Les hommes dans les métiers féminins

Pour nous aider à comprendre les problématiques du genre liés aux personnes transgenres et/ou travesties , nous vous proposons d’étudier ensemble le cas des danseurs professionnels qui exercent un métier réputé très féminin au point que l’on soupçonne systématiquement les danseurs d’efféminisation et/ou d’homosexualité.

Pour illustrer le propos, nous vous proposons en premier lieu :

  • un extrait d’une étude universitaire qui aborde aussi les cas des fleuristes, coiffeurs, enseignants, agents d’entretien, employés administratifs de la fonction publique, aides à domicile et aides ménagères, aides-soignants, secrétaires, infirmiers, hommes pratiquants le métier de sages-femme, assistants maternelles, employés administratifs d’entreprise, vendeurs de magasins d’articles féminin …etc.

  • un reportage vidéo de danseurs peu communs… (dont la photo à la une de Stephan M. Photography© est extrait).

Extrait de l’étude :

…Les “masculinités” à l’épreuve des métiers “féminins”

Marie Buscatto et Bernard Fusulier
For our readers of English language : Presentation. “Masculinities” Challenged in Light of “Feminine” Occupations. Go to chapter IV n° [29]

Discutons le cas plus précis des danseurs italiens étudiés par Chiara Bassetti dans ce numéro [de Revue.org]. Dans le choix de cette pratique, les danseurs sont sans cesse confrontés à la double stigmatisation d’efféminisation et d’ho­mosexualité traversant la pratique de la danse pour les hommes dans les sociétés contemporaines depuis la fin du XIXème siècle.

Ce double soupçon est si lourd à porter socialement qu’il affecte la possibilité même de danser pour les garçons aux plus jeunes âges (confer le film de Stephen Daldry, “Billy Elliot”) : la plupart des danseurs professionnels rencontrés ont commencé à la fin de l’adolescence et le font le plus souvent de manière “involontaire”, en lien avec une autre pratique (théâtrale par exem­ple) ou une incitation extérieure (des “potes” dansant du hip hop). Les rares danseurs précoces évoquent d’ailleurs des moqueries incessantes et un dénigrement constant…

Ces danseurs n’en vont pas moins accepter de s’impliquer dans la danse et de devenir des professionnels en s’appuyant notamment sur des “antidotes” afin d’assumer, individuellement et collectivement, une pratique fort transgressive.

Une première stratégie, collectivement construite, consiste à valoriser le caractère “masculin” de la pratique. D’une part, la danse au masculin tend à être définie comme une pratique artistique, fondée sur la créativité, la virtuosité et l’excellence des danseurs, qualités qui permettraient de dépasser ainsi les stéréotypes féminins stigmatisants.

[Une seconde stratégie]. D’autre part, la danse tend aussi à être définie par certains sur le registre de la pratique sportive, les danseurs valorisant alors le caractère athlétique des gestes et le nécessaire auto-contrôle que son exercice suppose. La danse est ainsi “masculinisée” dans ses traits principaux afin d’éliminer au mieux les stigmates “féminins” faisant de celle-ci une pratique gracieuse et élégante.

Une troisième stratégie, plus individuelle, consiste pour le danseur à pratiquer dans des styles plus “masculins” – hip hop par exemple –, ou plus mixtes – danse contemporaine par exemple –, ou de “choisir” des tenues de scène, ou de mettre en place des gestes chorégraphiés “masculins” afin de se dissocier au mieux du caractère “féminin” de la danse incarnée par la ballerine classique en tutu rose.

Par : Marie Buscatto et Bernard Fusulier
Marie Buscatto, Professeure des Universités en sociologie ; I.D.H.E., Université Paris 1 Panthéon Sorbonne – Cnrs.
Droits d’auteur © Recherches sociologiques et anthropologiques
SOURCE : Revue.org

Double Genre : Si ce type d’article vous intéresse, faits le nous savoir en laissant un message en commentaire (en bas de page).
Pour illustrer cet article, nous avons trouvé cet article très original sur le net :

L’homme qui dansait parfaitement avec des talons !

Yanis Marshall est un danseur, chorégraphe et reconnu comme le meilleur professeur de danse en talons. Il a intégré plusieurs troupes de comédie musicale, dont le « Roi soleil » (à l’âge de 16 ans) et « Les Dix Commandements ». Mais il est surtout reconnu pour développer le Street Jazz à l’américaine en France suite à sa rencontre avec son homologue américaine Sheryl Murakami au Broadway Dance Center à New York City.
Il a participé à l’émission télévisée Britain’s Got Talent accompagné de Arnaud Boursain et Mehdi Mamine où il finira à la 11ème place.

Leur excellente danse en talons aiguilles sur un medley de Beyoncé.

en répétition :


ou ici

Yanis Marshall danse

Leur passage à Britain’s Got Talent :

beyonce Yanis Marshall

Le medley Spice Girls dans les rues de Paris

 

Publié le 20 juin 2014 à 13:14
Par : Max //
SOURCE : Tuxboard.com

Publicités

7 commentaires sur « Les hommes dans les métiers féminins »

    1. @CultURIEUSE : merci de ton commentaire qui enrichit ce blog.

      Qu’est-ce qui est une performance masochiste ?

      Le fait de danser avec des talons de 12/14 cm – moins l’épaisseur du plateau 😉

      ou d’avoir un métier réputé féminin et ainsi risquer de se faire traiter d’homo par les hommes et de concurrent déloyal par les femmes ?

      J'aime

    1. @Francis : merci de ton appréciation positive, oh déjà fidèle lecteur ! 🙂 (j’en fais peut-être un peu trop, mais c’est ma nature 😉 . Les humains aiment bien inventer des vénusiennes kitchs, des martiens aux pratiques sexuelles extravagantes ou des jupitériens vêtus de costumes flamboyants, mais nos compatriotes (la terre étant notre seule et unique patrie), n’ont pas tous saisi que ces vénusiennes, martiens et autres jupitériens ont déjà atterri. Ils vivent souvent de façon cachée dans leurs maisons ou pire dans leur tête, mais ils sont parmi nous. En fait : ils sont en nous, ils sont nous !

      Aimé par 2 people

      1. Exactement. Et c’est avant tout la diversité qui est passionnante, celle qui nous remet en question, qui avance sans à priori. On en fait jamais trop… (enfin, si, parfois, moi aussi dans un autre… genre. Mais ça fait aussi partie de ce que nous sommes, d’en faire trop, de temps en temps.

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s