Le «rôle travesti» par P.A. DUBEY

La Manufacture – Haute école de théâtre de Suisse romande,
publie un mémoire de 79 pages à télécharger au format Pdf
et intitulé : Le « rôle travesti », du masculin au féminin ;
par Pierre-Antoine DUBEY.

SoulierDeSatin

Michel Fau dans le rôle de l’Actrice | Le Soulier de Satin de Paul Claudel.

Mise en scène d’Olivier Py, Théâtre de l’Odéon, 2009.

RÉSUMÉ

Ce mémoire est une réflexion, une sorte d’enquête, sur le jeu de l’acteur travesti dans un rôle de femme, ainsi qu’une réflexion sur le regard, celui du spectateur, celui du metteur en scène, posé sur l’homme qui joue. C’est une recherche qui porte sur cet endroit où l’acteur, jouant un rôle qui n’a pas le même sexe, produit une troublante confusion, de la théâtralité, et peut-être du féminin.

Le « rôle travesti », une déclinaison de soi, l’appropriation de sa propre altérité, jouer à être un autre. Le propos reste bien d’approcher toujours un peu plus du cœur de l’art de l’acteur, de comprendre comment marche cette mécanique humaine qui nous donne à voir, à nous spectateurs, quelqu’un qui nous ressemble et qui pourtant est un pseudo, quelqu’un qui provoque un sentiment de réel et également de totale inauthenticité. Mais c’est aussi un aveu. Un aveu de mes propres folies d’acteur, celles qui sont plus secrètes. Ce travail, c’est aussi étancher la soif de ma propre subjectivité.

A travers ce mémoire, je porte au devant mes désirs de jeu et essaie de trouver des fragments de réponses pour comprendre ce que pourrait bien être le « rôle travesti ».

Par : Pierre-Antoine DUBEY
Première publication sur D.G. : 29.01.2016
Source : Télécharger le Pdf : LE RÔLE TRAVESTI

Publicités

3 commentaires sur « Le «rôle travesti» par P.A. DUBEY »

  1. Un autre angle de vue : Ne faut-il pas regarder que le costume et son jeu, il sera porté par un humain qui fait des efforts pour être dans le jeu d’acteur, de comédien. Plus il y aura de costumes, plus difficile sera la pièce…

    J'aime

    1. Le « jeu » et le « costume » sont très importants dans l’apprentissage de tout comportements. Réné Girard parlait du « mimésis d’appropriation » mais, essentiellement, c’est le même phénomène, imiter le comportement par les costumes et à travers le « jeu » mais, ici, dans le sens de « jouer », comme un enfant « joue ». (Jouer au théâtre serait-il si différent du jeu d’un enfant?) Finalement, cet article (PDF), sur le travesti au théâtre fait réfléchir à ma propre théâtralité dans mon « jeu » de travestie, à travers les robes que je porte qui sont mes « costumes ». Sauf que là s’arrête la comparaison, dans un sens, parce que j’accorde à ce jeu et ces costumes une importance et un sens symbolique qui dépasse le cadre du théâtre. Ou est-ce vraiment le cas?

      J'aime

  2. J’ai parcouru les premières vingtaine de pages du PDF et je dois dire que c’est intéressant. Il faudrait en retirer tout ce qui fait référence au théâtre pour en distiller l’essentiel sur le travestissement, ce que je n’ai pas le temps de faire. Je retiens quelques phrases, au passage, comme cette idée de l’imitation et du corps charnel. Je pense que le texte ne va pas assez loin dans le rapport de l’individu travesti à lui-même, ce n’est pas son propos. J’y reviendra peut-être plus tard…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s