. Jeune fille aux trois identités, elle montre aussi plusieurs visages.

Au téléphone, pour répondre à notre interview, Chantelle traîne la voix, laisse une musique allumée en fond sonore, justifie son retard de quarante minutes par un désinvolte : « Je me suis endormie. » La boudeuse se transforme devant ­l’objectif des photographes, son sourire illumine la pellicule, sa gaieté enchante. La mutation finale a lieu sur Internet où elle se dévoile entièrement. A ses ­followers, des adolescents pour la plupart, elle révèle sa fantaisie et son humour, autant que son ambition forgée au feu d’une enfance de paria.

Elle pose pour Desigual, Diesel et donne l’exemple : depuis, un physique atypique est devenu un argument commercial

Moquée dès l’école primaire à cause de la dépigmentation de sa peau, exclue au collège, quasi dépressive à 16 ans, elle abandonne les études et trouve refuge sur le Web où l’insolite devient fabuleux en quelques clics.

SC_SM_A_Chantelle_Winn_2

Petite, elle se voyait ballerine, puis présentatrice télé. Depuis l’an dernier elle est la nouvelle égérie de la marque espagnole Desigual. ©Sébastien Micke

En ligne, les photos de son corps symétriquement tacheté font mouche. Sa mère, coiffeuse dans la banlieue de Toronto, au Canada, l’élève seule et laisse faire. Son père, mécanicien ­automobile, installé à Atlanta, aux Etats-Unis, préférerait qu’elle s’engage dans l’armée. La petite, de taille mannequin, fomente d’autres plans ; elle contacte une journaliste de Toronto qui, intriguée, vient la filmer. Puis une rappeuse canadienne la fait tourner dans l’un de ses clips. Relayée sur YouTube, la vidéo dépasse les frontières et récolte des milliers de mentions « J’aime ». La baguette magique du numérique inaugure le conte de fées. Chantelle se choisit une bonne fée, l’ex-top californienne Tyra Banks, devenue animatrice télé, qu’elle apostrophe sur Internet dès que possible. Le charme fonctionne : l’année de ses 19 ans, la jeune fille reçoit le coup de téléphone qui va changer sa vie. Les producteurs de l’émission « America’s Next Top Model » veulent la rencontrer. La présentatrice de ce show très regardé n’est autre que Tyra Banks, qui déclare : « Quand je vois quelqu’un comme Chantelle, je me dis : “C’est beau, c’est unique, le monde a besoin de voir ça.” » En candidate de télé-réalité, sa protégée fait long feu, mais cela suffit à la lancer.

Née en 1994, issue d’une génération aux talents informatiques innés, Chantelle construit sa carrière sur le ­virtuel. Elle découvre le monde sur les écrans d’ordinateur. Pour elle, la télévision est une ancêtre ; le Smartphone, une raison de vivre. Présente au quotidien sur Instagram, Facebook et Twitter, elle est une virtuose du digital, un génie du ­selfie, une pro de la communication numérique. Laconique au micro des journalistes, elle devient bavarde pour répondre aux questions posées par ses fans sur le site chantellewinnie.com.

Grâce à ­l’application Periscope, la jeune femme retransmet en direct ce qu’elle filme avec son téléphone. Plus besoin d’écrire, elle ­discute par vidéo avec ses admirateurs, leur montre où elle vit, ce qu’elle mange, et raconte volontiers sa maladie, le vitiligo, apparu à ses 4 ans.

Ainsi, entre « j’adore les sushis » et « je rêve d’être en couverture de “Vogue” », elle explique : « La première tache est arrivée sur mon ventre, puis les autres se sont étendues très rapidement. » Ou encore, plus pédagogue : « Le vitiligo se développe quand les mélanocytes meurent. Ces cellules donnent la couleur à notre peau et à nos cheveux. »

SC_SM_A_Chantelle_Winn_4

Des dessins qui ne changeront plus : la maladie de Winnie a cessé d’évoluer. © Sébastien Micke

Parmi ceux qui l’interrogent, certains souffrent de la même maladie ; c’est à eux que Chantelle accorde le plus de temps. Elle met leurs portraits sur son site, les encourage à assumer leur différence et ne prescrit qu’un seul remède : la volonté. Fière ambassadrice d’un mal ­incurable, elle a donné un nom à sa communauté de fans, les « coccinelles ». « Toutes mes ­coccinelles varient de forme, de couleur, de taille, de race. Et elles sont toutes parfaitement imparfaites », écrit Chantelle sur son blog. En février 2015, elle est invitée à raconter son histoire sur la scène des réputées conférences Ted (Technology, entertainment et design), au même titre que Bono et Bill Clinton.

L’industrie du textile suit. La marque espagnole Desigual, qui a fait de son style coloré original une réussite internationale, la choisit comme égérie et affiche son visage bigarré dans toutes les capitales du monde. L’empereur du jean, Diesel, l’imite.

Fière ambassadrice de son mal, elle appelle sa communauté les « coccinelles »

Aujourd’hui, la différence fait vendre, et Chantelle n’est pas le seul mannequin dont le physique atypique est devenu un argument commercial. Jillian Mercado, New-Yorkaise de 27 ans atteinte de ­dystrophie musculaire, a posé pour Diesel en chaise roulante. La Sud-Africaine Thando Hopa, albinos, est le visage des produits solaires Vichy. Chez les hommes, Shaun Ross, lui aussi albinos, a collaboré avec de grands couturiers. Avec une taille 40 – une hérésie dans le monde de l’ultra-minceur – Myla Dalbesio a été choisie pour incarner­ une ligne de sous-­vêtements Calvin Klein, tandis que le mannequin transsexuel Andreja Pejic, muse de Jean Paul Gaultier, sera l’héroïne du prochain film de Sofia Coppola. Même l’âge n’est plus un ­obstacle. La Française Françoise de Staël, née en 1931, a affiché son élégance sur les campagnes Petit Bateau et Krys avant de faire la couverture du magazine « M ».

Chantelle a son idée sur la différence : « J’ai la conviction qu’il est inutile de rabaisser les gens. Si leur bonheur passe par les relations homosexuelles, le transgenre ou même la chirurgie correctrice pour effacer le vitiligo, par exemple, très bien ! Mon seul message, c’est que chacun a droit à une existence heureuse. » Chantelle la tolérante n’a, elle, aucune intention de ­changer les couleurs de sa peau.

  • Par : Pauline Delassus
    Crédit photos : © Sébastien Micke
    Titre Original : « Chantelle Winnie : Un corps taché d’or. »
    SOURCE : ParisMatch

Albinos, les mal-aimés de l’Afrique

Au cours de mon séjour d’un mois au Cameroun en 2005, j’ai pu observer au bord des routes de latérite rouge des hommes et des femmes, au teint pale et aux cheveux blancs qu’on appelle les Albinos.

J’avais aussi constaté que dans ce pays où l’on m’interpellait volontiers d’un « hé, beau-frère ! » narquois, ou d’un « hé, le blanc ! » plutôt naïf et bon enfant, les albinos étaient ostracisés de façon très outrancière, preuve supplémentaire que le racisme n’est pas l’apanage des populations dites « blanches », mais que souvent, comme j’ai pu là aussi le constater de mes propres yeux dans les plus de cinquante pays francophones de l’Afrique, les maghrébins détestent les « blacks » qui eux-même détestent les Albinos et les Pygmées.

  • 1° ARTICLE

Préjugés et croyances sur l’albinisme

Persécution en Afrique


Photo d’un Albinos sénégalais (1894)

Les personnes atteintes d’albinisme sont sujet de meurtre en Afrique, car la population utilise leurs différents membres pour des potions et autres fabrications dans la sorcellerie. Ces problèmes sont dus à la persistance de légendes conférant des caractéristiques mystiques aux personnes atteintes d’albinisme. Certaines indiquent ainsi que les albinos ne meurent pas mais disparaissent, qu’ils ne voient pas la nuit, qu’ils ont les yeux rouges, une intelligence médiocre et un développement anormal.

Ils sont encore aujourd’hui victimes d’exclusion, de persécutions, et même d’assassinats (dans ce dernier cas, les victimes étant parfois même enlevées) dans des buts magiques (les croyances locales attribuant des pouvoirs guérisseurs aux organes des albinos) notamment au Mali, au Cameroun, en RDC, au Burundi, ou en Tanzanie.

Cependant les mentalités auraient tendance à évoluer dans certains de ces pays, puisqu’en 2009, sept hommes furent condamnés à mort par pendaison en Tanzanie pour meurtre d’albinos dans deux affaires différentes. Il semblerait qu’aucun des sorciers qui se livraient à la préparation des breuvages « magiques » à partir des membres des victimes pour en faire commerce n’ait encore été poursuivi.

En 2008, pour tenter d’enrayer le phénomène, le Président Jakaya Kikwete nomme Al-Shymaa Kway-Gee, elle même albinos, à un poste de députée. Deux ans plus tard, un autre député [albinos] accède au Parlement, cette fois par la voix des urnes.


Par : Wikipédia
Publié le : en ligne en février 2016
SOURCE : Wikipédia

ARTICLE

Les mannequins albinos qui ont conquis le monde de la mode.

Le milieu d’ordinaire très fermé de la mode s’ouvre peu à peu et permet de faire émerger des tops qui nous prouvent qu’il n’existe pas qu’un seul type de beauté. C’est notamment le cas des mannequins atteint d’albinisme qui, très souvent persécutés pendant leur enfance, sont aujourd’hui sur le devant de la scène.
« Bousculer les diktats de la beauté ». Voici une expression que l’on entend fréquemment ces dernières années. Depuis quelques temps maintenant, il semblerait que le monde de la mode ait pris un nouveau virage et veuille mettre tous les physiques en lumière. Sur les podiums des défilés comme en première page des magazines, les physiques se diversifient et les tops dits « atypiques », car ils ne correspondent pas aux normes établies jusqu’à présent dans le milieu, sont de plus en plus présents. Il y a qu’à voir le succès d’Ashley Graham, mannequin qui est de toutes les campagnes, ou bien encore l’engouement autour de Shaun Ross, le top atteint d’albinisme. Comme lui, plusieurs modèles touchés par cette particularité génétique, qui correspond à un défaut de mélanine, ont été repérés par des professionnels de la mode et de la beauté. Leur donner leur chance, c’est aussi briser les tabous sur cette maladie à cause de laquelle les personnes qui en souffrent sont parfois victimes de discrimination et de persécution dans certains pays.

Shaun Ross © Getty

Thando Hopa égérie de Vichy

Impossible que le visage de Thando Hopa vous soit inconnu. Elle a été choisie comme égérie par Vichy pour sa gamme de produits solaires. L’occasion de rappeler que la peau des personnes atteintes d’albinisme est d’autant plus sensible aux rayons du soleil et que les risques de cancer de la peau ne sont que multipliés.

Thando Hopa pour Vichy © Vichy

Refilwe Modiselle

Refilwe Modiselle est connue pour avoir été le premier top albinos à défiler en Afrique du Sud.

Refilwe Modiselle
© Facebook Refilwe Modiselle / Tereza Cervinkova

Stephen Thompson

Fait d’arme de Stephen Thompson : avoir été choisi pour incarner la collection printemps-été 2011 de Givenchy shootée par Mert Alas et Marcus Piggott. Avec ses traits parfaits et son regard envoûtant il a su charmer les professionnels de la mode.

Stephen Thompson
©
Getty

Connie Chiu

ConnieChiu

Connie Chiu est née à Hong Kong en 1969. Elle a commencé sa carrière à l’âge de 25 ans et a notamment été repérée par un certain… Jean-Paul Gaultier. C’est le nouveau visage de la fashion sphere.

Diandra Forrest

Diandra Forrest © Getty

Du haut de son mètre 80, Diandra Forrest a séduit le monde de la mode. Elle a posé pour de nombreuses couvertures de magazines et a foulé les catwalks du monde entier. Moquée pendant son enfance à cause de sa maladie, elle est aujourd’hui un top très demandé.

Sanele Junior Xaba

Sanele Junior Xaba
©
Instagram Sanele Junior Xaba


Par : Au féminin. com / new-style
Publié le : 25.02.2016
Titre original : « Les mannequins albinos
qui ont conquis le monde de la mode. »
SOURCE : AuFeminin.com
Autre Source : Albinism.Ohchr.org

Caitlyn Jenner, médaille d’or de la transition

Le plus incroyable dans cette histoire, serait-il que l’ancien sportif de haut niveau William Bruce Jenner soit devenu Caitlyn Marie Jenner ? ou qu’un tribunal administratif américain ait fait passer son dossier comme une lettre à la poste, en moins de 15 jours ? Quand on connait les délais aberrants que nécessitent une telle démarche en France, c’est à notre avis cette rapidité de traitement administratif qui va faire rêver l’ensemble des candidat(e)s français(es) à la transition de genre.

En effet dans l’hexagone, les promesses électorales d’un certain François Hollande, relatives à une meilleure prise en compte des besoins d’identité administrative pour les transgenres, n’ont pas été suivies d’effet et le parcours du combattant des personnes en quête d’une nouvelle identité, s’effectue à la vitesse d’un escargot, ce qui n’est pas forcément de bon augure, même si tout le monde sait que ce dernier est un animal hermaphrodite.

ARTICLE :

L’ad­mi­nis­tra­tion américaine a offi­ciel­le­ment reconnu le changement de sexe de Bruce Jenner. Caitlyn est légalement une femme et détient désormais sa propre identité.

star-24-tv-caitlyn-jenner-2

C’est sous le nom de Bruce, que la star avait remporté la médaille d’or du décathlon aux Jeux de Montréal en 1976, battant le record mondial ! Il avait même été désigné comme l’un des plus grands athlètes de son temps ! Depuis, beaucoup de choses ont changé pour Bruce Jenner !

star-24-tv-bruce-jenner

C’est en avril dernier, qu’il a annoncé son changement d’identité sexuelle ! C’est désormais en Caitlyn Jenner qu’il se présente ! Par la suite, elle est apparue pour la première fois en femme sur la couverture de l’édition de juillet du magazine Vanity Fair. Depuis, devenue une icône transgenre, Caitlyn Jenner découvre sa vie de femme.

star-24-tv-caitlyn-jenner

Mais elle ne s’arrête pas là et veut faire les choses jusqu’au bout ! C’est pourquoi ce vendredi 25 septembre, un juge a accepté la requête de l’ancien champion olympique, visant à changer officiellement son nom et son genre ! La décision a été rendue lors d’une brève audience à laquelle la désormais femme de 65 ans, n’a pas assistée.

star-24-tv-caitlyn-jenner-5

Pour rappel, elle avait déposé sa demande au début du mois, insistant sur le fait que la plupart de son dossier devait rester sous scellés afin de protéger sa vie privée et sa sécurité. La décision de vendredi signifie que le nom de naissance William Bruce Jenner est devenu Caitlyn Marie Jenner.

star-24-tv-caitlyn-jenner-6

A peine 15 jours après le dépôt de son dossier devant le tribunal, Caitlyn Jenner est enfin reconnue comme une femme sur ses papiers d’identité !

Les bonnes nouvelles affluent ! L’héroïne de la télé-réalité « I am Cait », dont la première saison a cartonné, et la chaine « E! » ont annoncé aux nombreux fans qu’elle reviendra pour une deuxième saison attendue et lèvera un peu plus le voile sur sa nouvelle vie !

star-24-tv-caitlyn-jenner-4

« J’essaye de comprendre ce qui signifie être une femme et je poursuis dans cette voie. Parce que vous savez quoi, c’est très amusant » a confié celle que l’on peut désormais officiellement nommer Caitlyn Marie Jenner !

Et vous ? Qu’en pensez-vous ?

Double Genre : Comme le dit le dicton populaire, nous pensons qu’une « hirondelle ne fait pas le printemps », ou énoncé différemment par Blaise Pascal : « vérité en deçà des Pyrénées, erreur au delà » et qu’à la lecture de l’article « Au nom du peuple français et de mon C… » republié précédemment par notre blog, la régularisation en France (et aussi aux dernières nouvelles, dans les pays européens comme la Belgique), n’est pas pour demain.


Par : Star24.tv
Publié le : 28.09.2015 | 13:37
Titre original : « Caitlyn Jenner est officiellement une femme ! »
SOURCE : Star24.tv

§

Caitlyn Jenner Wants A Man
To Take Care Of Her

caitlyn-jenner-july-2015-vf-06

The speculation about trans superstar Caitlyn Jenner’s sexuality is sure to go into overdrive with her latest comments.

I Am Cait returns for Season 2 on Sunday, and it looks like we’ll be seeing the 66-year-old open up more about her hopes for a romantic relationship:

“To be honest, if I was in a relationship with a guy, I would enjoy being treated like that; opening doors for you, doing all that would think is the traditional stuff in a guy and a girl relationship. It would have to be a very special guy to be able to do that, but yeah, I would be open to that.”

Her hopes for a “traditional” relationship probably won’t win over her critics, but it shows an open and vulnerable side that we’re sure E hopes will bring in more viewers for the next round.

I Am Cait returns to E! Sunday, March 6th at 9, and you can get into the clip below.

http://www.eonline.com/videos/embed/246314


Par

Publé le : 03.03.2016
SOURCE : QUEERTY.com

Ces 11 femmes sont-elles des hommes ?

Voici.fr présente un diaporama de 11 photos de femmes célèbres dont d’autres célébrités comme la chanteuse Régine, l’écrivain de roman d’espionnage Gérard de Villiers ou le peintre Savador DAli ont prétendus qu’elles étaient des hommes.
A la prose à l’eau de rose de Voici.fr, Double Genre propose un brf commentaire suite à des contre-enquêtes qui présentent des pistes intéressantes pour y voir plus clair…

Diaporama des 11 photos

Sheila

Sheila

Photo 1/11

Voici.fr : Sheila n’avait que 18 ans quand la rumeur est apparue. Inventée de toute pièces par l’écrivain Gérard de Villiers, elle a pourri la vie de la chanteuse pendant plus de 30 ans.

Double Genre : Peut-être que l’auteur prolifique Gérard de Villiers avait eu, une fois de plus, une imagination débordante, mais ses nombreux fans eux-même, se sont demandés pourquoi Mike Brant s’était suicidé, alors qu’ils avait tout L’argent la gloire et un homme dans son lit ? peut-être qu’a l’instar du héros du film « Crying Game », il n’avait pas pu consommer ?

Jamie Lee Curtis

Jamie Lee Curtis

Photo 2/11

Voici.fr : L’actrice serait selon certaines rumeurs un homme, ou un hermaphrodite. Des allégations que Jamie Lee Curtis a démenti dans un talk-show américain : « Comment osez-vous poser cette question ? J’ai des enfants ! », s’est-elle défendue.

Double Genre : Avec l’adoption, la PMA, la GPA … avoir des enfants n’est plus l’apanage des couples biologiques hétérosexuels. Et dans ce monde de non transparence , il y avait quelque chose de plus simple à faire, mais évidemment, ça demande beaucoup d’audace 😉

Amanda Lear

Amanda Lear

Photo 3/11

Voici.fr : Formée à partir de déclarations de Salvador Dalí dans les années 60, la rumeur n’est jamais partie. Aujourd’hui, elle préfère en rire.

Double Genre : article « Amanda Lear n’est pas celle que vous croyez. »

Elodie Gossuin

Elodie Gossuin

Photo 4/11

Voici.fr : En 2001, lorsqu’elle se lance dans le concours Miss Europe, Elodie Gossuin est la cible d’une rumeur la faisant passer pour un homme. Heureusement, cela ne l’a pas empêché de remporter l’écharpe.

 Double Genre :

 –

Megan Fox

Megan Fox

Photo 5/11

Voici.fr : Tout est parti d’une blague sur un tapis rouge : l’actrice a lâché « Je suis un transsexuel. Je suis un homme » sur le ton de la blague, et a malheureusement été prise au sérieux. Les gens manquent parfois de second degré.

Double Genre : Second degré … d’alcool ? Parce que selon le contexte, la blague pouvait passer pour un aveu.

Leila de Secret Story

Leila de Secret Story

Photo 6/11

Voici.fr : A l’époque où elle participait au Big Brother italien, une rumeur voulait qu’une des candidates du jeu soit un transsexuel. Leila a été prise pour cible. En réalité, elles étaient toutes des femmes : il s’agissait juste d’une opération de communication pour faire buzzer l’émission.

 Double Genre :

Lady Gaga

Lady Gaga

Photo 7/11

Voici.fr : Androgyne, extravagante, mystérieuse, Lady Gaga a suscité bien des fantasmes. Pour certains, la chanteuse était en réalité un homme, ce qu’elle a fini par démentir.

Double Genre :

Grace Jones

Grace Jones

Photo 8/11

Voici. fr : La célèbre mannequin l’a raconté elle-même, au début de sa carrière, « tout le monde pensait [qu’elle était] un homme ». Sans doute par rapport à son physique androgyne.

Double Genre : aussi bien dans ses rôles d’ami de l’ignoble X du film de James Bond que dans sa présence féline dans une pub pour une barre chocolatée, on à envie de lui dire : du calme ma grande, je ne suis qu’un homme habitué aux petites femmes poids plume.

Marie Garet

Marie Garet

Photo 9/11

Voici.fr : Quand elle était dans Secret Story, Marie Garet a été buzzée par Zelko, qui pensait qu’elle était un homme. Il n’en a pas fallu plus pour que la rumeur se répande sur les réseaux sociaux.

 Double Genre :

 –

Ciara

Ciara

Photo 10/11

Voici.fr : Plusieurs rumeurs affirment – au choix – que la chanteuse a été un homme, ou qu’elle en est toujours un. « C’est ridicule », s’est-elle défendue.

Double Genre :

 –

Michelle Obama

Michelle Obama

Photo 11/11

Voici.fr : C’est Alex Jones, un animateur radio américain fort antipathique, qui a lancé cette incroyable rumeur. En qualifiant la Première dame de « Première Trans » aux épaules trop larges, il a installé un doute chez beaucoup de ses compatriotes.

Double Genre: Vu la position éminente de la première dame des Etats Unis d’Amérique, cela a fait couler beaucoup d’encre et les fichiers informatiques sont pleins de controverses à ce sujet. Pour vous faire votre opinion, une visite au site Histoires-de-France s’impose, lui qui a compilé les enquêtes au sujet de la personnalité et du genre de Barack et de Michelle (ou Michael) Obama.


§
Par : Voici.fr
Publié le : ?
Titre original : « Ces 11 femmes célèbres que la rumeur a changées en hommes. »
reformatage et commentaires : Lio de France.
SOURCE : Photo.Voici.fr
§

Habits pour trans/trav ? c’est pas gagné

Aujourd’hui, nous vous présentons un article paru en 2010 sur Yagg.com, qui en informant ses lecteurs sur une nouvelle gamme de vêtements suédois destinés à une clientèle de travestis, transgenres, et autres androgynes, ne pensait pas recevoir une volée de bois vert aussi nourrie, accompagnée de quelques « tomates pourries »,  comme à l’époque de l’Alcazar de Marseille, quand Fernandel y venait pousser la chansonnette. On a donc décidé de publier les commentaires, tous biens écrits et qui valent leur pesant de cacahuètes.

La marque suédoise Acne lancera en octobre une [mini-]collection de chemises en jean en collaboration avec le magazine madrilène Candy, « le premier magazine de mode qui célèbre le travestisme, la transsexualité, le travestissement et l’androgynie sous toute ses formes ». Destinée aux travestis et aux trans’, cette collection est composée de trois chemises en denim italien et crêpe de soie, déclinées en différents lavages: stonewashed (délavé) et bleached (blanchi), ce qui élargit la collection à 9 chemises. Elle sera notamment présentée lors de la fashion week de Paris.

« DES CHEMISES TRAV’ POUR TOUT LE MONDE »

« Cette collaboration s’est faite parce qu’on connait bien Luis Venegas, le rédacteur en chef de Candy Magazine, explique à Yagg Jonny Johansson, directeur artistique de la marque. L’idée n’était pas de faire une collection unisexe parce lorsque l’on crée des vêtements unisexes, ils sont très neutres pour vraiment pouvoir être portés par des hommes comme par des femmes. Cette fois-ci l’idée était de créer des chemises d’un style classique western avec des détails décidément féminins qui peuvent être portées par des garçons ou par des filles. On ne voulait vraiment pas de détails neutres mais des détails féminins. »

« J’ai tout de suite su que je voulais jouer avec l’idée d’ajouter des détails féminins à une chemise en denim classique, explique dans le communiqué d’Acne Luis Venegas, rédacteur en chef de Candy, dont la deuxième édition paraitra à l’automne. Je voulais des modèles qui créent un peu de confusion entre les sexes… Au lieu de la déclaration unisexe « Pour les hommes et les femmes », j’ai essayé de faire que les gens se demandent « Est-ce pour les hommes ou les femmes? »… Eh bien, pour tous les types d’hommes et de femmes dans le monde entier au 21e siècle. Ou plus simplement, l’idée était de créer quelque chose comme des chemises trav’ [« tranny » en vo, ndlr] pour tout le monde. Quelque chose de pertinent et ouvert d’esprit. »

HOMMAGE À « DYNASTIE »
L’équipe d’Acne est en pleine préparation des défilés et n’a pas pu répondre à nos questions sur ce qui distinguent ces chemises des autres. La collection est lancée en collaboration avec le rédacteur en chef d’un magazine consacré aux trans’ et aux travestis, on peut donc partir du principe qu’elles sont adaptées à la cible. En effet, le communiqué explique que cette collection s’adresse aux trans’ et aux travestis mais n’ayant pas eu les chemises en main, la rédaction a du mal à saisir la différence entre ces chemises et des chemises en jean d’une autre collection ou d’une marque différente. Ce qui ressort en revanche clairement du discours de la marque et de Luis Venegas, c’est plus une volonté de déconstruire le genre, de jouer sur la confusion des genres et l’androgynie plutôt que de créer des vêtements destinés réellement au travestisme. Des chemises queer, en quelque sorte.

Le détail qui tue: chaque chemise porte le nom d’un personnage de la série préférée de Luis Venegas, Dynastie: Krystle (incarnée par Linda Evans), Sammy Jo (Heather Locklear) et Alexis (Joan Collins).

La vidéo de présentation du premier numéro de Candy:

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur CANDY

Profile photo of Esther Trousset
Par : Publié le :  10.09.2010
Titre original : « Une collection de chemises
pour trans’ et travestis chez Acne »

SOURCE : YAGG.com
 TOUS LES COMMENTAIRES (28) s/Yagg.com
  • 1. Par Emilie – 10 Sep 2010 – 16 H 05

    Les culottes unisexe ont été testé il y a quelques années…Ce fut un flop commercial. Bien sur ils sont les bienvenues d’essayer, mais il y en a qui en ont ras le bol de l’exploitation commercial qui découle du communautarisme provoqué par l’idéologie de l’Etat de diviser pour mieux règner

  • 2. Par Murielle – 10 Sep 2010 – 17 H 08

    A quand des triangles mauves « fashioni » et vendus 30 euros pièce ?… Outre le fait que quand on est TV/TS on peut acheter n’importe quelle chemise n’importe où, comme tout le monde : Marre de la marchandisation des oppressions qu’on nous impose, marre du communautarisme (qui est par définition contre-révolutionnaire), marre que la presse LGBTI se fasse le porte-parole de ces manigances libéralistes. Boycottons les exploiteurs.

    • 3. Par Sylvie – 10 Sep 2010 – 22 H 10

      @Murielle : « marre que la presse LGBTI se fasse le porte-parole de ces manigances libéralistes »: Devrions-nous passer l’info sous silence sous prétexte qu’elle nous laisse dubitatifs (je pense que ça se sent dans notre article) ?

  • 4. Par Camille – 10 Sep 2010 – 17 H 25

    Consternant. Tout simplement.

  • 5. Par Geronimo – 10 Sep 2010 – 19 H 10

    Bande de coincos’ ! La mode n’est pas que le Mal, le grand capitalisme. C’est aussi un art de vivre, une formidable machine à recycler les époques, les phénomènes de société, les genres, etc…
    On doit s’habiller, quasiment toute notre vie, autant y prendre du plaisir, le faire avec goût… Et ça n’est pas parce que ces chemises existent que les trans ou trav sont obligés de les mettre… Bref, déridez-vous un peu…

  • 6. Par Cassis – 10 Sep 2010 – 20 H 10

    «Ou plus simplement, l’idée était de créer quelque chose comme des chemises trav’ [« tranny » en vo, ndlr] pour tout le monde.»
    Moi je trouve ça trop classe comme initiative, il n’y a pas assez de fashionisation, d’exotisation et de commercialisation des identités transgenres…
    J’espère qu’ils feront des packs commerciaux, du genre «la chemise « tranny » achetée, une bouteille d’Oasis « fruits exotiques » offerte».

  • 7. Par Lison – 10 Sep 2010 – 21 H 51

    Le côté « retour aux fifties- petits gants blancs- » me gonfle un peu. on peut être trans et n’avoir rien à cirer de la mode. Ou cisgenre et se contrebalancer des « détails féminins » sur les chemises denim « déclinées en trois versions ». Ceci dit, je n’en dégoûte pas les autres. Je me suis quand même marrée, quand la vidéo, nous sort la phrase qui tue : seulement 1 000 exemplaires distribués dans le MONDE ENTIER!! Y’en aura pas pour tout le monde!! Boouh hou hou.. Je n’en dormirai pas cette nuit, c’est sûr…

  • 8. Par Sophie – 10 Sep 2010 – 22 H 26

    @Murielle : comme d’habitudes la lecture de tes commentaires si constructifs laissent refléter ta grande tolérance et ton immense ouverture d’esprit. Sur le fond de l’article je ne vois pas l’intérêt de vêtements spécial Trans’, ceux ci peuvent s’habiller comme ils l’entendent FTM ou MTF.

  • 9. Par Emmanuelle – 10 Sep 2010 – 22 H 44

    @Geronimo : Bien sûr, la perception d’une mode et le droit d’y adhérer devrait être libre 🙂
    Cependant, quand une entreprise se lance dans une mode communautariste, une mode basée sur des définitions qui ne sont pas politiquement reconnues – et qui découlent d’une idéologie qui provoque des morts, des suicides, le besoin d’opérations et de traitements, la perception de « minorités sexuelles » ainsi l’augmentation de comportements à risque associés, ainsi tous les comportements misogynes – il faut savoir – et assumer – ce qui l’on soutient…

    @Cassis
    Dire qu’il s’agit d’une « initiative classe » et bien entendu, ton parfait droit, cependant, il démontre un manque de maitrise des enjeux de pouvoir politiques ainsi les conséquences. C’est tout comme dire que les triangles mauves sont « classe »: un droit, mais indicatif d’un ignorance consternant.

    • 10. Par Sylvie – 10 Sep 2010 – 23 H 08

      @Emmanuelle : Le ton du commentaire de @Cassis me laisse penser que c’était de l’ironie…

  • 11. Par Skype – 10 Sep 2010 – 23 H 08

    C’est : moche et sans goût. Limite insultant.
    Post non-politique mais définitif quant à l’intérêt de la « chose ».

  • 12. Par Murielle – 10 Sep 2010 – 23 H 32

    @Juliette : Il existe des dizaines de sujets dont la presse LGBTI ne se fait jamais l’écho, un tri est donc fait (et je trouve ça normal). Je ne vois en l’occurrence franchement pas pourquoi ce sujet absurde et parfaitement superflu, en plus d’être communautariste et transphobe, car favorisant la ségrégation des TV/TS, mérite autant de place ici.

    (et note technique au webmestre : c’est _très_ pénible de devoir écrire ses réponses en gris foncé sur fond gris clair, ça pète le yeux au bout de deux minutes, y’a pas moyen de faire plus ergonomique ?)

    @Geronimo : Et des fringues « collection spéciale pour les Juifs/Blacks/Beurs/Roms… ça te plairait, tu trouverais ça aussi classe ?…

    • 13. Par Sylvie – 11 Sep 2010 – 0 H 36

      @Murielle : Parce que justement nous avons essayé de comprendre les motivations de la marque. Cette collection existe, les sites de mode en parlent, personne ne relève l’absurdité (ou pas d’ailleurs, les avis sont partagés, même si les commentaires sur Yagg ne le montrent peut-être pas). Notre travail consiste aussi à attirer l’attention sur ce type d’infos. Et sur Yagg, le futile côtoie le sérieux, ce qui peut sembler superflu (Cristiano Ronaldo et Megan Fox pour Armani, par exemple) sert aussi à faire ressortir les sujets importants (les paroles de profs, par exemple). Si tout est du même niveau, il ne peut y avoir de hiérarchisation. Après, si cette collection choque, rien n’empêche les associations de se saisir du sujet.

  • 14. Par Maude – 11 Sep 2010 – 10 H 29

    Chemises pour TTT (transsexe, transgenre & travestis)
    Le moins qu’on puisse dire est que les commentaires de fidèles internautes valsent gaiement. Marchandisation du communautarisme, appel aux associations pour boycott ou, à l’inverse, pour valider l’opération. Après tout, la visibilité passe aussi par cette marchandisation à la carte des identités qui lorgne du coté des androgynes (suffisamment rare pour le souligner).
    Mais on trouve aussi cette curiosité : « une idéologie qui provoque des morts, des suicides, le besoin d’opérations et de traitements »…
    On est passé sans transition d’une critique de cette marchandisation à une quasi-théorie ou comment un mode de société basé sur la prohibition du genre créé ce besoin (d’opérations et de traitements)… Cette démarche peut créer un effet qui contrecarre cette prohibition et va dans le sens de la déconstruction queer. Faut-il rappeler que dans leur majorité les LGBT sont binaires ?

  • 15. Par Hip Hop – 11 Sep 2010 – 10 H 52

    Bonjour, cette collection n’a rien de choquant si l’on tient compte du fait que c’est une marque suédoise. En Suède l’approche LGBT est à mille lieu de ressembler à la française. (Autant dire que c’est le jour et la nuit comme aux Pays-Bas d’ailleurs.)

    De plus, si vous lisez un peu l’anglais vous comprendrez l’ambition de la marque ACNE. (Que je ne connaissais pas par ailleurs mais qui est très élaborée et développée, en effet, ACNE présente même une collection de meubles en haute couture, c’est pour dire!!!)

    http://www.acnestudios.com/category/about/

    « Founded in Stockholm in 1996 by four creatives, Acne’s ambition was to create and develop a lifestyle brand through desirable products, as well as helping other people to build their brands. This ambition led to diverse assignments in advertising, graphic design, Internet games and TV production (…) With confidence from the success of the jeans, Jonny Johansson ACNE’s creative director, branched out into other design genres ».

    Voilà! Donc A fond sur l’unisexe depuis longtemps et spécialisé sur LA MODE DES GENRES!

    D’ailleurs, où sont les trans pour donner leur avis sur ces chemises finalement? arf!

  • 16. Par Wasisdas – 11 Sep 2010 – 11 H 30

    Haha, génial, ça fait parler les lecteurs !!
    Je dois être un peu à l’ouest mais je ne vois pas en quoi ces fringues sont « trans » ou « queer » ou pour « les travestis » ??? (Déjà ça fait bizzare de dire ça non ???) C’est moi ou bien ???…
    Et… heu.. c’est quoi le rapport avec « Dynastie » ????
    Bon, je me sens un peu heuu… oui c’est ça, pareil que Judith, DUBITATIVE !

  • 17. Par Cassis – 11 Sep 2010 – 12 H 54

    «qui lorgne du coté des androgynes (suffisamment rare pour le souligner)»

    Ben je sais pas, mais j’ai l’impression que les dernières modes vestimentaires c’était quand même vachement «chemise de bucheron canadien avec une coupe féminine» ou «tee shirt rose pour mec avec des paillettes»… après la différence c’est qu’effectivement y’a pas le discours «ouais on est trop queer on fait une collection pour travelos» et que c’est à 15€ au lieu de 150, mais à part ça…

  • 18. Par Geronimo 11 – Sep 2010 – 13 H 41

    @Murielle : je te cite : « Et des fringues « collection spéciale pour les Juifs/Blacks/Beurs/Roms… ça te plairait, tu trouverais ça aussi classe ?… »

  • 19. Par Philippe – 11 Sep 2010 – 14 H 47

    Presque un « non-évènement » ! Toutefois, ce « marchandising » démontre – comme ce fut le cas en son temps pour la mode en direction des gays repris plus tard par les hétéros – que le « queer » (avec toutes ses variantes) prend de plus en plus sa place dans le monde. Et c’est un bien pour la reconnaissance de toutes les « différences » *.

    D’ailleurs, les stars « queers » de la musique sont déjà des vecteurs de tendances. Reste qu’à trouver à présent les (vraies) stars « queers »…

    Cela dit, c’est un joli coup de pub pour la marque suédoise qui réussit à faire parler d’elle dans la presse LGBT. Et peut-être bientôt plus largement !

    @Philippe, transgenre MtF

    Nota : Ces vêtements ne me tentent pas vraiment. Personnellement, je m’habille « out of fashion », de préférence dans la mode « recyclée » hors circuit commerciaux.

    *Plus utile : on attend les vêtements et accessoires pour les personnes handicapées (environ 10 % de la population française, tout handicap confondu).

  • 20. Par Murielle – 11 Sep 2010 – 17 H 47

    @Geronimo : Je ne simplifie rien (contrairement à toi, d’ailleurs). Et tu sembles parler en ignorance totale de ce que vivent les TV/TS en France en 2010, notamment à travers leur médiatisation / instrumentalisation commerciale. Je te conseille vivement ce livre : http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=26730

  • 21. Par Murielle – 11 Sep 2010 – 17 H 57

    @Juliette : Les associations ont mieux à faire que de se battre contre des parasites marchandEs autrement que par un appel au boycott. (d’ailleurs, personnellement, rien que le nom « Acne » me débecterait, peu importe pour quel genre de fringues…)

    L’ennui reste tout de même l’éternel effet performatif des media : si vous n’en parliez pas, personne en France ne se serait même rendu compte que ces sapes inutiles existent. Vous leur fournissez donc bien une campagne de pub gratuite. (ce qui n’empêchera pas ces fringues de faire un flop retentissant, à mon avis, puisque personne n’en a besoin) Bref, l’approche « infomercial » continue de me déranger fortement.

  • 22. Par Geronimo – 11 Sep 2010 – 23 H 41

    @Murielle : serais tu un peu psychorigide ? Pourquoi n’arrives tu pas à prendre les choses par leur bon côté ? Je sais ce que vivent les trans/trav, je sais leur difficulté, et je ne vois pas en quoi un concept mode de chemises peut aggraver leur cas… non mais pour qui tu te prends ? Tu as l’air triste comme les pierres et à moins que tu les aides vraiment tous ces gens, qu’est ce qui te permet de donner autant de leçons ? je pense que tu manques cruellement de fantaisie, il n’y a pas besoin d’être tout le temps aussi grave pour être concerné… Je pense que les gens qui se préoccupent vraiment d’aider les trav/trans dans leurs difficultés ne passe pas tout leur temps à ruminer au sujet d’une pub Acne ma foi bien inoffensive.

  • 23. Emmanuelle – 12 Sep 2010 – 16 H 33

    @Geronimo : « Je pense que les gens qui se préoccupent vraiment d’aider les trav/trans ds leur difficulté ne passe pas tout leur temps à ruminer au sujet d’une pub Acne ma foi bien inoffensive »

    Je pense que les gens qui se préoccupent vraiment d’aider les personnes dont l’identité de genre n’est pas reconnue passent une bonne partie de leur temps à se battre pour l’égalité de droit de toute identité de genre et pour que l’humanité comprenne que c’est l’identité de genre qui est l’élément déterminant de l’identité sexuée de toute personne – pas l’entrejambe.

    L’idée de « trav » et « trans » – et le communautarisme – donc l’inégalité de droits associé – provient de l’idée que l’identité de genre doit être déterminée par l’une de deux visions de l’entrejambe…

    La promotion de cette doctrine est dangereuse: ses conséquences sont affreuses…

  • 24. Par Loulou – 12 Sep 2010 – 17 H 46

    Elles sont moches ces chemises ! Les transsexuelles ont meilleur goût; faut sortir un peu !!

  • 25. Par Hip Hop – 12 Sep 2010 – 18 H 24

    « Je pense que les gens qui se préoccupent vraiment d’aider les trav/trans ds leur difficulté ne passe pas tout leur temps à ruminer au sujet d’une pub Acne ma foi bien inoffensive »

    Voilà qui est très bien dit! Au FSGL, il y avait une association de Trans qui était là pour le prouver par exemple.

  • 26. Par Nature – 14 Sep 2010 – 2 H 03

    Pfff ! être transgenre, comme queer ne se résume pas à l’androgénie… Marre de la récupération commerciale de nos identités…

  • 27. Par Solange – 18 Sep 2010 – 16 H 42

    Consternant, ou bien à mourir de rire (selon l’humeur du jour) et « on » se demande bien ce que les personnes transsexuelles viennent faire dans cette nouvelle galère?
    A quand les pots de yaourt pour trans’ ?

  • 28. Solitude – 18 Sep 2010 – 17 H 43

    A la place des responsables de cette marque, je changerais très vite l’équipe marketing !
    Pas encore vu cette marque sur les cintres mais si cela m’arrive, c’est certain, je change de boutique 😉

Amanda Lear n’est pas celle que vous croyez

AmandaLear2

Qu’elle soit homme ou femme, Amanda Lear est avant tout une belle créature avec ses joies et ses peines. Un membre de la communauté humaine qui a toujours su nous montrer le chemin de l’exigence et manifester l’expression de ses multiples talents dont celle d’écrivaine d’un dernier essai biographique auquel le titre de l’article fait un clin d’oeil : « je ne suis pas celle que vous croyez » – Lio de France.

1° – Article

Amanda Lear : Homme ou femme ? Le document qui sème le trouble…

Amanda Lear homme

Pour ceux qui connaitraient mal Amanda Lear et qui la découvriraient seulement maintenant grâce à la promo de la pièce « Divina » au Théâtre des Variétés, voila un petit récapitulatif :

Avant tout, Amanda Lear est CULTE ! Voila, c’est dit.
Amanda Lear est chanteuse, actrice, animatrice de télévision et peintre. Elle fut mannequin entre autres pour Paco Rabannee, mais aussi égérie de Salvador Dali, et ex-maîtresse de beaucoup de gens célèbres (David Bowie, Brian Jones des Rolling Stones, Keith Moon des Who, etc : Voila enfin une vraie concurrente pour Carla Bruni !)

Mais Amanda Lear, c’est aussi une fabuleuse ex-reine du disco : Parmi ses tubes cultes, on peut citer  « Follow me« , « Queen of China Town » , « I don’t like disco » (cliquez sur les liens pour écouter).

Enfin, la sulfureuse Amanda a été poursuivie pendant toute sa carrière par une étrange rumeur : Elle serait un homme, née sous l’identité d’Alain Tap. On dit qu’elle est transsexuelle, mais certains pensent qu’elle serait plutôt hermaphrodite (donc née avec les caractéristiques des deux sexes). Un document officiel, se présentant comme son acte de naissance, a récemment refait surface : C’est assez troublant, je vous laisse vous faire votre idée vous-même. En tout cas, question chirurgie esthétique, on peut dire qu’elle n’y est pas allé de main morte ces dernières années…

Amanda Lear a toujours nié cette rumeur, le mystère reste donc entier, et c’est peut-être mieux ainsi !


Par : Stars au naturel
Publié le : octobre 2013
Titre original : Amanda Lear : Homme ou femme ?
Le document qui sème le trouble
SOURCE : StarsAuNaturel.com

2° – Article

Amanda Lear trans­sexuelle :
Régine relance la rumeur

Transgenres, mariage en blanc ou en couleurs ?

La robe de mariée ! Oui, vous en rêvez depuis toute petit[e], mais voilà, les années ont passé et vos envies ont évolué. Difficile de faire votre choix parmi les magnifiques créations qui vous sont proposées ! Heureusement, nous vous avons concocté un petit quiz qui devrait vous donner des idées et vous aider à définir votre style !

Fabienne AlagamaPhoto : Fabienne Alagama

Chaque marié[e] a son propre style… Seulement voilà, encore faut-il être sûre du vôtre ! Vous aimez les robes romantiques aux jupes volumineuses et vous craquez aussi pour les coupes sirènes ? Difficile de se décider lorsque l’on connaît les multitudes de créations et de marques du marché nuptial !

Il vous faut bien sûr laisser parler vos envies mais aussi les caractéristiques de votre morphologie :
Vous êtes plutôt petit[e] ?
– Ou bien au contraire plutôt grand[e] ?
Vous êtes mince ?

Vous devez prendre ces éléments en compte. Lorsque viendra le moment des essayages, pour ne pas vous sentir dépassé[e], nous vous conseillons de définir au préalable ce que vous aimez et ce qui vous va !

Pour cela, nous avons créé un petit quiz rapide, qui devrait vous permettre d’y voir plus clair !

Testez vos envies avec ce quiz !

resulttest

CLIQUEZ > https://app.qzzr.com/quiz/164383/widget

 

Publié le : 13.02.2016
Titre original : Quelle robe de mariée est faite pour vous ?
Source journalistique : Zankyou.fr
Source image + vidéo Coluche/Le Luron : Ina.fr

2 – BONUS : Photos de Mariage Travesti/Bio  🙂

MariageMicheline
Voir toutes les photos > micheline.ca/photo-mariage

Un militant gay épouse une transexuelle à Cuba :

3 – MALUS : Non mariages 😦

Mariage trans-travesti : le procureur s’oppose – 31.05.2005

Célèbres films de genres

LetalTalonsAiguilles

Liste chronologique des films et des séries de télévision dont les acteurs mettent en avant des transgenres, des travestis et des transsexuels.

  • 1935 – Khatarine Hepburn, dans Sylvia Scarlett, film réalisé par George Cukor joue une fille qui se travestit en garçon pour pouvoir cambrioler avec son père.
    |

  • 1949 – Carry Grant, dans le film Allez coucher ailleurs, réalisé par Howard Hawks. En 45, se déguise en femme pour émigrer aux USA avec une lieutenante américaine (Ann Sheridan) à cause d’absurdes règlements militaires.
    |

  • 1959 – Jack Lemmon et Tony Curtis, Daphné et Joséphine dans Certains l’aiment chaud (Some like it hot), film-culte réalisé par Billy Wilder.
    |
  • 1971 – Louis de Funès, dans La Folie des Grandeurs, film réalisé par Gérard Oury, librement adapté de la pièce de théâtre Ruy Blas de Victor Hugo.
    |
  • 1972 – 1983 Jamie Farr, alias Caporal Klinger ,se travesti durant les 9 saisons de MASH, série TV tirée du film MASH, réalisé par Robert Altman, Palme d’Or à Cannes.
    |
  • 1978 – Michel Serrault, joue le rôle du travesti Albin, dans la La cage aux folles, film réalisé par Édouard Molinaro, tiré de la pièce de théâtre éponyme.
    |
  • 1979 – Christian Clavier et la troupe du Splendid, avec le rôle du travesti Katia, dans la pièce de théâtre : Le Père Noël est une Ordure.
    |
  • 1980 – Michel Serrault, dans la Cage aux Folles II, réalisé par Edouard Molinaro.
    |
  • 1982 – Christian Clavier dans le rôle de Katia le travesti du film Le père Noël est une Ordure du réalisateur Jean-Marie Poiré.
    |
  • 1982 – Dustin Hoffman, dans Tootsie, film réalisé par Sydney Pollack, joue le personnage de Dorothy Michael avec Jessica Lange.
    |

  • 1983 – Barbara Streisand, se travestit en homme dans Yentl, qu’elle réalise d’après une nouvelle de Isaac Bashevis Singer, Prix Nobel de littérature.
    |
  • 1983 – Obaya Roberts, Jean-Claude Dreyfus, dans le film Education anglaise, de Jean-Claude Roy.
    |
  • 1985 – Michel Serrault, dans La Cage aux folles III, film réalisé par Georges Lautner
    |
  • 1985 – Milton Gonçalves, William Hurt, dans Le Baiser de la femme araignée (Kiss of the Spider Woman) de Hector Babenco
    |
  • 1986 – Gérard Depardieu, dans Tenue de soirée, film de Bertrand Blier, compose un travesti trouble et fascinant.
    |
  • 1986 – Jean Carmet, dans Mis Mona, film de Mehdi Charef sorti en 1987.
    |
  • 1988 – Zabou Breitman, dans le film La travestie, réalisé par Yves Boisset.
    |
  • 1990 -David Duchovny est Denise Bryson dans « Twin Peaks ».

    TalonsAiguillesAffiche

  • 1991 – Miguel Bosé, joue 3 rôles : le transformiste Letal / le juge Domínguez / Hugo, l’indic, dans le film Talons Aiguilles (Tacones lejanos) réalisé par Pedro Almodóvar
    |
  • 1992 – Jaye Davidson et Stephen Rea, dans The Crying Game, réalisé par Neil Jordan . Musique : Stand by Your Man – [Film Complet]. Sortie France 1993
    |
  • 1993 – Robin Williams, dans Mme Doubtfire, film réalisé par nne Fine (1987).
    |
  • 1994 – Terence Stamp, Hugo Weaving et Guy Pearce, dans Priscila, folle du désert, film de Stephan Elliott.-2 drag queens et 1 transsexuelle traversent l’Australie dans un bus baptisé «Priscilla».
    |
  • 1995 – Wesley Snipes, Patrick Swayze, John Leguizamo, Extravagences, film de Beeban Kidron, Trois drags queens sont en panne dans un village perdu des USA.
    |
  • 1999 – Valérie Lemercier, dans le film le Derrière, qu’elle réalise, se déguise en garçon, afin d’aller rencontrer son père.
    |
  • 1999 – Hilary Swank, dans Boys don’t cry, film de Kimberly Peirce.
    |
  • 2002 – Gad el Maleh, dans Chouchou, film de Merzak Allouache.

    BreakfastOnPluto2

  • 2005 – Cillian Murphy (Patrick Kitten) dans Breakfast on Pluton (Petit déjeuner sur Pluton) par Neil Jordan. Autres acteurs : Liam Neeson, Stephen Rea, Brendan Gleeson, Gavin Friday. Sortie le 01.03.2006
    |
  • 2006 – Amanda Bynes, dans le film She’s the man, réalisé par Andy Fickman, veut intégrer une équipe de foot masculine.
    |
  • 2011 – Glenn Close, dans Albert Nobbs, film réalisé par Rodrigo García. A Dublin, fin XIXe siècle, une femme se déguise en majordome d’un hôtel fréquenté par la haute société. D’après le livre et la pièce de théâtre de George Moore.

    GallienneGuillaume1

  • 2013 – Guillaume Gallienne, dans Les garçons et Guillaume à table ! acteur, scénariste, réalisateur.

    DanishGirl

  • 2015 – Eddie Redmayne, dans Danish Girl de Tom Hooper interprète l’artiste danoise Lilli Elbe.
    |
  • Tableau récapitulatif des films de travestis par AlloCiné.com

 

RuPaul‘s Drag Race season 8

Les 6 Reines les plus probables de la compétition des Drag Queen du RuPaul Saison 8

rupaul's drag race season 8

With the release of the official trailer for RuPaul’s Drag Race season 8 (which you can watch below), fans have taken to the internet to sound off about the queens they are most looking forward to seeing on new season.

Drapeau de la France Suite à la présentation de la bande annonce officielle de la compétition des Reines des Queens du RuPaul saison 8 (que vous pouvez observer ci-dessous), les fans se sont mis à donner de la voix sur Internet au sujet des reines qu’ils attendent avec impatience de voir lors de la nouvelle saison.

To create this list of the top 6 most highly anticipated queens, we’ve scoured the web to compile the results of fan polls, social mention trends and social followers to determine which contestants fans are most excited about (so far).

Drapeau de la France Pour créer cette liste des 6 premières reines les plus fortement probables, nous avons scruté le Web pour compiler les résultats des sondages de fans, les tendances des avis populaires et les [opinions des] suiveurs sociaux pour déterminer quels sont des fans de concurrents, les plus enthousiasmés (jusqu’à présent).

6. Acid Betty

AcidBetty

5. Laila McQueen

 LailaMcQueen

4. Derrick Barry

DerrykBarry

3. Naomi Smalls

NaomiSmalls

2. Bob The Drag Queen

BobTheDragQueen

1. Kim Chi

KimChi

Watch the new season trailer below, then vote in our poll to let us know who you are most looking forward to seeing compete.

Drapeau de la France Regardez la nouvelle bande-annonce de la saison [8] ci-dessous, votez ensuite dans notre sondage nous faire savoir qui vous plus êtes impatients de voir entrer en compétition.

§

Par : Tim Winfred
Publié le :  20.02.2016
Titre Original : The Six Most Highly Anticipated Queens Of RuPaul’s Drag Race Season 8
Traduction (amateur ) : Lio de France
SOURCE : Qweerty.com
More (encore plus sur le sujet) : IgetsFunnier

§

[DG : Alors chers lecteurs, pour quelle Drag Queen voteriez-vous ?

6 – La pyschédélique Acid Betty ?
5 – La gothique Laila Mc Queen ?
4 – L’échevelée Derrick Barry ?
3 – L’androgyne Naomi Smalls ?
2 – La distinguée Bob The Drag Queen ?
1 – La divine Kim Chi ?
0 – Aucune

§

Le fils d’Adele, Princesse des Neiges

Se plier aux règles de la société ? Adele n’est pas prête de le faire. Ce n’est pas la première fois que la chanteuse dicte ses propres règles, et on la félicite ! Cette fois-ci, c’est une leçon d’éducation qu’elle nous donne en refusant d’accepter les inégalités de genre et en laissant son fils se promener dans un parc d’attraction avec une robe de princesse.

Il y a peu de temps Adele déclarait au magazine Times à propos de son fils : « J’ai hâte de voir qui sera son meilleur ami, sa petite amie ou son petit ami, quels films il aimera… Quoi qu’il voudra faire ou être, je le soutiendrai ». Et elle vient de prouver qu’elle disait vrai. En effet, la chanteuse a été aperçue à Disneyland (Californie) en compagnie de son fils Angelo qui portait le déguisement d’Anna dans la Reine des Neiges et de son mari Simon Konecki.

Ouverte d’esprit, Adele prouve qu’elle soutient son fils, peu importe ce qu’il souhaite faire mais surtout qu’elle se moque complètement des préjugés, et elle a bien raison ! Un petit garçon déguisé en princesse ? De quoi choquer certaines personnes, mais les fans d’Adele se sont contentés de féliciter la star de laisser son enfant porter ce qu’il veut ! Sur Twitter on a pu lire des messages réconfortants comme « Le fait qu’Adele laisse son fils porter la robe de la Reine des Neiges est tellement important, briser les stéréotypes c’est beau » ou « Je n’arrive pas à croire les protestations des gens sur le fait que le fils d’Adele porte une robe de princesse. Les gens ont des problèmes, mon enfant aura le droit de s’habiller comme il le veut ! »

En laissant son fils apparaître ainsi, Adele s’exprime indirectement sur la tradition sexiste des jouets pour enfants. Un problème de société pour lequel de nombreuses marques se battent depuis quelques années. On se rappelle de la campagne #Noëlsanspréjugés des magasins U où les catalogues présentaient des petits garçons jouant à la dînette, des publicités Lego présentant les premières figures féminines ou encore de la démarche de Microsoft qui a voulu prouver que la science n’est pas un truc de garçon. Grâce à la star Anglaise, le combat continue !

Par : Laetitia Azi
Publié le : 19.10.2016
Titre original : « Adele : son fils déguisé en Reine des Neiges à Disneyland »
SOURCE : AuFeminin.com

§

2° Article : « DEUX POIDS DEUX MESURES »

austin lacey

Austin Lacey, an eighth-grade student at Ethan Chase Middle School
dressed like a Frozen princess for the school’s “Disney Day.”

Le fils d’Angèle n’a pas reçu d’avertissement de la part du directeur (ou de la directrice) de son école. Ne trouvez vous pas cela étrange ?

Nous si, car un autre petir garçon, Austin Lacey, un élève de 8ème [13/14 ans] au collège Ethan Chase de Menifee en Californie, s’est retrouvé dans le pétrin pour s’être habillé en Reine des Neiges pour le « Jour de Disney » de l’école. Les responsables de l’école ont considéré [son travestissement] « inapproprié » et lui ont confisqué le costume (LIRE L’ARTICLE).

Par Bil Browning | le 09.02.2016
Traduction (amateur) : Lio de France
Source : Queerty.com

Bond 007 Daniel Craig travesti

 

James Bond travesti dans une pub


Daniel Craig œuvre pour la bonne cause en se travestissant pour une publicité célébrant la journée de la femme, le 8 mars.

007 travesti ? Qui l’eût crut !

Et pourtant… Alors que le prochain James Bond ne sortira qu’en novembre 2012, Daniel Craig a renfilé son costume d’agent secret qu’il tourne en dérision en se travestissant le temps d’un spot célébrant la journée de la femme.

Dans la publicité, on peut y entendre la voix de Judi Dench, alias M, la supérieure hiérarchique de James Bond, interroger 007 sur la question de la parité homme-femme.

Daniel Craig travesti pour la journée de la femme
« Nous sommes égaux n’est-ce pas 007 ? Et pourtant, en 2011, un homme gagne généralement plus d’argent qu’une femme. Même s’ils font le même métier », s’exclame-t-elle.

Dans un long discours sur le travail des femmes, M lui demande ensuite de se mettre à la place de l’une d’elles.

Apparaît alors un James Bond en perruque blonde, perché sur des talons hauts et vêtu d’une robe à motifs.

Une vision toute nouvelle donc de l’agent secret, que l’on sait d’habitude misogyne.

Comment le trouvez-vous ?

§

Par : Stagora.com
Publié le : 08.03.2011
Titre original : « James Bond travesti dans une pub »
Crédit vidéo : © WeAreEqual
Crédit Vidéo / via YOUTUBE.com
SOURCE : Stagora.com

LIVRES sur le même thème :

« James Bond tourne Casaque » de Cyril Connolly. 

« Ce pastiche irrésistible a été écrit par le grand critique littéraire Cyril Connolly à l’intention du créateur de James Bond, son ami Ian Fleming. Le talent de Connolly consiste ici à exploiter avec bonheur les sous-entendus ou plutôt les non-dits de Fleming sur son personnage. Exercice qui en retour témoigne de la distance ironique avec laquelle le père de Bond envisageait sa créature. Une distance qui a malheureusement totalement disparu avec sa transposition à l’écran »

James Bond tourne Casaque
Livre broché – 26 octobre 1993
de Cyril Connolly | 11€ chez Amazon.

BONUS

[DG : décidément tout le milieu de 007 grouille de travestis 🙂 quoique là on ne rit plus 😦 ]

Le réalisateur d’un 007 surpris en travesti

lee tamahori sur le tournage de meurs un autre jour


007 : méga-Bond !

Le metteur en scène du James Bond « Meurs un autre jour », a été condamné à trois ans de mise à l’épreuve et devra effectuer des travaux d’intérêt général à Hollywood, après avoir été surpris en train de racoler en travesti, a-t-on appris jeudi de source judiciaire. Lee Tamahori, de nationalité néo-zélandaise, avait été arrêté le 8 janvier après être entré dans la voiture d’un policier en civil à Hollywood, au nord-ouest de Los Angeles, et lui avoir proposé des relations sexuelles contre de l’argent. Il était habillé en femme.

Mercredi soir, M. Tamahori a conclu un marché avec le parquet, acceptant de plaider coupable d’effraction en échange de l’abandon des poursuites pour racolage et prostitution, a indiqué à l’AFP Frank Mateljan, du bureau du procureur de la ville de Los Angeles. « Le juge l’a condamné à 36 mois de mise à l’épreuve et lui a ordonné d’effectuer des travaux d’intérêt général à Hollywood, dans le cadre de l’embellissement du quartier », a-t-il ajouté, en précisant qu’il s’agirait notamment d’effacer des graffiti. Le réalisateur devra aussi suivre un stage de sensibilisation aux dangers du sida, selon la même source.

Remarqué en 1994 à Hollywood pour son film « L’âme des guerriers » en Nouvelle-Zélande, Tamahori a dirigé en 1995 son premier film américain, « Les hommes de l’ombre », avec Nick Nolte et John Malkovich. « Meurs un autre jour », sorti en 2002 avec Pierce Brosnan et Halle Berry, était le 20e James Bond, le dernier en date. Tamahori, qui a aussi réalisé des épisodes de la série télévisée « The Sopranos », diffusée sur le câble américain, s’est spécialisé au grand écran dans les films d’action, le dernier en date étant « XXX 2 ».

[DG : … et les States se prétendent à la pointe de la lutte contre la transphobie ? Quel monde irrespectueux et hypocrite. Pouah ! comme aurait dit Jacouille la Fripouille ( Christian clavier / Les Visiteurs)]

Par : MYTF1News / People
Publié le : 24.02.2006
SOURCE : IciTf1.fr

 

Stav Strashko modèle hybride de Toyota

Stav Strashko, beauté hérétique
Stav Strashko, beauté hérétique © Capture d’écran de la campagne Toyota.

Le mannequin transgenre Stav Strashko a été choisi par le constructeur automobile japonais Toyota pour incarner son nouveau modèle hybride, la Corolla Auris.

Sur une musique enivrante, sous des néons rouges, une femme s’approche d’une Corolla Auris rouge [Modèle 2012 de Toyota]. Vêtue d’une veste noire et d’une culotte rouge, elle avance d’un pas déterminé. Nous la voyons de dos -ses fesses sont parfaites-, puis de face: ses cheveux raides sont châtains, ses traits fins, ses yeux noisettes, ses lèvres relativement charnues. Elle se déshabille. De dos, sa silhouette est celle des mannequins que l’on voit habituellement, à la différence que ses omoplates sont plus musclées. Mais quand elle se retourne, c’est le choc; son torse révèle son sexe: masculin. L’ambigüité est troublante.

Stav Strashko est un mannequin ukrainien de 20 ans. Il mesure 1,80m, est né en Ukraine mais habite à Tel-Aviv, en Israël, depuis l’âge de 2 ans, comme il l’a révélé il y a deux mois dans une interview accordée au magazine «Candy». Il a deux soeurs, Olga et Katia. Il a été repéré dans la rue à 17 ans par le styliste et maquilleur Elad Baron. Si c’est seulement à cette époque qu’il réalise qu’il est androgyne, petit, déjà, il empruntait le maquillage de sa mère pour s’amuser, a-t-il raconté. A 16 ans, il se mettait de l’eyeliner quotidiennement – il avait alors un style punk rock selon ses dires.

Bien dans son corps

Sa carrière est aujourd’hui gérée par l’agence israélienne Elinor Shahar, mais il doit encore travailler à côté pour subvenir à ses besoins. Le jeune homme est employé dans un café-restaurant à Tel Aviv. «J’aimerais vivre du mannequinat et de la comédie», a-t-il confié. Il voudrait vire à New York, dans une penthouse, et avoir des enfants «bien sûr». Il a un petit ami depuis huit mois, et est fan d’Angelina Jolie. Un shooting photos accompagne l’entretien. Celui-ci a été réalisé à Paris.

Malgré ce que l’on pourrait penser, Stav Strashko n’a jamais pensé à «devenir une femme». «Je me sens très bien dans mon corps tel qu’il est», assure-t-il. N’en déplaise à ceux que cela dérange. «Je fais juste ce que j’aime et suis moi-même, certaines personnes n’acceptent pas cela», a-t-il écrit sur son Tumblr. Une beauté particulière, transgenre et fière de l’être. Les magazine de mode misent déjà sur lui pour être le prochain Andrej Pejic…

Stav Strashko  pour Miss Shooshoo (vidéo Caduri Eliashar):

Stav Strashko pour Nimrod Peled:

Sa page Facebook: https://www.facebook.com/stavstrashkomodel

Par : Marie Desnos
Publié le : 24.08.2012
Titre Original : « Stav Strashko, beauté hérétique »
SOURCE : ParisMatch.com

Katoeys, transsexuelles thailandaises

Katoeys1
Thaïlande.
Transsexuelle mais pas “démente” du tout.

Assez nombreuses dans un pays qui les tolère plutôt bien, les transsexuelles se battent pour que l’armée cesse de les réformer pour des motifs humiliants qui gâchent leur vie, témoigne Global Post.

Dessin de Istvan Banyai paru dans The New Yorker

C’était le jour de l’enrôlement dans la banlieue de Bangkok. Avec ses locks châtains tombant sur ses épaules, Prempreeda Pramoj Na Ayutthaya se dissimulait au milieu d’un millier de jeunes. A l’appel de son nom, elle s’est levée, les jambes flageolantes, pour traverser la foule de garçons stupéfaits.

“J’ai paniqué. Au début, ils croyaient que j’étais la sœur d’un des leurs, raconte-t-elle. Mais quand je me suis avancée, tout le monde a compris que je n’étais pas une fille et il y a eu un énorme raffut.”

La plupart des 500 000 Thaïlandais qui peuvent être tirés au sort par l’armée chaque année craignent d’être incorporés dans l’infanterie. Mais peu d’entre eux redoutent autant d’être appelés que les katoeys, comme on appelle ici les transsexuelles. Ces jeunes, qui sont génétiquement des hommes mais se considèrent comme des femmes, voient l’enrôlement comme une menace contre leur identité. “Ils nous coupent les cheveux et détruisent notre féminité. On fait tout ce qu’on peut pour l’éviter”, explique Prempreeda.

L’importante population de transsexuelles thaïlandaises pose un problème à l’armée, pour laquelle les katoeys doivent faire leur service militaire à 21 ans, comme tous les autres garçons de leur âge. Dans la pratique, elle admet rarement ces jeunes parfumés aux cheveux longs et à la poitrine gonflée par les hormones. Ils sont considérés comme inaptes au service, souvent pour “poitrine déformée”.

Mais le motif de rejet le plus fréquent est aussi le plus accablant : trouble mental ou, pis encore, démence. C’est ce terme qui a été inscrit en 2006 dans le dossier de Samart Meecharoen, ce qui a poussé cette réceptionniste de 26 ans à devenir militante. Après avoir raté un entretien d’embauche pour avoir été cataloguée comme “démente” – la plupart des employeurs exigent une attestation de service militaire des candidats –, elle a porté plainte contre le ministère de la Défense avec l’aide d’une association de défense des homosexuels.

“Ne comprennent-ils pas qu’ils ruinent notre vie ? s’insurge Samart. Ça nous suit toute notre existence. Même quand on veut ouvrir un compte en banque ou qu’on fait une demande de visa, les gens nous voient comme des fous.”

Même si le ministère de la Défense a toujours le droit de rejeter les katoeys comme malades mentaux, l’affaire de Samart a conduit l’armée à s’abstenir de classifications aussi préjudiciables à la carrière des intéressés. Pour rejeter les katoeys, les officiers de haut rang recommandent désormais d’utiliser une mention passe-partout :

“Le corps de cette personne ne correspond pas à son sexe de naissance.” La décision n’est pas définitive, mais beaucoup de transsexuelles souscrivent à cette formule. Ceux qui ont été jugés “déments” ou “déformés” espèrent que ces qualificatifs peu flatteurs seront effacés de leur dossier.

katoeys2

Les jeunes katoeys qui craignent d’être enrôlés se rendent sur ThaiLadyBoyz.net, le plus grand site en langue thaïe sur la vie des transsexuelles. Le site propose en ligne une stratégie pour les futurs appelés.

“Fais-toi belle mais reste décente”, écrivait ainsi un usager. Prempreeda a suivi le conseil en choisissant une tenue correcte mais assez féminine pour montrer aux officiers qu’elle était une vraie katoey. Elle avait alors 20 ans et prenait des hormones importées d’Allemagne depuis l’âge de 17 ans pour avoir de la poitrine.

“Le médecin de l’armée, plutôt jeune, m’a fait entrer dans une petite pièce fermée par un rideau, raconte-t-elle. Il y avait des garçons qui montaient au 1er étage dans l’espoir de surprendre une scène sexuelle. Bien sûr, les transsexuelles sont les clous du spectacle.”

Prempreeda s’attendait au pire. Le médecin lui a demandé d’enlever le haut et a vu qu’elle portait un soutien-gorge de sport. “Il a ri, dit-elle. Il était évident qu’il utilisait son autorité pour voir mes seins.” Son diagnostic a été “poitrine déformée”.

Aujourd’hui âgée de 31 ans, Prempreeda travaille comme chercheuse et consultante privée. Elle a eu de la chance.

“Le président du conseil de révision a été très gentil quand je lui ai demandé de ne pas ruiner ma carrière”,

souligne-t-elle. Selon elle, les mentions de “démence” ou de “déformation” appliquées par l’armée aux katoeys brisent le mythe selon lequel la Thaïlande serait un paradis pour les gays.

“Nous ne sommes pas la cible de crimes ou de violences homophobes, observe-t-elle, mais nous poursuivons notre lutte et il nous faudra beaucoup de temps.”

P. W.

Terre de tolérance, la Thaïlande compterait de 10 000 à 100 000 transsexuelles. Malgré les moqueries et les préjugés, les katoeys sont acceptées. Il faut dire que le bouddhisme thaïlandais évoque quatre sexes différents, dont un sexe hermaphrodite et celui d’un homme qui dévie de la norme hétérosexuelle.

Désormais, la possibilité de recourir à une opération de changement de sexe rend la vie des katoeys plus facile. En revanche, ce changement de sexe n’est pas reconnu juridiquement par la Thaïlande, et leur communauté milite pour ce droit.

§

Les trans font leur cinéma

Titre Original : « Représentation des personnes trans au cinéma : WTF ?! »

Michelle Rodriguez (site Officiel de M.Rodriguez) est connue pour ses rôles de personnage féminin Badass : Girlfight, Lost, Resident Evil, Avatar, la liste est longue. Son retour sur grand écran est annoncé pour le film Tomboy : A revenger’s tale, le nouveau film de Water Hill. Un film où elle jouera une femme trans. La polémique qu’a engendrée le film repose la question de la représentation des personnes trans au cinéma.

Double Genre
Laverne Cox : Et rendre hommage à tout personne qui a l’audace d’être elle-même et de vivre en toute authenticité.

 

Le pitch ?

Un assassin tombe entre les mains d’un médecin mal-intentionné qui lui fait subir de force une opération de réassignation sexuelle pour laquelle il va vouloir se venger.  Le problème ? Tout d’abord, comme le souligne l’association américaine de veille médiatique GLAAD – Gay and Lesbian Association Against Defamation – le film fait du changement de sexe un élément sensationnel  du récit :

[Premier problème, ] il ne s’agit pas de proposer une image positive d’un personnage transgenre mais bien de montrer une transition subie pour donner du croustillant à un thriller dont la qualité cinématographique reste à établir.

Deuxième problème, de nombreux efforts militants sont faits pour permettre au grand public de comprendre les problématiques trans : un film comme celui-ci risque fortement de minimiser voire de détruire ces efforts. Le processus de transition peut sauver des vies en permettant de mettre en adéquation des caractères physiques avec le genre auquel on s’identifie (sans le réduire d’ailleurs au couple tristement binaire fille-garçon). Faire d’une transition un élément d’une intrigue qui semble un peu faiblarde, et bien que personne n’ait encore lu le script, semble offensant sinon clairement problématique.

 JamieClayton
Jamie Clayton
: Quand nous sommes trop effrayés pour devenir qui nous sommes réélement.

 Last but not least…

Le film repose une question centrale, peut-on accepter de faire jouer des femmes trans par des femmes cisgenre ? Plus généralement, que penser du fait de caster des personnes cis pour jouer des personnages trans ?

(Petit rappel, en latin, « cis » signifie « de ce côté-ci » ; une personne cisgenre se situe donc du côté du genre correspondant à celui qu’on lui a assigné à la naissance en fonction de ses organes génitaux visibles).

Evidemment, on pourra répondre que le métier d’acteur et d’actrice consiste à se glisser dans une autre peau que la sienne et sur le principe rien n’empêche d’interpréter à merveille un personnage transgenre. Cet argument serait peut-être valable, dans un monde où l’on demanderait aux acteurs et actrices trans de jouer des personnages cis, comme l’expliquait Naith Payton, journaliste trans à PinkNews Magazine au mois d’août dernier.

Pour autant, ce n’est pas le cas. On ne peut que se réjouir de l’augmentation des rôles de personnages trans ces derniers temps. Le fait que la vie de personnes transgenres inspire le cinéma est une excellente chose. Les acteurs et actrices transgenres ont plus de difficulté que les acteurs et actrices cis à obtenir des rôles. La transphobie ne disparaît pas d’un coup de baguette magique comme dans un film de Disney. Pour de nombreux.ses acteurs et actrices trans, les rôles de personnes transgenres sont les seuls qu’ils se verront proposer. Pourquoi ne pas leur laisser ? Ce premier argument est peut-être purement pratique. Mais il en découle une conséquence plus politique : faire jouer des personnages trans par des individus transgenres permet une représentation authentique de la transidentité. On sort ainsi d’une vision ciscentrée des questions d’identité de genre.

Double Genre Jared Leto
Double Genre Jared Leto

De plus, choisir de faire jouer une femme transgenre par un homme (je pense à Jared Leto dans Dallas Buyers Club ou encore Eddie Redmayne dans The Danish Girl) c’est laisser croire que les femmes trans sont des hommes. Non, les femmes trans sont des femmes et doivent être jouées par des femmes. Point. 

DanishGirl

Eddie Redmayne / Film Danish Girl 2016

Dans la transidentité, il ne s’agit pas de jouer un rôle, mais d’être la personne que l’on est. De fait, quitte à choisir une personne cis pour jouer une femme trans, mieux vaudrait donc faire jouer le rôle par une femme cis. L’idée qu’un homme peut juste enfiler une robe et un peu de maquillage pour incarner une femme trans renforce l’idée que la transidentité est une forme de travestissement. Ce qu’elle n’est absolument pas. Ce n’est pas un costume, ce n’est pas un jeu ou un rôle. De ces petites confusions naissent les grandes transphobies.

 TolPhelan

 Tom Phelan

Et si l’on vient me dire qu’il n’y a pas d’acteurs et d’actrices trans, il suffit de penser à Laverne Cox dans Orange is the New Black, Jamie Clayton, la fabuleuse actrice de Sense8, Michele Hendley, incroyable dans Boy meets Girl ou encore à Tom Phelan, Candis Cayne, Hari Nef et bien bien d’autres.

Par : Festival Transposition
Publié le : 09 Novembre 2015
SOURCE : FestivalTransposition.com
§

L’homme a toujours porté la jupe

Titre original :
« L’homme et la jupe »

Pas plus tard que cette saison, Zara Homme commercialisait deux pièces inhabituelles dans sa collection : un pantalon-jupe et un bermuda aux allures de pagne. Pas de quoi se pâmer, penseront certain(e)s, même si les dérivés de la jupe se font rares aux rayons « messieurs ». Peut-on y lire une volonté de démocratiser la jupe ? Sans doute ! Ces deux habits tombent à pic : on n’a jamais autant parlé des genres que ces derniers mois. On ne peut que se réjouir de l’intérêt des grandes marques pour la mixité vestimentaire. Je n’irai pas jusqu’à parler « d’évolution », cela dit, puisque la jupe pour homme est loin d’être une nouveauté.

Les origines du mâle

La rhingrave, la redingote, le chiton ou la houppelande sont autant de vêtements « ouverts » que portaient nos ancêtres. Par ancêtres, je n’entends pas nos arrière-grands-mères et plus loin encore mais nos aïeux au masculin. Cela surprend parfois les enfants devant leur premier péplum, mais généralement, il est assez convenu que les peuples méditerranéens – et pas seulement ! – portaient un vêtement ouvert, principalement pour le confort. L’imaginaire collectif est universel à ce sujet : on n’imagine pas l’Empereur César avec un costume de Président de la République en lieu et place de sa toge. Lorsque les Phocéens débarquaient dans la calanque du Lacydon, il est fort probable qu’ils portaient un himation, en rien comparable aux jeans Japan Rags des promeneurs du Vieux-Port…

00/05/2000. FILM
Gladiator de Ridley Scott (2000). Photo de Karine Weinberger/Gamma-Rapho via Getty Images.

Les livres d’histoire sont pleins d’hommes en jupe. Mais au-delà des manuels scolaires, les premiers ouvrages de nos jeunes pousses en regorgent également : Tintin enfile un kilt pour parcourir l’Île Noire, Alix est vêtu d’une élégante tunique vermillon et Iznogoud porte la fustanelle. Au-delà des œuvres historiques, la fiction nous donne aussi à voir des hommes aux vêtements ouverts, j’en veux pour preuve les Sith et les Jedi, souvent vêtus de très longues robes. Link, le célèbre Hylien de Miyamoto, n’a par ailleurs jamais porté autre chose qu’une tunique verte et son collant blanc, ce qui ne l’a jamais empêché d’être un héros de légende qui triomphe absolument toujours du mal.

Dans The Legend of Zelda: Ocarina of Time, Link porte une tunique verte (et courte !) tandis que (massive spoiler !) la princesse Zelda se travestit en homme.
Zelda no Densetsu: Toki no Ocarina 3D de Greezo (2011). Dans The Legend of Zelda: Ocarina of Time, Link porte une tunique verte (et courte !) tandis que (massive spoiler !) la princesse Zelda se travestit en homme.

La jupe a disparu !

Entendons-nous : la jupe pour homme n’a pas subitement disparu de la surface de la Terre, loin de là. Des hommes aussi influents que l’étaient ce bon vieux Roi-Soleil ou l’illustre Jean-Paul II avaient l’habitude des brises du matin caressant le siège, si je puis dire. Ce dernier exemple est volontairement provocateur puisque le Deutéronome (VIIIe – VIe siècle avant Jésus-Christ) interdit le travestissement, sacré Moïse. C’est ainsi que la différenciation entre les genres féminin et masculin s’est aiguisée au fil des siècles avec comme principe religieux qu’un homme ne doit pas s’accoutrer comme une femme et vice-versa. Le 16 brumaire an IX (ou le 7 novembre 1800), la préfecture de police de Paris interdisait même le port du pantalon aux femmes, loi qui n’a plus aucune valeur juridique de nos jours, selon le ministère des Droits des femmes. De fil en aiguille, certains effets sont devenus l’exclusivité des femmes ou des hommes comme, respectivement, la jupe ou le pantalon.

henri_iv
Henri IV le bien aimé de Daniel Colas (2010). Jean-François Balmer dans le rôle du « roi préféré des Français ». La photographie provient de 20h59.

D’ailleurs, pendant des décennies, les femmes se sont battues pour avoir le droit de porter le pantalon que l’on assimile à l’homme, au sexe fort, à la domination. Elles l’ont depuis largement adopté, à tel point que dans certains collèges de France, les élèves n’ont plus le droit de porter la jupe, justement, à moins qu’elle ne tombe au-dessous des genoux. Le plus regrettable, c’est que bien peu d’hommes se battent pour le droit de porter la jupe, même chez les travestis. Hélas, le port d’un vêtement féminin reste un véritable tabou pour beaucoup, comme s’il y avait quelque chose de honteux ou de dégradant à porter une robe, des ballerines ou, pour en revenir à nos moutons, une jupe.

Collection Rock Your Jeans de Blanco Denim (2011). Les jeans, les grosses voitures et le bras de fer ne sont pas réservés aux hommes.
Collection Rock Your Jeans de Blanco Denim (2011). Les jeans, les grosses voitures rouges et le bras de fer ne sont pas réservés aux hommes.

Que se cache-t-il sous le kilt d’un homme ?

Aujourd’hui, il est assez cocasse de voir que certains vêtements considérés comme « féminins » et anti-virils sont en fin de compte issus du dressing des hommes. La marinière, les cavalières ou les combinaisons ont en commun d’être des vêtements particulièrement masculins puisque issus, par exemple, d’uniformes militaires ou de tenues de travail. Dans le même genre, le kilt est un it d’une tenue féminine de gothique pour citer un exemple contemporain. Pourtant, dans les Highlands, il s’agit d’une pièce absolument masculine portée comme un smoking pour les grandes occasions. S’il est l’habit traditionnel de l’Écosse, il continue à évoluer dans la mode et se répand de plus en plus dans le monde du travail et comme vêtement de ville. Il est assez intéressant de constater que petit à petit, les femmes s’y mettent aussi, malgré la charge de virilité contenue dans ce vêtement.

Sean Connery en kilt écossais (2001). Le célèbre acteur britannique a importé le kilt à Washington.
Sean Connery en kilt écossais (2001). Le célèbre acteur britannique a importé le kilt à Washington.

L’Écosse n’est pas le seul territoire au monde où l’homme porte un vêtement ouvert, fort heureusement. Ce n’est peut-être pas le bon exemple en termes d’égalité des sexes, j’en conviens, mais les Émirs portent la dishdash aux Émirats-Arabes-Unis, tout comme la djellaba est très répandue au Maghreb. Ce ne sont pas des jupes à proprement parler, mais l’une et l’autre s’apparentent à une longue robe tout ce qu’il y a de plus confortable. En Asie du Sud-Est, le sarong est aussi largement répandu chez les hommes : en Indonésie et particulièrement à Bali, en Malaisie et même au Bangladesh. Il s’agit d’une jupe à motifs en forme d’étui cylindrique qui tombe généralement sur les chevilles, très répandu dans les populations musulmanes.

Keretapi Sarong
Sarong fun (2012). Environ cinq-cent personnes participaient au flashmob « Keretapi Sarong » à Kuala Lumpur en Malaisie.

Une garde-robe pour deux

En France, les hommes n’ont pas la chance de porter un vêtement aussi confortable, même si des générations de Rois de France l’adoptaient sans complexe, de François Ier à Louis XV en passant par Henri IV. Il faut attendre les années 60 du XXe et l’imagination de certains créateurs pour que l’espoir d’une jupe à la taille renaisse chez les garçons occidentaux : Prada, Vivienne Westwood, Dolce & Gabanna, Kenzo ou Agnès b. en proposent dans leurs collections, sans succès commercial. Jean-Paul Gaultier, qui a l’art et la manière de jouer de l’ambiguïté, signait même en 1985 la collection « Une garde-robe pour deux ».

fashion week 2012
Fashion Week de Paris (2012). De gauche à droite : Ann Demeulemeester, Givenchy et Jean-Paul Gaultier.

En cinquante ans, les podiums ont beaucoup évolué et il devient même assez courant que des jupes pour hommes s’affichent, sans que la « street » ne les adopte réellement. Marc Jacobs a beau s’afficher en jupe, la barrière entre la grande couture et le prêt-à-porter existe bel et bien. Quelques célébrités n’ont pas froid aux yeux et se laissent tenter par la jupe, notamment David Beckham ou Djibril Cissé, souvent victime de la bêtise des médias. Mais elle reste un accessoire de mode très pointu, souvent vendu à des prix exorbitants. Que ce soit un kilt traditionnel ou une jupe de Givenchy, il faut souvent débourser plusieurs centaines d’euros, quand le millier n’est pas dépassé. H&M proposait en 2010 sa propre jupe pour homme pour une cinquantaine d’euros environ, mais l’opération n’a jamais été reproduite, alors même que l’introduction d’une telle pièce dans sa collection « Men » avait fait couler beaucoup d’encre.

m
6 of Marc Jacobs’ Best Looks à voir sur Wonderland.

Les Hommes en Jupe existent !

Dans les années 2000, au-delà des travestis qui portent plus volontiers une mini qu’un treillis, des hommes ont adopté la jupe pour parfaire leurs tenues : les sympathisants du mouvement gothique en sont une parfaite illustration. Il faut dire que c’est un courant de contre-culture. Il a néanmoins ouvert de nombreuses brèches dans le clivage bétonné entre l’homme et la femme : cette mode a apporté aux hommes le retour du maquillage, par exemple, ou des mèches colorées dans les cheveux. Qu’on aime ou pas, il faut bien admettre que ces pièces sont loin d’être féminines et réservées à ces dames et qu’elles ont inspiré de grands créateurs. D’ailleurs, on en trouve couramment dans l’animation japonaise et dans le jeu vidéo ; comme de nombreux otakus imitent le style de leurs héros préférés pendant les conventions de cosplay, ces vêtements de fiction finissent par exister dans le monde réel.

k
Voici la preuve qu’il existe un marché pour ce genre de pièces : ce kilt n’est plus disponible sur le site de Pentagramme !

Une association française s’attache enfin à promouvoir la jupe au masculin depuis 2007, il s’agit de l’Association HEJ (pour hommes en jupe), née sous l’impulsion de Jérôme Salomé. Nous avions déjà discuté sur ce blog de cette association qui revient systématiquement dans les débats concernant la jupe pour homme. Les Hommes en Jupe ne se revendiquent absolument et clairement pas travestis et ne souhaitent que la liberté vestimentaire et l’égalité des sexes. Par leurs actions (une gazette mensuelle, des conférences, la Journée Mondiale des Hommes en Jupe, etc.), ils gagnent petit à petit du terrain et ont même fait l’objet de l’éditorial de ELLE ou l’objet d’un dossier de trois pages dans Grazia.

l
Parce que les Hommes en Jupe n’ont pas froid aux yeux (ni aux mollets) et parce qu’ils s’affichent sans complexe, ils arrivent à faire parler de leur mouvement dans les médias généralistes. Ici, un dossier dans le numéro 192 de Grazia.

Un magasin de jupes pour homme à Nîmes

L’antique commune gardoise n’est pas à un paradoxe près : face à la Maison Carrée siège le Carré d’art, une bibliothèque et un musée d’art contemporain des plus modernes. Que dire du magasin Hiatus, véritable précurseur dans la création et la vente de jupes pour hommes, alors même que Nîmes est le berceau du jeans, grâce à la célèbre toile portant son nom. Jennifer Marano et Jean-Guy Béal sont deux créateurs en rupture avec les circuits de vente traditionnels. Ils suivent ainsi une logique de développement durable tout en profitant d’une liberté de création et d’expression rares dans l’industrie du prêt-à-porter. Tout à fait disponible pour nous expliquer leur démarche, Jennifer Marano a accepté de répondre à nos questions pour expliquer les enjeux de leur action !

Jean-Guy Béal et Jennifer Marano ont à cœur de rendre ses titres de noblesse à la jupe pour homme !
Jean-Guy Béal et Jennifer Marano ont à cœur de rendre ses titres de noblesse à la jupe pour homme !

Julien d’Andromède : pourriez-vous nous décrire en quelques mots Hiatus et sa particularité ?

Jennifer Marano : Hiatus, marque de prêt-à-porter masculin made in France, est distribuée exclusivement via la boutique en ligne Hiatus-Shop et saisonnièrement dans des boutiques de créateurs ou des concepts stores. Cette volonté de distribuer en circuit court nous permet avant tout de faire de la vente directe et de travailler sans contrainte de saison ou de tendance, mais aussi de proposer des jupes à 100€ en moyenne. C’est pour nous une réelle liberté, nous permettant de créer de nouveaux modèles quand « l’inspiration » se présente et non en fonction des diktats de saisonnalité et de renouvellement perpétuel. Nos collections deviennent des basiques, les modèles sont pérennes, nos clients habitués peuvent ainsi retrouver les modèles d’années en années, un peu comme chez un jeanneur, par exemple. Ce n’est pas faute d’avoir sollicité de nombreux multi-marques d’avant-garde ou dits « underground » mais très peu de gérants sautent le pas, ils restent encore très frileux, de peur que la marchandise leur reste sur les bras, ils se réfugient vers des valeurs sûres et sans risques. Au départ, cela était assez frustrant mais, finalement, le fait de distribuer en exclusivité sous notre propre nom a de nombreux avantages, notamment une très grande proximité avec nos clients. Chacun est libre de nous appeler pour des conseils de tenues, prendre rendez-vous au showroom pour essayer les modèles dans l’atelier de création !

Jupe sushi
La jupe Sushi existe en noir et au marron au prix de 85€.

J. A. : comment l’idée de fabriquer des jupes pour hommes vous est-elle venue ?

J. M. : dès 2008, nous avons développé un bureau d’étude en stylisme et modélisme. Notre cœur de métier est le patronage industriel. Nous concevons ainsi au cours de l’année des collections bien différentes des nôtres dans des univers tels que le vêtement pour enfant, les habits canins ou encore des polos de golfs !

Mais dès le début de notre collaboration, l’envie nous démangeait de créer nos propres collections. Nous avions envie d’apporter quelque chose de nouveau, un produit de niche et peu développé mais qui réponde à un besoin… La jupe pour homme s’est présentée comme une évidence et tout s’est enchaîné, une belle rencontre avec les membres de l’association HEJ nous a permis de mieux cerner ce besoin et d’y répondre de manière pragmatique et créative.

Pour nous et comme l’indique notre nom (hiatus : déchirure ou ouverture qui pose problème mais qui amène aussi une solution), la jupe masculine est tout simplement un vêtement ouvert à l’entrejambe, il n’a aucune connotation féminine à la base, les jambes sont en contact au lieu d’être séparées par deux tubes, c’est complètement naturel et plus ergonomique si je puis dire !

La jupe Ninja existe en violet, kaki et noir au prix de 125€.
La jupe Ninja existe en violet, kaki et noir au prix de 125€.

J.A. : aujourd’hui, quelle est votre clientèle ?

J.M. : notre clientèle évolue. Au départ, les hommes avec pour référence le kilt écossais étaient majoritaires… C’est-à-dire plutôt la génération de nos parents ; aujourd’hui, notamment avec les jupes inspirées de l’Asie comme la Ninja et la Kendo (arts martiaux), ou encore un de nos bests sellers de l’été la Sushi (origami), beaucoup de jeunes attirés par le manga, le Japon ou encore des quadragénaires adeptes des médecines douces ou des sports de haut-niveau achètent les jupes masculines Hiatus pour tous les jours.

Sinon, pour parler genre ou en tout cas orientation sexuelle, la majorité des porteurs de jupes Hiatus sont hétéros, cela peut s’expliquer en partie parce que nous avons ce positionnement au niveau des « repères » inscrits dans nos modèles (braguette, passants de ceintures, poches, etc.), je dirais que les homosexuels aiment beaucoup plus la mode et vont donc plutôt suivre les tendances du moment, quant aux transsexuelles, et bien, je pense qu’elles chercheraient plutôt au rayon femme.

Au delà du genre, notre clientèle regroupe simplement des personnes qui ont envie de faire varier leur apparence vestimentaire et qui souvent trouvent trop limitées les propositions des boutiques de prêt-à-porter conventionnelles.

L
Le défilé Hiatus au cours du Festival Japanîmes de 2012.

J.A. : pensez-vous que la jupe pour homme se démocratise et quels sont vos projets pour son essor ?

J.M. : depuis quelques mois, nous assistons à travers les médias à un réel questionnement sur le genre masculin/féminin. Doit-on encore éduquer les jeunes dans un repère très tranché entre ce que doivent être l’homme et la femme, dans leur comportements, leurs choix vestimentaires, leurs attitudes ?

Il est vrai que la jupe pour homme est au cœur des médias depuis quelques années, mais trop souvent de manière épisodique et parfois cynique. Jusqu’à présent nous avions l’impression d’être considérés comme un phénomène plutôt que comme une nouvelle valeur. Aujourd’hui, et peut-être est-ce aussi la crise qui est passée par là, les gens se comportent différemment, ils s’ouvrent aux alternatives, sont plus tolérants dans le cercle amis/famille ; ont une meilleure connaissance d’autres cultures (Asie, Maghreb, cultures britanniques, etc.).

Ce que nous souhaiterions évidemment est que les magazines de mode masculine montrent l’exemple, en insérant progressivement de plus en plus de vêtements ouverts (tuniques longues, robes, jupes à bretelles, sarouels, etc.) dans leurs shootings photos. Plus la jupe sera vue comme un élément anodin et plus elle (et le vestiaire masculin en général) aura l’opportunité d’être acceptée par la société commune.

C’est en tout cas le parti-pris de notre futur clip, « Hiatus, des hommes, des jupes », film impactant et « tout public » ! C’est notre projet phare pour cette année : porter à l’écran à la manière d’un spot publicitaire des portraits d’hommes porteurs de la jupe pour homme au quotidien. Nous pensons, en faisant le pari d’une diffusion nationale, démocratiser nous-même, en tant que designers, le port de la jupe. D’ailleurs vous pouvez retrouver tous les détails sur le site de financement participatif Kiss Kiss Bank Bank, vous pouvez participer au financement du clip jusqu’au 4 juin 2014 (3185€ à ce jour).

Notre projet est bien sûr de continuer à enrichir le vestiaire masculin en proposant toujours davantage de vêtements ouverts dans nos collections.

Il reste 25 jours pour aider Hiatus à réaliser son clip sur le port de la jupe pour homme ! Mobilisez-vous !
Il rest[ait] 25 jours pour aider Hiatus à réaliser son clip sur le port de la jupe pour homme ! Mobilisez-vous !

J.A. : merci beaucoup pour vos réponses, je vous souhaite beaucoup de réussite dans ce beau projet à la fois original et citoyen !

L’homme du futur

Si le passé est cruel avec le travestissement, parce que les religions le considèrent comme un pêché, il se montre beaucoup plus clément avec le port de la jupe pour homme… Tout du moins, avant que la jupe ne devienne un accessoire « typiquement » féminin. En fin de compte, c’est aussi vrai pour de nombreux éléments de l’aspect féminin, comme le maquillage qui était avant tout un outil de guerre. L’avenir pourrait se montrer clément avec les hommes en jupe :  si la société n’est pas encore prête à l’introduire dans la vie quotidienne, il faut reconnaître que l’acceptation du vêtement progresse avec le concours de l’association HEJ. Ces hommes-là sont un bel exemple à suivre pour notre communauté : ils s’affichent. Si les travestis s’exposaient positivement au grand public, la mode et la cosmétique pourraient devenir unisexes. Vous savez ce qu’il vous reste à faire : porter la jupe et l’assumer !

jupe julien

 

Publié par Julien d’Andromèdehttp://juca.me/
Chargé de comm’, webmaster, hardcore gamer, entrepreneur, travesti et surtout lui-même !

Célèbres transgenres et travestis

michelle-obama-homme-5

Personnages historiques ou légendaires

    • Aristodème Malakos, « le Mou », -475, tyran de Cumes, vainc les Étrusques
    • Jeanne d’Arc, 1412-1431, « la Pucelle d’Orléans » habillée en homme
    • Charles de Beaumont, 1720-1810,« le Chevalier d’Éon » espion du roi
    • Bonnie Prince Charlie, 1746, petit-fils du roi Jacques II d’Angleterre, se fit passer, sous le nom de Betty Burke, pour la servante de Flora MacDonald
    • Anne Bonny, Mary Read, 1680 ?, pirates capturées mais pas immédiatement exécutées parce que Read était enceinte et que Bonny affirmait l’être aussi.
    • François-T. abbé de Choisy, 1644-1724, Madame de Sancy, Comtesse de Barres
    • Catalina de Erauso, 1592-1650, »la nonne lieutenant », alias Francisco de Loyola
    • Philippe de France, 1640-1701, duc d’Orléans, frère gay de Louis XIV
    • Edward Kynaston, 1640-1706, comédien anglais travesti
    • Hua Mulan, 花木兰 , 1368 ?, jeune héroïne légendaire de la chine à l’époque des Mongols, se déguise en homme pour remplacer son père trop vieux pour combattre les Huns.
    • Long Yang Jun, -276-243, favori du roi Wei Anxi,
      icône de l’association gay asiatique Long Yang Club.
    • Papesse Jeanne, 855 à 858 ?, élue pape, révoquée car : [non] duos habet et bene pendentes
    • Sainte Marine de Bythinie la Déguisée, 710 ?, entra au monastère avec son père et y vécut sous le nom de Marin, fut accusée à tort d’avoir mis enceinte une femme,
    • Okuni, 1603, prêtresse japonaise du sanctuaire d’Izumo, à Kyoto, donne naissance au Kabuki, théâtre d’hommes travestis
    • George Sand, 1804-1876, Amantinein, baronne Dudevant, femme de Lettres
    • Jenny Savalette de Lange, 1786-1858, intrigante se faisant passer pour la fille du marquis éponyme, afin d’obtenir rentes royales et promesses de mariage
    • Léonardo da Vinci, 1452-1519, La Joconde, son autoportrait travesti ?
    • Zheng He, 1371-1433, eunuque de l’empereur, Yongle, amiral, explorateur

      goldgirl1
      Visitez notre autre blog DOLLYSEXY et notre boutique pour DOLLS
      Les plus belles dolls (poupées réalistes), leurs fringues et accessoires 🙂
      http://www.dollsexy.fr ou notre Boutique http://dolsexy.tictail.com

Personnalités du XX et XXIe siècle

  • A

  • Haruna Ai, MtF née en 1972, personnalité japonaise, actrice, chanteuse pop et imitatrice, 1° japonaise à remporter en 2009, le titre de Miss Trans internationale.
  • Bibi Andersen, née en 1954, actrice et présentatrice de télévision espagnole.
  • Aurore Boréale, Russel Bouchard (Russel)

    B

  • Bambi, née Pruvot (Jean-Pierre) danseuse, meneuse de revue au Lido, Carouselle, Madame Arthur, Aldo, Topless et à la Grande Eugène.
  • Jenny Bailey, HVF, maire de Cambridge (Grande-Bretagne) depuis mai 2007
  • Thomas Beatie, transexuel américain qui a été le premier « homme enceint », ayant conservé son appareil reproducteur féminin pour permettre à lui et sa femme stérile de pouvoir fonder une famille
  • Jenny Bel’Air, créature transgenre, star du Paris branché des années 80
  • Georgina Beyer, ex députée néo-zélandaise du Labor (parti travailliste)
  • Michelle Blanc, née Michel Leblanc, est une femme d’affaires, conférencière et blogueuse québécoise spécialisée sur les question des stratégies et du marketing web ainsi que des réseaux sociaux
  • Brigitte Boréale, journaliste militante, présentatrice, chroniqueuse sportive sur la chaîne française Pink TV. Fondatrice de l’association artistique Transgenre BC3G
  • Kate Bornstein, écrivain et militante américaine
  • Denis Bortek, compositeur, guitariste, chanteur du groupe français de glam rock, Jad Wio
  • Russel Bouchard (Aurore boréale) né en 1948, historien et écrivain canadien s’affichant publiquement transgenre depuis avril 2007

    C

  • Patrick Califia, écrivain américain.
  • Camille Cabral, médecin dermatologue, née au Brésil, naturalisée française, créatrice du PASTT, première élue transsexuelle de la république française (sous la liste des Verts à la mairie du 17° de Paris).
  • Caphi, journaliste et comédien(ne) française transgenre née en 1958, créatrice du blog la webdromadaire de Caphi sur la transidentité, modèle du peintre Philippe Pasqua.
  • Wendy Carlos , née en 1939, célèbre MtF, compositrice de musique américaine et pionnière de musique électronique, première cliente de Robert Moog, on lui doit notamment la musique de Shining, d’Orange mécanique et de Tron.
  • Camilla de Castro, née Alessandro Caetano Kothenborger 1979-2005,
    modèle et actrice brésilienne
  • Candis Cayne, né Brendan McDaniel, 29 août 1971 à Maui (Hawaï), actrice américaine, Meth Head
  • Lady Chablis Deveau, née en 1957 Benjamin Edward Knox, artiste Drag queen de Midnight in Savannah et actrice (Minuit dans le jardin du bien et du mal de Clint Eastwood) connue sous le surnom de The Lady Chablis.
  • Olivia Chaumont, architecte et urbaniste française, première femme membre du Grand Orient de France, vénérable de la loge L’Université maçonnique et auteure de D’un corps à l’autre paru aux Éditions Robert Laffont.
  • Chi Chi LaRue, voir Paciotti (Larry)
  • Coccinelle, voir Dufresnoy (Jacques)
  • Andréa Colliaux, écrivain FvH, auteure de l’autobiographie : « Carnet de bord d’un stewart devenu hôtesse de l’air »
  • Lynn Conway , née en 1938, ingénieure et professeur d’université américaine, a révolutionné notre vie quotidienne à deux reprises. La première fois ce fut avant sa transition (elle est une des dernières patientes du Dr Harry Benjamin). Après sa transition, après avoir rompu tout lien avec son passé et recommencé sa carrière, elle a inventé des outils qui ont permis de créer la très grande majorité des gadgets électroniques devenus indispensables à notre vie quotidienne. Rattrapée par les historiens, elle a alors créé un des sites les plus importants au monde à ce sujet
  • Caroline Cossey, née en 1954, célèbre modèle anglaise
  • Jayne County, chanteuse punk du groupe Wayne County and the Electric Chairs de la scène britannique
  • Roberta Cowell, née en 1919, première MtF anglaise, réassignée en 1951

    D

  • Dana International, née en 1972, chanteuse et danseuse israélienne, lauréate du grand prix de l’Eurovision 1998
  • Jaye Davidson, née en 1968, acteur afro-américain, NBR Award pour son rôle dans le film The Crying Game de Neil Jordan en 1992.
  • Divine, voir Milstead, 1945-1988, comédien et chanteur travesti américain, connu pour ses rôles dans les films de John Waters, où il interprète des rôles de femme
  • Michelle Dumaresq, canadienne championne de Descente (cyclisme) et VTT
  • Jacques Duresnoy, (Coccinelle) 1931-2006, célèbre meneuse de revue, première transsexuelle française opérée
  • Vanessa van Durme, HVF, comédienne et scénariste belge

    E

  • Lili Elbe, voir Wegener (Einar)
  • Richard Engfors, né en 1976, Drag queen suédois, célèbre depuis son apparition en 2003 dans le titre Pass this on du groupe The Knife.
  • EnigmaTess ou « The Black Widow » (La Veuve Noire), personnalité « pangender » française née à Tourcoing en 1976.
  • Erica TV, transsexuelle issue du transformisme sur scène, performeuse et actrice, chef de cabine dans une grande compagnie aérienne française
  • Erwan, candidat dans l’émission de télévision Secret Story
  • Karine Espineira, essayiste, docteure en Science de l’information et de la communication, maître de conférences (Université Nice Sophia Antipolis)F

    G

  • Kouka Garcia, médiatrice de Santé Publique, née en Argentine, présidente fondatrice du PARIT (Plate-forme d’Action et Reconnaissance Identitaire pour les Transgenres)
  • Brigitte Goldberg, présidente de l’association Trans’Europe, présidente du parti politique Avenir 2012 et candidate à la présidence Française de 2012
  • Paul Grappe, alias Suzanne Landgard, déserteur de la 1ère guerre mondiale devenu travesti pour échapper à la police, amnistié en 1925, il meurt tué par sa femme
  • Jamison Green, un des transsexuels FVH les plus célèbres dans les pays anglophones, très actif dans la défense des droits de la communauté
  • Rochelle (Joëlle) Grégorie, comédienne, chanteuse et militante transgenre

    H

  • Madame H., présidente de l’association Homosexualité et Bourgeoise, française, humoriste
  • Harisu, MtF née en 1975, chanteuse, actrice, mannequin coréenne
    célèbre sur le continent est-asiatique pour sa grande beauté
  • Hélène Hazera, journaliste à Libération, Têtu et France Culture
  • Gloria Hemingway, née Gregory Hemingway, 1931-2001, fils d’E.Hemingway
  • Edward Hyde, 1700, 3° Comte de Clarendon, gouverneur de New York et du New Jersey, aurait aimé se promener dans les rues habillé des vêtements de sa femme

    I

  • Ikenna Benéys Amaechi, né à Berlin, d’origine germanico-nigériane, certainement le double le plus réussi de la mythique Whitney Houston qu’il a vue en tournée en 1984
  • Eddie Izzard , comédien britannique affirme avoir pratiqué le travestissement toute sa vie. En scène et dans sa vie quotidienne, il s’habille parfois de façon masculine, parfois de façon féminine, mais jamais sans essayer de « passer » pour une femme. Il affirme que les hommes devraient avoir les mêmes « clothing rights » (droits de d’habiller) que les femmes.

    J

  • Caitlyn Jenner, née William Bruce Jenner en 1949, animatrice américaine de TV, médaille d’or du décathlon homme aux J.O. 1976, change de sexe en 2015.
  • Christine Jorgensen, née George William Jorgensen, 1926-1989,
    première transsexuelle américaine opérée (en 1953).

    K

  • Aya Kamikawa, conseillère municipale de Setagaya-ku à Tokyo au Japon (2003)
  • Isis King, mannequin et participante au cycle 11 de la télé-réalité America’s Next Top Model

    L

  • Michèle  Lambert clavièriste du groupe rock québécois Noir Silence
  • Cox Lavergne, trans américaine, star de la série Netflix Orange is the new black
  • Dorothy Lawrence, 1914/18, reporter de guerre anglaise, se déguisa en homme afin de pouvoir être enrôlée comme soldat durant la première guerre mondiale
  • Amanda Lear, chanteuse, actrice, animatrice TV, artiste peintre, née en 1939, 1941, 1946 ou 1950 à Saïgon, Hong-Kong ou Hanoï et fut l’une des égéries de Salvador Dalí
  • Monica Leon, argentine réfugiée en France, militante pour l’égalité des trans. Son mariage hétérosexuel avec une trans opérée, Camille Barré, fonctionnaire dans la même mairie, fut rejeté par décision administrative arbitraire
  • Amanda Lepore, née en 1967, chanteuse, égérie du photographe David LaChapelle
  • Lio de France, née en 1952, médiatrice patrimoniale, écrivaine, blogueuse
  • Vladimir Luxuria, née en 1965, politicien transgenre du Parti de la Refondation Communiste (PRC) en Italie, ancienne députée au parlement italien.

    M

  • Charlotte von Mahlsdorf, née Lothar Berfelde, 1928-2002, berlinoise travestie depuis l’âge de 16 ans, a résisté au nazisme et au régime communiste (RDA), a soutenu les homosexuels en Allemagne et a été décorée en 1992 de la Croix fédérale du Mérite
  • Chelsea Manning, née Bradley Manning en 1987, lanceur d’alerte à WikiLeaks
  • Maud Marin, née en 1945, avocate française radiée du barreau à cause de son changement de sexe, figure emblématique de la lutte pour les droits des transsexuelles et des prostituées, écrivain. Elle est l’auteur des œuvres autobiographiques Le saut de l’Ange, Tristes plaisirs, Le quartier des maudites
  • Geisha de Milano, compositeur, auteur et chanteur français gangsta
  • Robert Millar (Philippa York), né en 1958, champion cycliste écossais, puis chroniqueur sportif, changement de sexe à l’âge de 49 ans, en 2007
  • Glen Milstead, alias Divine, actrice, 1945-1988, égérie des films de John Waters
  • Akihiro Miwa, née en 1935, parolière, chanteuse, comédienne et écrivain japonaise, héroïne du film Le Lézard Noir de Kinji Fukasaku (1968), amante de l’écrivain Yukio Mishima et collaboratrice récurrente du réalisateur Hayao Miyazaki
  • Pierre Molinier, 1900-1976, peintre, photographe français, fétichiste,
    son œuvre subversive s’est constituée autour d’autoportraits travestis.
  • Daniela de Montmartre, née en 1970, parolière, écrivain, philosophe, historienne, actrice, peintre, photographe, dessinatrice, réalisatrice militante transgenre maltaise d’expression française
  • Micheline Montreuil, née Pierre Montreuil en 1952, avocate, professeur et animatrice transgenre québécoise, connue pour ses batailles devant les tribunaux pour la reconnaissance des droits des transgenres et son implication en politique fédérale à titre de candidate dans le comté de Québec pour le Nouveau Parti Démocratique ou NPD, épouse en 2008, l’avocate et auteur québécoise Michèle Morgan (Avocate)
  • Jan Morris, HVF, née en 1926, connue sous le nom de James Morris jusqu’en 1972, journaliste anglais, historienne et écrivain de voyage.

    N

  • Youcef Nabi, alias Sue, 47 ans, ex présidente de Lancôme du groupe l’Oréal
  • Nad, de son prénom Nadya, administratrice et modératrice du forum i-trans d’informations et d’aide à la communauté transsexuelle, présidente de l’association trans’act.
  • Nath-Sakura, née en 1973, photographe, modèle, actrice et journaliste française.
  • Stéphanie Nicot essayiste, anthologiste, formatrice, directrice artistique d’un important festival culturel. Cofondatrice et porte-parole de l’association Trans Aide. Membre du CA de la Fédération LGBT
  • Maîtresse Nikita, travailleuse du sexe dominatrice, auteur, présidente de l’association Les Putes
  • Nong Thoom, née Parinya Kiatbusaba ou Parinya Charoenphol en 1981, célèbre kathoey thaïlandaise, championne de Muay-thaï, inspiratrice du film Fighting Beauty de Ekachai Uekrongtham (2003)

    O

  • Michelle Obama, né en 1964 Michael LaVaughn Robinson, quarter back des State Beavers Oregon, épouse de Barack Obama, président des Etats Unis d’Amérique.
  • Pascale Ourbih, comédienne et militante transgenre française, actrice principale du film Thelma de Pierre-Alain Meier sorti au cinéma en 2001

    P

  • Larry Paciotti (Chi Chi LaRue), né en 1959, célèbre queer productrice américaine de film pornographique, DJ, militante, chanteuse, danseuse et chorégraphe
  • Madeleine Pelletier (1874-1939), trav FtH, militante féministe, socialiste libertaire française, 1ère femme médecin diplômée en psychiatrie, auteur de : La femme vierge
  • Kim Petras jeune chanteuse Allemande une des plus jeunes transsexuelle car mineure lors de sa transition
  • Virginie Perle, actrice française, esthète, pianiste, personnage du film Crossdresser réalisé par Chantal Poupaud, sortie 2010
  • Grayson Perry / Claire, artiste plasticien et céramiste britannique,
    lauréat du prix Turner en 2003.
  • Michel-Marie Poulain, 1906-1991, peintre français.
  • Jean-Pierre Pruvot, Bambi, né en 1935, meneuse de revue dans les années 50 et 60, professeur de lettres (Palmes Académiques), auteur de 2 ouvrages autobiographiques sous les noms de Marie-Pier Ysser et Marie-Pierre Pruvot.
  • Rosa von Praunheim, née en 1942.

    R

  • Tom Reucher, psychologue et militant français
  • Renée Richards, née Richard Raskind en 1934, ophtalmologue, joueuse de tennis professionnelle américaine dans les années 70
  • Eva Robin’s, née en 1958, actrice et militante transgenre italienne.

    S

  • Jaiyah Saelua, née Johnny Saelua (19.07.1988) Fa’afafine joueuse de football, défenseur central dans l’équipe masculine des Samoa américaines
  • Ali Saleem, alias madame Nawazish Ali, travesti pakistanais, présentatrice du show TV politique Begum Nawazish Ali’s TV talk show sur Aaj TV
  • Mokgadi Caster Semenya (née en 1991 à Pietersburg, athlète sud-africaine intersexuée, spécialiste du 800 mètres.
  • Erika Schinegger, née en 1948, championne du monde de ski alpin en 1966, détectée comme étant de sexe masculin lors d’un test urinaire.
  • Rrose Sélavy, vers 1920, l’alter-ego féminin de Marcel Duchamp, émergea dans des portraits effectués par Man Ray à New York dans les années 20
  • Verka Serduchka, né en 1973, comédien, chanteur et danseur ukrainien.
  • Stratostar (Bon Chic 3e Genre) et du concept télévisuel LeLab.TV

    T

  • Mya Taylor, première actrice trangenre à gagner un prix en 2015 pour performance d’acteur dans Tangerine/ Mandarine, film de Sean Baker, tourné sur Iphone/Apple.
  • Billy Tipton, née Dorothy Lucille Tipton, 1914-1989, célèbre musicien et compositeur de jazz, identifié de sexe féminin à son décès
  • Ludwig Trovato, FvH, écrivain et cinéaste.

    U

    V

  • Isabelle Volet, née en 1946, administratrice de sociétés à Sion, Suisse.

    W

  • Lana Wachowski, née Laurence « Larry » Wachowski en 1965, co-scénariste, co-réalisatrice et co-productrice notamment de Bound, Assassins, de la trilogie Matrix et de V pour Vendetta
  • Einar Wegener (alias Lili Elbe) cf. film Danish girl.

Le prince de Savoie travesti en Dalida

Morandini Zap: Le Prince Emmanuel-Philibert de Savoie se transforme en Dalida pour « Un air de star »

 

Hier, à 20h50, M6 lançait son nouveau divertissement  » Un air de star « , présenté par Karine Le Marchand. Parmi les huit célébrités qui se sont transformées, il y avait le Prince Emmanuel-Philibert de Savoie.

PrinceDeSavoieDalida

L’époux de Clotilde Courau est devenu Dalida le temps du prime et a interprété, sur le plateau, « Laissez-moi danser ».

Regardez (Cliquez sur le lien ci-dessous)



Vidéo M6 | Un air de star | 15 mai 2013
émission présentée par : JeanMarcMorandini

Vu que le candidat est un « prince » qui cherche sa voie, les journalistes ne semblent pas souhaiter parler de travesti. C’est sûr que vous n’aurez pas un commentaire dans le style : « Wesch, mais c’est un truc de ouf : sérieux, comment trop qu’il s’la raconte ! eh t’as vu c’gonze qui fait le travlo ! y veut p’têtre qu’on se mélange avec lui comme avec une meuf. » Alors ils écrivent plus académiquement (surligné en rouge):

Ozap.com commente : « Pour la première de la nouvelle émission de M6, Emmanuel-Philibert de Savoie n’a pas hésité à se grimer en une Dalida très masculine.

« Hier soir, lors du premier prime de « Un air de star » sur M6, le prince Emmanuel-Philibert de Savoie a fait sensation en apparaissant déguisé en Dalida. »
Source : Ozap.com

§

Allo News titre : « Emmanuel Philibert de Savoie se transforme en Dalida » […] et poursuit : « Le mari de Clotilde Courau est devenu Dalida … »
Source : AlloNews.fr

§

M6 poétise : « Emmanuel-Philibert de Savoie se métamorphose en Dalida. Sans aucun complexe, Emmanuel arrive sur scène dans une magnifique robe décolletée. Perruque blonde et chaussures à talons,… »
Source : (lien dans le mot) M6

§

Jean Jacques Morandini écrit :  » …huit célébrités qui se sont transformées, il y avait le Prince EmmanuelPhilibert de Savoie. L’époux de Clotilde Courau est devenu Dalida … »
Source : (lien dans le nom) Jean Jacques Morandini.

Confondu, le comble du transformiste

[La] Gaffe : La chaine américaine CNN confond Whitney Houston avec… [Ikenna] un travesti allemand !

C’est une grosse gaffe faite par la très sérieuse chaine d’information américaine CNN qui, selon le site TMZ a confondu Whitney Houston avec un travesti allemand…

L’animateur américain vedette de la chaine, Piers Morgan, discutait, le 6 juillet, avec LL Cool J de Whitney Houston pendant que des images de la star défunte défilaient en simultané.

Cliquez sur le lien vidéo ci-dessous : « Un Moment dans le temps »
– Whitney Houston [par son] double, Ikenna Benéy Amaechi –
https://www.youtube.com/watch?v=rg9zC23ra-c

Sur l’une d’elles, il ne s’agissait pas de la chanteuse mais de Ikenna qui se met dans la peau de Houston sur scène depuis 21 ans.

L’image utilisée par CNN a été prise en 2008 aux Reel Awards Show de Las Vegas, soirée consacrée aux imitateurs de stars.

«J’étais assise chez moi et je n’ai pas réalisé tout de suite. Mais tout d’un coup je me suis dit: «BOOM ! Ce n’était pas Whitney, c’était moi!» affirme Ikenna Beney Amaechi, Drag Queen vivant à Berlin, qui a fait part de sa surprise en se découvrant à la télévision

Cliquez sur le lien vidéo ci-dessous : Ikenna, la doublure de Withney Houston – « Comme si les gens voyaient une revenante »
http://spon.de/vfiTb

«Je me sens très honoré d’avoir été confondue avec la vraie Whitney Houston sur CNN, a précisé l’Allemand(e). Peut-on imaginer un plus beau compliment pour un imitateur ?»

Source : JeanMarcMorandini.com

Cabinet de curiosités du genre

  • 1 – Une publicité japonaise très marrante (cliquez sur le lien): https://www.youtube.com/watch?v=C7rsX1WTPkk
  • 2 – La théorie du gender, vue par le dessinateur Chimulus :GenderTheorie
  • 3 – Pas politiquement correct :
    Fuckedlikeagirl4  – Les nouveaux pilotes d’Air Trans PostedePelotage
  • 5 – Politique et travestis :
    PolitiqueTravesti
  • 6 – Campagne présidentielle France-2017 ?
    NStravesti
  • 7 – Campagne présidentielle USA-2016 ? ObamaGay
  • 8 – Antidépresseurs pour travesti MtoF 😉Antidepresseur
  • 9 – Oups ! le plan dure 1/2 seconde, mais c’est dans la boite !
    Présentatrice
  • 10 – Les socialistes, initiateurs d’un bal de travestis 😉
    SocialisteTravesti
  • 11 – Prête à vous « transformer » … en passoire

    Double Genre

  • 12 – Le XVIII sous Papes, Benoit :
    « suis-je belle en mon Iphone  ? »
    PapeFranc

    §

    00 – Si vous aussi, avez des curiosités à confier à ce cabinet,
    n’hésitez pas à vous mettre en chasse et à nous les proposer.
    (déposez-les ci-dessous en commentaires ou à atriumcenter@yandex.ru).

POUZADOU

30120 - de la vigueur au Vigan - 30120

Creabealounge

Mijn passie, jullie passie

Histoires de France

Patriote Humaniste International φ

DOLLSEXY® by CIGP

Mannequins stylés & branchés Vêtements & Accessoires