L’homme a toujours porté la jupe

Titre original :
« L’homme et la jupe »

Pas plus tard que cette saison, Zara Homme commercialisait deux pièces inhabituelles dans sa collection : un pantalon-jupe et un bermuda aux allures de pagne. Pas de quoi se pâmer, penseront certain(e)s, même si les dérivés de la jupe se font rares aux rayons « messieurs ». Peut-on y lire une volonté de démocratiser la jupe ? Sans doute ! Ces deux habits tombent à pic : on n’a jamais autant parlé des genres que ces derniers mois. On ne peut que se réjouir de l’intérêt des grandes marques pour la mixité vestimentaire. Je n’irai pas jusqu’à parler « d’évolution », cela dit, puisque la jupe pour homme est loin d’être une nouveauté.

Les origines du mâle

La rhingrave, la redingote, le chiton ou la houppelande sont autant de vêtements « ouverts » que portaient nos ancêtres. Par ancêtres, je n’entends pas nos arrière-grands-mères et plus loin encore mais nos aïeux au masculin. Cela surprend parfois les enfants devant leur premier péplum, mais généralement, il est assez convenu que les peuples méditerranéens – et pas seulement ! – portaient un vêtement ouvert, principalement pour le confort. L’imaginaire collectif est universel à ce sujet : on n’imagine pas l’Empereur César avec un costume de Président de la République en lieu et place de sa toge. Lorsque les Phocéens débarquaient dans la calanque du Lacydon, il est fort probable qu’ils portaient un himation, en rien comparable aux jeans Japan Rags des promeneurs du Vieux-Port…

00/05/2000. FILM
Gladiator de Ridley Scott (2000). Photo de Karine Weinberger/Gamma-Rapho via Getty Images.

Les livres d’histoire sont pleins d’hommes en jupe. Mais au-delà des manuels scolaires, les premiers ouvrages de nos jeunes pousses en regorgent également : Tintin enfile un kilt pour parcourir l’Île Noire, Alix est vêtu d’une élégante tunique vermillon et Iznogoud porte la fustanelle. Au-delà des œuvres historiques, la fiction nous donne aussi à voir des hommes aux vêtements ouverts, j’en veux pour preuve les Sith et les Jedi, souvent vêtus de très longues robes. Link, le célèbre Hylien de Miyamoto, n’a par ailleurs jamais porté autre chose qu’une tunique verte et son collant blanc, ce qui ne l’a jamais empêché d’être un héros de légende qui triomphe absolument toujours du mal.

Dans The Legend of Zelda: Ocarina of Time, Link porte une tunique verte (et courte !) tandis que (massive spoiler !) la princesse Zelda se travestit en homme.
Zelda no Densetsu: Toki no Ocarina 3D de Greezo (2011). Dans The Legend of Zelda: Ocarina of Time, Link porte une tunique verte (et courte !) tandis que (massive spoiler !) la princesse Zelda se travestit en homme.

La jupe a disparu !

Entendons-nous : la jupe pour homme n’a pas subitement disparu de la surface de la Terre, loin de là. Des hommes aussi influents que l’étaient ce bon vieux Roi-Soleil ou l’illustre Jean-Paul II avaient l’habitude des brises du matin caressant le siège, si je puis dire. Ce dernier exemple est volontairement provocateur puisque le Deutéronome (VIIIe – VIe siècle avant Jésus-Christ) interdit le travestissement, sacré Moïse. C’est ainsi que la différenciation entre les genres féminin et masculin s’est aiguisée au fil des siècles avec comme principe religieux qu’un homme ne doit pas s’accoutrer comme une femme et vice-versa. Le 16 brumaire an IX (ou le 7 novembre 1800), la préfecture de police de Paris interdisait même le port du pantalon aux femmes, loi qui n’a plus aucune valeur juridique de nos jours, selon le ministère des Droits des femmes. De fil en aiguille, certains effets sont devenus l’exclusivité des femmes ou des hommes comme, respectivement, la jupe ou le pantalon.

henri_iv
Henri IV le bien aimé de Daniel Colas (2010). Jean-François Balmer dans le rôle du « roi préféré des Français ». La photographie provient de 20h59.

D’ailleurs, pendant des décennies, les femmes se sont battues pour avoir le droit de porter le pantalon que l’on assimile à l’homme, au sexe fort, à la domination. Elles l’ont depuis largement adopté, à tel point que dans certains collèges de France, les élèves n’ont plus le droit de porter la jupe, justement, à moins qu’elle ne tombe au-dessous des genoux. Le plus regrettable, c’est que bien peu d’hommes se battent pour le droit de porter la jupe, même chez les travestis. Hélas, le port d’un vêtement féminin reste un véritable tabou pour beaucoup, comme s’il y avait quelque chose de honteux ou de dégradant à porter une robe, des ballerines ou, pour en revenir à nos moutons, une jupe.

Collection Rock Your Jeans de Blanco Denim (2011). Les jeans, les grosses voitures et le bras de fer ne sont pas réservés aux hommes.
Collection Rock Your Jeans de Blanco Denim (2011). Les jeans, les grosses voitures rouges et le bras de fer ne sont pas réservés aux hommes.

Que se cache-t-il sous le kilt d’un homme ?

Aujourd’hui, il est assez cocasse de voir que certains vêtements considérés comme « féminins » et anti-virils sont en fin de compte issus du dressing des hommes. La marinière, les cavalières ou les combinaisons ont en commun d’être des vêtements particulièrement masculins puisque issus, par exemple, d’uniformes militaires ou de tenues de travail. Dans le même genre, le kilt est un it d’une tenue féminine de gothique pour citer un exemple contemporain. Pourtant, dans les Highlands, il s’agit d’une pièce absolument masculine portée comme un smoking pour les grandes occasions. S’il est l’habit traditionnel de l’Écosse, il continue à évoluer dans la mode et se répand de plus en plus dans le monde du travail et comme vêtement de ville. Il est assez intéressant de constater que petit à petit, les femmes s’y mettent aussi, malgré la charge de virilité contenue dans ce vêtement.

Sean Connery en kilt écossais (2001). Le célèbre acteur britannique a importé le kilt à Washington.
Sean Connery en kilt écossais (2001). Le célèbre acteur britannique a importé le kilt à Washington.

L’Écosse n’est pas le seul territoire au monde où l’homme porte un vêtement ouvert, fort heureusement. Ce n’est peut-être pas le bon exemple en termes d’égalité des sexes, j’en conviens, mais les Émirs portent la dishdash aux Émirats-Arabes-Unis, tout comme la djellaba est très répandue au Maghreb. Ce ne sont pas des jupes à proprement parler, mais l’une et l’autre s’apparentent à une longue robe tout ce qu’il y a de plus confortable. En Asie du Sud-Est, le sarong est aussi largement répandu chez les hommes : en Indonésie et particulièrement à Bali, en Malaisie et même au Bangladesh. Il s’agit d’une jupe à motifs en forme d’étui cylindrique qui tombe généralement sur les chevilles, très répandu dans les populations musulmanes.

Keretapi Sarong
Sarong fun (2012). Environ cinq-cent personnes participaient au flashmob « Keretapi Sarong » à Kuala Lumpur en Malaisie.

Une garde-robe pour deux

En France, les hommes n’ont pas la chance de porter un vêtement aussi confortable, même si des générations de Rois de France l’adoptaient sans complexe, de François Ier à Louis XV en passant par Henri IV. Il faut attendre les années 60 du XXe et l’imagination de certains créateurs pour que l’espoir d’une jupe à la taille renaisse chez les garçons occidentaux : Prada, Vivienne Westwood, Dolce & Gabanna, Kenzo ou Agnès b. en proposent dans leurs collections, sans succès commercial. Jean-Paul Gaultier, qui a l’art et la manière de jouer de l’ambiguïté, signait même en 1985 la collection « Une garde-robe pour deux ».

fashion week 2012
Fashion Week de Paris (2012). De gauche à droite : Ann Demeulemeester, Givenchy et Jean-Paul Gaultier.

En cinquante ans, les podiums ont beaucoup évolué et il devient même assez courant que des jupes pour hommes s’affichent, sans que la « street » ne les adopte réellement. Marc Jacobs a beau s’afficher en jupe, la barrière entre la grande couture et le prêt-à-porter existe bel et bien. Quelques célébrités n’ont pas froid aux yeux et se laissent tenter par la jupe, notamment David Beckham ou Djibril Cissé, souvent victime de la bêtise des médias. Mais elle reste un accessoire de mode très pointu, souvent vendu à des prix exorbitants. Que ce soit un kilt traditionnel ou une jupe de Givenchy, il faut souvent débourser plusieurs centaines d’euros, quand le millier n’est pas dépassé. H&M proposait en 2010 sa propre jupe pour homme pour une cinquantaine d’euros environ, mais l’opération n’a jamais été reproduite, alors même que l’introduction d’une telle pièce dans sa collection « Men » avait fait couler beaucoup d’encre.

m
6 of Marc Jacobs’ Best Looks à voir sur Wonderland.

Les Hommes en Jupe existent !

Dans les années 2000, au-delà des travestis qui portent plus volontiers une mini qu’un treillis, des hommes ont adopté la jupe pour parfaire leurs tenues : les sympathisants du mouvement gothique en sont une parfaite illustration. Il faut dire que c’est un courant de contre-culture. Il a néanmoins ouvert de nombreuses brèches dans le clivage bétonné entre l’homme et la femme : cette mode a apporté aux hommes le retour du maquillage, par exemple, ou des mèches colorées dans les cheveux. Qu’on aime ou pas, il faut bien admettre que ces pièces sont loin d’être féminines et réservées à ces dames et qu’elles ont inspiré de grands créateurs. D’ailleurs, on en trouve couramment dans l’animation japonaise et dans le jeu vidéo ; comme de nombreux otakus imitent le style de leurs héros préférés pendant les conventions de cosplay, ces vêtements de fiction finissent par exister dans le monde réel.

k
Voici la preuve qu’il existe un marché pour ce genre de pièces : ce kilt n’est plus disponible sur le site de Pentagramme !

Une association française s’attache enfin à promouvoir la jupe au masculin depuis 2007, il s’agit de l’Association HEJ (pour hommes en jupe), née sous l’impulsion de Jérôme Salomé. Nous avions déjà discuté sur ce blog de cette association qui revient systématiquement dans les débats concernant la jupe pour homme. Les Hommes en Jupe ne se revendiquent absolument et clairement pas travestis et ne souhaitent que la liberté vestimentaire et l’égalité des sexes. Par leurs actions (une gazette mensuelle, des conférences, la Journée Mondiale des Hommes en Jupe, etc.), ils gagnent petit à petit du terrain et ont même fait l’objet de l’éditorial de ELLE ou l’objet d’un dossier de trois pages dans Grazia.

l
Parce que les Hommes en Jupe n’ont pas froid aux yeux (ni aux mollets) et parce qu’ils s’affichent sans complexe, ils arrivent à faire parler de leur mouvement dans les médias généralistes. Ici, un dossier dans le numéro 192 de Grazia.

Un magasin de jupes pour homme à Nîmes

L’antique commune gardoise n’est pas à un paradoxe près : face à la Maison Carrée siège le Carré d’art, une bibliothèque et un musée d’art contemporain des plus modernes. Que dire du magasin Hiatus, véritable précurseur dans la création et la vente de jupes pour hommes, alors même que Nîmes est le berceau du jeans, grâce à la célèbre toile portant son nom. Jennifer Marano et Jean-Guy Béal sont deux créateurs en rupture avec les circuits de vente traditionnels. Ils suivent ainsi une logique de développement durable tout en profitant d’une liberté de création et d’expression rares dans l’industrie du prêt-à-porter. Tout à fait disponible pour nous expliquer leur démarche, Jennifer Marano a accepté de répondre à nos questions pour expliquer les enjeux de leur action !

Jean-Guy Béal et Jennifer Marano ont à cœur de rendre ses titres de noblesse à la jupe pour homme !
Jean-Guy Béal et Jennifer Marano ont à cœur de rendre ses titres de noblesse à la jupe pour homme !

Julien d’Andromède : pourriez-vous nous décrire en quelques mots Hiatus et sa particularité ?

Jennifer Marano : Hiatus, marque de prêt-à-porter masculin made in France, est distribuée exclusivement via la boutique en ligne Hiatus-Shop et saisonnièrement dans des boutiques de créateurs ou des concepts stores. Cette volonté de distribuer en circuit court nous permet avant tout de faire de la vente directe et de travailler sans contrainte de saison ou de tendance, mais aussi de proposer des jupes à 100€ en moyenne. C’est pour nous une réelle liberté, nous permettant de créer de nouveaux modèles quand « l’inspiration » se présente et non en fonction des diktats de saisonnalité et de renouvellement perpétuel. Nos collections deviennent des basiques, les modèles sont pérennes, nos clients habitués peuvent ainsi retrouver les modèles d’années en années, un peu comme chez un jeanneur, par exemple. Ce n’est pas faute d’avoir sollicité de nombreux multi-marques d’avant-garde ou dits « underground » mais très peu de gérants sautent le pas, ils restent encore très frileux, de peur que la marchandise leur reste sur les bras, ils se réfugient vers des valeurs sûres et sans risques. Au départ, cela était assez frustrant mais, finalement, le fait de distribuer en exclusivité sous notre propre nom a de nombreux avantages, notamment une très grande proximité avec nos clients. Chacun est libre de nous appeler pour des conseils de tenues, prendre rendez-vous au showroom pour essayer les modèles dans l’atelier de création !

Jupe sushi
La jupe Sushi existe en noir et au marron au prix de 85€.

J. A. : comment l’idée de fabriquer des jupes pour hommes vous est-elle venue ?

J. M. : dès 2008, nous avons développé un bureau d’étude en stylisme et modélisme. Notre cœur de métier est le patronage industriel. Nous concevons ainsi au cours de l’année des collections bien différentes des nôtres dans des univers tels que le vêtement pour enfant, les habits canins ou encore des polos de golfs !

Mais dès le début de notre collaboration, l’envie nous démangeait de créer nos propres collections. Nous avions envie d’apporter quelque chose de nouveau, un produit de niche et peu développé mais qui réponde à un besoin… La jupe pour homme s’est présentée comme une évidence et tout s’est enchaîné, une belle rencontre avec les membres de l’association HEJ nous a permis de mieux cerner ce besoin et d’y répondre de manière pragmatique et créative.

Pour nous et comme l’indique notre nom (hiatus : déchirure ou ouverture qui pose problème mais qui amène aussi une solution), la jupe masculine est tout simplement un vêtement ouvert à l’entrejambe, il n’a aucune connotation féminine à la base, les jambes sont en contact au lieu d’être séparées par deux tubes, c’est complètement naturel et plus ergonomique si je puis dire !

La jupe Ninja existe en violet, kaki et noir au prix de 125€.
La jupe Ninja existe en violet, kaki et noir au prix de 125€.

J.A. : aujourd’hui, quelle est votre clientèle ?

J.M. : notre clientèle évolue. Au départ, les hommes avec pour référence le kilt écossais étaient majoritaires… C’est-à-dire plutôt la génération de nos parents ; aujourd’hui, notamment avec les jupes inspirées de l’Asie comme la Ninja et la Kendo (arts martiaux), ou encore un de nos bests sellers de l’été la Sushi (origami), beaucoup de jeunes attirés par le manga, le Japon ou encore des quadragénaires adeptes des médecines douces ou des sports de haut-niveau achètent les jupes masculines Hiatus pour tous les jours.

Sinon, pour parler genre ou en tout cas orientation sexuelle, la majorité des porteurs de jupes Hiatus sont hétéros, cela peut s’expliquer en partie parce que nous avons ce positionnement au niveau des « repères » inscrits dans nos modèles (braguette, passants de ceintures, poches, etc.), je dirais que les homosexuels aiment beaucoup plus la mode et vont donc plutôt suivre les tendances du moment, quant aux transsexuelles, et bien, je pense qu’elles chercheraient plutôt au rayon femme.

Au delà du genre, notre clientèle regroupe simplement des personnes qui ont envie de faire varier leur apparence vestimentaire et qui souvent trouvent trop limitées les propositions des boutiques de prêt-à-porter conventionnelles.

L
Le défilé Hiatus au cours du Festival Japanîmes de 2012.

J.A. : pensez-vous que la jupe pour homme se démocratise et quels sont vos projets pour son essor ?

J.M. : depuis quelques mois, nous assistons à travers les médias à un réel questionnement sur le genre masculin/féminin. Doit-on encore éduquer les jeunes dans un repère très tranché entre ce que doivent être l’homme et la femme, dans leur comportements, leurs choix vestimentaires, leurs attitudes ?

Il est vrai que la jupe pour homme est au cœur des médias depuis quelques années, mais trop souvent de manière épisodique et parfois cynique. Jusqu’à présent nous avions l’impression d’être considérés comme un phénomène plutôt que comme une nouvelle valeur. Aujourd’hui, et peut-être est-ce aussi la crise qui est passée par là, les gens se comportent différemment, ils s’ouvrent aux alternatives, sont plus tolérants dans le cercle amis/famille ; ont une meilleure connaissance d’autres cultures (Asie, Maghreb, cultures britanniques, etc.).

Ce que nous souhaiterions évidemment est que les magazines de mode masculine montrent l’exemple, en insérant progressivement de plus en plus de vêtements ouverts (tuniques longues, robes, jupes à bretelles, sarouels, etc.) dans leurs shootings photos. Plus la jupe sera vue comme un élément anodin et plus elle (et le vestiaire masculin en général) aura l’opportunité d’être acceptée par la société commune.

C’est en tout cas le parti-pris de notre futur clip, « Hiatus, des hommes, des jupes », film impactant et « tout public » ! C’est notre projet phare pour cette année : porter à l’écran à la manière d’un spot publicitaire des portraits d’hommes porteurs de la jupe pour homme au quotidien. Nous pensons, en faisant le pari d’une diffusion nationale, démocratiser nous-même, en tant que designers, le port de la jupe. D’ailleurs vous pouvez retrouver tous les détails sur le site de financement participatif Kiss Kiss Bank Bank, vous pouvez participer au financement du clip jusqu’au 4 juin 2014 (3185€ à ce jour).

Notre projet est bien sûr de continuer à enrichir le vestiaire masculin en proposant toujours davantage de vêtements ouverts dans nos collections.

Il reste 25 jours pour aider Hiatus à réaliser son clip sur le port de la jupe pour homme ! Mobilisez-vous !
Il rest[ait] 25 jours pour aider Hiatus à réaliser son clip sur le port de la jupe pour homme ! Mobilisez-vous !

J.A. : merci beaucoup pour vos réponses, je vous souhaite beaucoup de réussite dans ce beau projet à la fois original et citoyen !

L’homme du futur

Si le passé est cruel avec le travestissement, parce que les religions le considèrent comme un pêché, il se montre beaucoup plus clément avec le port de la jupe pour homme… Tout du moins, avant que la jupe ne devienne un accessoire « typiquement » féminin. En fin de compte, c’est aussi vrai pour de nombreux éléments de l’aspect féminin, comme le maquillage qui était avant tout un outil de guerre. L’avenir pourrait se montrer clément avec les hommes en jupe :  si la société n’est pas encore prête à l’introduire dans la vie quotidienne, il faut reconnaître que l’acceptation du vêtement progresse avec le concours de l’association HEJ. Ces hommes-là sont un bel exemple à suivre pour notre communauté : ils s’affichent. Si les travestis s’exposaient positivement au grand public, la mode et la cosmétique pourraient devenir unisexes. Vous savez ce qu’il vous reste à faire : porter la jupe et l’assumer !

jupe julien

 

Publié parJulien d’Andromèdehttp://juca.me   Chargé de comm’, webmaster, hardcore gamer, entrepreneur, travesti et surtout lui-même !

Publicités

15 commentaires sur « L’homme a toujours porté la jupe »

  1. La responsabilidad social en los diseños de las prendas de vestir; casi no se tiene en cuenta; y es lo que ocurre con algunos diseños y elaboración de algunas prendas de vestir. Y en este caso me refiero específicamente a los problemas de salud y maltrato que genera un pantalón, y los calzoncillos, y la correa o cinturón del pantalón. Las batas, Túnicas y faldas son prendas supremamente cómodas confortables practicas y funcionales; y en especial para los varones. Por tradición los hombres desde siempre se habían vestido con faldas, solo hace 300 años que los obligaron a usar pantalón.
    El pantalón es la prenda menos adecuada para un hombre; el calzoncillo bóxer, hace las veces de férula en los genitales, (propiciando mal funcionamiento, y discapacidades), la costura central del pantalón maltrata, magulla e incomoda todo el tiempo los genitales; la correa o cinturón hace las veces de torniquete, y obliga al corazón a bombear la sangre con mayor esfuerzo, (para vencer la contracción que hace el torniquete), y por mala irrigacion sanguínea afecta: el aparato digestivo, el sistema urinario, el aparato reproductor. Ademas con el uso del pantalón el hombre ha terminado orinando de pie lo cual es totalmente antinatural. Las Faldas y los vestidos con faldas para los hombres son suprema-mente SALUDABLES, CÓMODOS Y CONFORTABLES. El pantalón, el calzoncillo ajustado, la costura central del pantalón, y la correa o cinturón, están promoviendo las enfermedades modernas de los hombres: IMPOTENCIA, ESTERILIDAD, PROBLEMAS DE LA PRÓSTATA Y POSIBLEMENTE CÁNCER DEL TESTÍCULO.
    Ninguna parte del cuerpo del varon se maltrata mas que los genitales.
    Por salud y comodidad mejor usar FALDAS O VESTIDOS CON FALDA
    Para eliminar el uso de la correa o cinturón se puede hacer unos 4 o seis ojales por dentro de la pretina de la falda; y colocar unos botones en la camisa, que concuerden con los ojales de la falda; y abotonarlos. Otra manera es coser la camisa a la pretina de la falda; y quedara como un vestido entero; estas dos formas son muy seguras; y sobretodo que se elimina el uso de la correa o cinturón que causa gran molestia e incomodidad en el abdomen. Yo he usado estas prendas y son muy confortables, y muy seguras; practicas y funcionales, y ergonómicas.

    Aimé par 1 personne

  2. L’ancêtre du pantalon, daté de la Renaissance, était constitué de deux tubes se rejoignant à la taille sans entrejambes (à la manière d’un collant ouvert), sur lequel on passait une sorte de grande culotte appelée « braguette ». Ce pantalon avait succédé au gros collant appelé « chausses » porté depuis le haut Moyen Age (sous une tunique appelée « haut de chausses », sorte de robe), sur lequel vint ensuite s’ajuster une culotte bouffante qui perdura sous diverses formes – parallèlement à l’ancêtre du pantalon que je viens de décrire -,jusqu’à la seconde moitié du XIXème siècle ou commença à apparaître le pantalon tel que nous le connaissons.
    Coexistèrent donc la culotte, qui s’arrêtait au-dessous du genou, et qui se portait avec des bas, et le pantalon d’une seule pièce qui, dans sa déclinaison cavalière, s’appelait des leggings.
    C’est dire si ces codes vestimentaires masculins sont récents. Ils n’ont pratiquement pas évolué depuis leur généralisation. La culotte a subsisté dans la tenue folklorique bavaroise, où elle est portée avec des mi-bas, le knickerbocker des montagnards (qui a fait une brève réapparition dans la mode féminine au début des années 80), porté là encore avec des bas, et le bermuda, puis le pantacourt contemporain. Pantalon et culotte se sont unisexualisés avec le temps. La jupe est demeurée exclusivement féminine, hors les occurrences que vous citez dans votre article.
    Pour en porter chez moi et exclusivement chez moi – je vis dans une commune rurale où, sans entrer dans les détails, les idées sont bien arrêtées – je sais quel confort on peut retirer de ce vêtement, et je sais aussi quel accueil peut lui être réservé par ces dames, surtout si la jupe s’assortit d’un collant – aspects qui ne sont pas évoqués dans votre article. Il faut admettre que dans la vraie vie, les femmes sont peu réceptives au port de la jupe chez un homme, et c’est là un euphémisme. Le collant déjà pose problème. Le tandem collant-jupe frise le scandale et en tout cas, c’est mon expérience, entraîne des réactions… épidermiques.

    Aimé par 1 personne

      1. J’ajoute que ce n’est pas parce qu’on va porter une jupe et des collants qu’on va passer son temps à croiser haut les jambes et à faire crisser le nylon – attitude que l’on rencontre souvent sur le web chez beaucoup de crossdressers qui n’ont pas compris grand chose à la féminité telle qu’elle s’exprime chez nos compagnes, dont l’unique obsession n’est pas d’allumer tout ce qui passe, dont la sexualité trouve à s’exprimer par d’autres biais qu’une provocation vulgaire, qui vivent au jour le jour une vie de femme aux antipodes du déhanchement ridicule sur des talons de quinze centimètres, les jarretelles visibles sous la jupette plissée (voyons-nous beaucoup de femmes ainsi accoutrées dans la rue, dans la vraie vie, dans le cadre de leur travail et de leur vie de famille ?). Redescendons sur terre ! La féminité ce n’est pas le tapin et ce n’est pas les codes de l’univers porno, exprimer son « double genre » ça n’a rien à voir, pour moi du moins, avec de l’auto-érotisme et la quête perpétuelle (et souvent vaine) d’une ou d’un partenaire d’un soir. Cette attitude trop répandue porte tort à la démarche à laquelle adhèrent les personnes désireuses de vivre leur « double genre », en ce qu’elle entretient des amalgames douteux.

        Aimé par 1 personne

  3. Hélas, faites un petit tour sur l’ensemble des sites cathos conservateurs ou de droite dure. Les commentaires sur les hommes en jupes sont violents et les insultes « pédés, tarlouzes, travelots, tantes, hommes sans couilles, etc;;; » sont légions.
    La meilleure, sur 24h actu la journée de la jupe à Nantes, et les attaques virulentes de certains contre la jupe des lycéens, la meilleure: « quand j’étais jeune, dans mon lycée de racailles, des mecs efféminés comme ça on leur aurait enduit le trou de bal d’huile de scooter et empalés sur un plot en béton » a éructé un des membres de la manif pour tous.
    Belle mentalité d’homme de Cro-Magnon!
    Ces gens sont toujours attachés à l’idée que Pantalon=viril. Quand une femme se fait violer dans le métro, combien de mecs « virils » (en pantalon) interviennent? Pas un! Soit ils sortent vite du wagon comme des péteux, soit certains rigolent en disant « elle l’a bien mérité cette pute, avec sa jupe trop courte ». Le féminin est toujours dévalorisé car en fait beaucoup d’hommes ont peur des femmes, d’où leur volonté de les rabaisser elles et tout ce qui se rapportent au féminin.
    Ces gens ont sans arrêt besoin de se rassurer sur leur virilité en agressant, en tabassant, en gueulant contre tout ce qui ne rentre pas dans le moule du « un homme c’est dur, ça pleure pas, ça ne se plaint pas, et c’est pas raffiné, c’est pas timide, et c’est costaud physiquement ».
    Sur un autre site anti jupe pour hommes, un type a écrit : « les hommes indifférenciés des femmes et féminisés par la jupe seront des lopettes incapables de défendre le pays contre les musulmans », « un homme c’est un soldat… », ceci dit en passant les légions romaines et leurs soldats en jupes ont infligé des roustes terribles aux barbares en pantalon, l’habit ne fait pas le moine.
    En 1914 et 1944 les soldats écossais sont venus nous prêter main fortes contre les allemands, des soldats en kilts qui se sont vaillamment battus.
    Personnellement je porte des kilts modernes longueur aux genoux ou aux chevilles ( maxi kilts) ou des sarongs, j’alterne encore avec des pantalons mais ceux-ci sont stretch 100%, j’ai jeté il y a bien longtemps tous mes jeans classiques, et je ne peux plus en remettre un: trop inconfortable, trop raide, et ça martyrise les parties quand on s’assoit pour conduire! Il faut que cesse cette mutilation des parties génitales au nom d’une certaine vision de la virilité. La virilité ce n’est pas un vêtement, ça ne se porte pas, ça se vie, c’est dans la tète.
    Que ceux qui veulent continuer à porter les habits classique pour hommes tels qu’ils sont faits deouis le 19éme siècle le fassent, mais qu’ils arrêtent d’agresser, de tabasser, d’insulter, de mettre à l’écart ceux qui s’habillent différent.

    Aimé par 1 personne

    1. Bravo Kilted Man, je vous lis assis dans mon fauteuil en cuir, les pans de mon kilt bien étalés pour ne pas le froisser. Nous les hommes en jupes, nous sommes des battants … contre la connerie humaine qui atteint souvent des limites quasi insondables
      . 😉

      J'aime

      1. Perso quand je m’assois avec un kilt je passe mes mains le long du vètement pour le plaquer bien à plat sous mes cuisses, comme je le fais avec mes paréos ou mes manteaux longs en hiver, mais bon chacun sa méthode…

        Aimé par 1 personne

  4. Traditionnellement, les hommes ont toujours eu vêtus de jupes, il y a seulement 300 années qui les a forcés à porter des pantalons.
    Le pantalon est le vêtement moins approprié pour un homme; le short de boxeur, sert de l’attelle sur ses parties génitales, (promotion de dysfonctionnement, et le handicap), la couture du pantalon centre abusé, meurtri et mal à l’aise tout le temps les organes génitaux; sangle ou actes de ceinture comme un garrot, et oblige le cœur à pomper le sang plus d’efforts (pour surmonter la contraction qui rend le garrot), et une mauvaise irrigation sanguine affecte: le système digestif, système urinaire, l’appareil joueur. En plus de l’utilisation de pantalons homme a fini de pisser debout qui est totalement naturelle. Jupes et robes avec des jupes pour les hommes sont supreme-esprit sain, pratique et confortable. Le pantalon, caleçon serré, la couture centrale du pantalon et la ceinture ou à la ceinture, font la promotion de maladies modernes des hommes: l’impuissance, l’infertilité, les problèmes de prostate et possiblement le cancer du testicule.
    Aucune partie du corps masculin sont maltraitées plus que les organes génitaux.
    Pour de meilleurs jupes ou des robes santé et de l’usure de confort jupe

    Aimé par 1 personne

  5. Bonjour à tous et à toutes , personnellement je suis devenue ultra féministe par rapport aux machismes et aux stéréotypes du genre , je suis femme donc féminine pourtant j’adore le foot ,j’adore porter des joggings et des pantalons , aujourd’hui tout les filles portent des joggings alors je trouve bête et grotesque qu’on associe un genre à un vêtement surtout en 2016 alors que ca n’a rien à voir , je comprends pas pour la femme qui portent que des pantalon jean ou des joggings et qu’on traitent de bonhomme ou de lesbienne car toutes les femmes sont en pantalons , pour ma part je trouve la jupe masculine super sexy ,elle est fait pour les deux sexes je devrais même pas à avoir à le dire ni à débattre la dessus, dans la rue je vois peu d’hommes en jupe et certains hommes comme dans c’est mon choix je suis un homme en jupe ou le « manu » fait comme ci la jupe n’était pas pour un homme ou comme ci c’était que pour la femme , pourtant il y’ a des hommes qui aiment la jupe : mon oncle ,mon cousin portent des jupes dehors et ils ne sont ni transexuels ,ni gays,ce sont des hommes virils , svp écoutez moi tous bien les gens sexistes minoritaire encore en 2016 , la jupe est un vêtement unisexe , la preuve étant que si la jupe c ‘était féminin , les femmes porteraient toutes sans exception des jupes tout le temps , hors la majorité des femmes ne portent que des pantalons jeans ou des survêtements de sport et des baskets comme les hommes le font , à l’époque le port de la jupe était unisexe , personne ne traités un homme en jupe de trans comme maintenant , mais un jour la mode masculine, le sport et la guerre ont changé la vison de la jupe , en suivant la mode masculine pour etre accepter socialement dans le troupeau et que pour que les hommes puissent faire du sport et la guerre les hommes ont portés moins la jupe tellement moins que c’est devenue un vêtement féminin ,la dictature de la mode force les gens à devenir des moutons de la société, on se ressemble tous presque ,,hélas maintenant les hommes d’aujourd’hui qui aiment la jupe se font traités de gay ou de trans ,peu de créateur de mode prône le port de la jupe pour l’homme ,alors qu’on sait que la mode a une grande influence sur les mentalités , JE VAIS ME REPETE : le jean ,la jupe, le shorty , le jogging, les baskets, le maquillage, le foot , le rugby et tout ce qu’il existe de genrés sur cette planète sont unisexes en 2016 , toutes les femmes sont toutes en pantalon mais elles restent ultra féminines car la féminité ne peut pas partir de la femme ,et ca malgré le fait que la mode a décrété que le pantalon était masculin ,les féministes l’ont comrpis mais les gens on est tolérants en 2016 ,alors cessez vos conneries machistes arriérés qui disent qu’ une fille s’habille en garçon si elle a le malheur de porter un jogging car elle trouve jolie alors que c’est unisexe et qu’elle est lesbienne les filles portent toutes des joggings et des jeans en 2016 , sont elle lesbiennes? je crois pas il y’aurait plus d’humain sinon,un garçon en jupe ne s’habille pas en fille et n’est pas forcément gay ,il peut porter un pantalon et être gay ,FEMMES ET HOMMES ON EST FEMININ OU VIRIL QUOIQU’ON PORTE , en 2016 la majorité des femmes s’habillent en pantalon ,et ca fait plaisir à voir beaucoup de femmes deviennent footballeuses l’equipe de football féminin qui devient aussi célebre que léquipe msculine exemple ma sœur et ses copines , policière , une amie est devenue policière et elle est très forte chef d’entreprise, militaire je l’étais à moment donnée

    Aimé par 1 personne

    1. Oui féministe tu as raison, à partir de la révolution française l’Europe a traversé une longue période de guerre jusqu’en 1945, et une vague d’industrialisation à partir du 19ème siècle: des évènements qui ont imposé le pantalon. Quoique celui-ci n’est pas forcément indispensable pour la guerre, les romains comme je l’ai évoqué plus haut, était de redoutables guerriers, idem pour les soldats grecs qui portaient aussi des jupes courtes. Aujourd’hui dans le golf persique, des soldats américains basés dans ces pays chauds portent des kilts camo en toile légère, j’ai vu cela sur Pinterest, rubrique Kilts.
      Aux states et au Canada le Kilt contemporain ou utlily kilt, en toile, tweed, denim ou cuir, devient peu à peu tendance. Le gain en confort est unanimement reconnu par rapport au pantalon. J’ai lu le blog d’un canadien qui bosse en usine en utilikilt sur fraiseuse numérique, les machines d’aujourd’hui sont high tech et protègent bien des salissures, on a plus besoin d’être en pantalon pour les programmer, le gars dont je parle porte juste une blouse longue, vite enfilée et suffisante pour pas se salir.
      Pour moi le rêve est de pousser un jour la porte du magasin d’Howie Nyckolbie le créateur de 21st century kilt, pour y acheter un kilt moderne en cuir, pourquoi pas un maxi? (longueur cheville). Mais ça coute très cher, il faut se rendre en avion en écosse à Edimbourg, payer l’hôtel et le restau, sans compter le prix du kilt (la qualité ça se paye), pour l’instant je peux pas.
      Le plus dur sera de faire accepter la jupe masculine dans les pays latins, ou les machos bien conservés comme des cornichons dans leur bocal continuent de croire que pantalon=viril=l’homme.
      Personnellement, je n’ai pas attendu pour m’y mettre, un tirroir de ma commode regorge de paréos indonésiens à franges (une douzaine), « non c’est pas réservé aux femmes » ai-je dit un jour à un ado qui me toisait d’un regard suspicieux alors que je me regardais dans un miroir du magasin de plage ou j’achetais mon premier paréo de l’ile de Bali, un magnifique modèle en rayonne de 190 cmx100 cm, couvrant de la taille aux chevilles. J’en met toujours un avec un polo assorti pour aller à la plage à vingt bornes de chez moi. Je porte dessous un boxer de bain; j’ai arrêté le short de bain, ça reste mouillé et c’est pas confortable quand il faut marcher pour rejoindre la voiture…
      Le formatage des esprits vient aussi je pense du monde de la boutique, comme cela est souligné dans l’article ci-dessus, et sans aller jusqu’à la jupe pour homme, tout un ensemble de vêtements et accessoires ont disparu du vestiaire masculin: longs manteaux, impers gabardines ou cirés, pantalons évasés, bottes, foulards, casquettes autre que celles de rappeurs, chapeaux, vêtements à motifs ou colorés ne se trouvent plus que dans les rayons femme:, aujourd’hui la mode homme est très appauvrie, bleue grisâtre, et elle est orientée soit caillera soit casual, ormis le sempiternel costume cravate.
      La jupe masculine est justement un moyen d’enrichir un vestiaire masculin appauvri depuis vingt par des clichés à la con et par l’influence des rappeurs et des sportifs people millionnaires (encore du commercial soit dit en passant). Et je ne me gène pas pour porter des bottes de cavaliers par exemple (c’est pas réservé aux femmes, sans misogynie aucune, bien au contraire), terribles avec un kilt!
      Dans le prêt-à-porter homme le bleu y est rabbaché jusqu’à l’écœurement, comme dans la pub nivea pour homme qui passe actuellement: le mec le vrai, est forcément un bandit qui fréquente les tripaux et autres endroits interlopes, il s’habille en bleu et vit dans des appartements peints en bleu, il est couffi de tunes… enfin vous connaissez les clichés véhiculés sur ce qui est admis comme viril. On en revient toujours au modèle du male façon vingtième siècle, il est temps d’évoluer. Nous avons changé de siècle et de millénaire! Un homme un vrai n’est pas une racaille ou une brute épaisse, et le raffinement peut aussi se conjuguer au masculin.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s